REPORTY : Face à la délation organisée, RESISTANCE!

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Que nous soyons Niçois ou pas, cette pétition nous concerne tous, nous, citoyennes et citoyens épris de justice, de liberté et de respect du droit.

Signons et diffusons largement cette lettre / pétition adressée aux élus municipaux de la ville de Nice, qui demande l'arrêt de l'expérimentation de l'application Reporty.

Les groupes d'action de la France Insoumise des Alpes Maritimes

----

Mesdames, Messieurs les membres du conseil municipal de Nice,

Nous avons appris avec inquiétude et consternation le lancement par M. Christian Estrosi de la phase de test à Nice de la très controversée application Reporty, qui permet de mettre en relation - via le téléphone portable de citoyens « choisis » - des victimes ou des témoins de délit avec le centre de supervision urbain de Nice, transformant ainsi n'importe quel téléphone en caméra de surveillance et n’importe quel individu en délateur.

Et comment définit-on un délit? Notion très vaste couvrant , dites-vous, des actes tels que agressions physiques, vols, ou des incivilités du type tags, nuisances sonores, voitures gênantes, pollutions canines, regroupements de personnes ...

La démagogie sécuritaire sur laquelle vous surfez instaure un climat de suspicion généralisée et met en danger la démocratie. N’en déplaise à M. Estrosi, en République, il existe tout de même des principes intangibles.

D'abord, on ne se fait pas justice à soi même! La dimension régalienne que sont chargés de mettre en oeuvre l'Etat et les collectivités territoriales par l'intermédiaire de leurs services ne saurait être remise entre les mains des particuliers . Il y a des institutions dont la raison d’être est de faire respecter la loi : la police et la justice. Nous avons besoin de policiers et de magistrats correctement formés, ceux-là mêmes qui font cruellement défaut aujourd’hui à cause des budgets d’austérité imposés par M. Macron, qui bénéficie du soutien enthousiaste de M. Estrosi… Mais ce n’est certainement pas aux citoyens de compenser les carences de l’Etat en se transformant en « justiciers amateurs » ou en « vigilants » munis d'un outil numérique incitant à la défiance entre tous et à la délation généralisée. !

Surtout, le droit au respect de la vie privée est garanti par la loi française et par un certain nombre de textes internationaux ratifiés par la France.
Le projet de M. Estrosi est ainsi contraire à l’article 9 du code civil, qui dispose : « Chacun a droit au respect de sa vie privée. » Il tombe également sous le coup de l’article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948, aux termes duquel : « Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. » Et l’usage de l’application Reporty est également incompatible avec l’article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme : « Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. »

L’utilisation de l’application Reporty serait donc contraire à la fois aux principes républicains les plus élémentaires, à la loi et aux engagements internationaux de la France.
C’est pourquoi nous vous appelons résolument, Mesdames, Messieurs les membres du conseil municipal de Nice, à empêcher la mise en œuvre de ce projet irresponsable et dangereux.

Les Groupes d'Action de la FRANCE INSOUMISE des Alpes Maritimes

 



Groupes d'action de la France Insoumise des Alpes Maritimes compte sur vous aujourd'hui

Groupes d'action de la France Insoumise des Alpes Maritimes a besoin de votre aide pour sa pétition “REPORTY : Face à la délation organisée, RESISTANCE!”. Rejoignez Groupes d'action de la France Insoumise des Alpes Maritimes et 402 signataires.