Le retrait des portillons dans le métro de Rennes qui entravent notre mobilité

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


LES PORTILLONS DE CONTRÔLE DANS LE MÉTRO RENNAIS : UNE MENACE POUR NOTRE MOBILITÉ

Point Info de 21 novembre 2020 : Rennes Métropole et La Star confirment à grand coup de publicité l'arrivée du nouveau système de billétique et les portillons qui vont avec. À compter du 1er décembre les portillons seront activés condamnant ainsi les Personnes à Mobilité Réduites à l'exclusion du métro. En dépit de nos alertes sur la non fonctionnalité d'un tel dispositif  en l'état actuel des choses. Rennes Métropole persiste et signe. Nous avons plus que jamais besoin de vos signatures ! Merci à celles et ceux qui ont déjà signé, plus de 1700  ! En plus de vos signatures, n'hésitez pas à donner votre avis sur le réseau star 2021 sur la question des portillons dans le métro Rennais !

Démarche de transparence : pensez à regarder les mises à jour de notre pétition pour suivre l'avancée du combat.

I. Qui sommes-nous ?
Le collectif ON EXISTE, regroupe des citoyens en situation de handicap de Rennes et de Rennes Métropole, inquiets pour leur mobilité. En particulier dans la future utilisation des lignes A et B du métro.

II. Que revendiquons-nous ?
Le maintien d’une accessibilité pleine et entière des transports en commun.
Jusqu’à maintenant, Rennes Métropole dans son ensemble, a fait preuve de respect de nos droits fondamentaux dont la jouissance repose sur notre mobilité. En effet la construction d’un métro ouvert et entièrement accessible a marqué une véritable avancée dans ce domaine ; il est devenu possible de circuler librement et spontanément dans la ville de Rennes.
L’ajout de portillons de contrôles dans ce métro menace gravement cet acquis.
A l’heure où la loi sur l’accessibilité de 2015 est sans cesse repoussée, cette décision d’installer des portillons est un recul car elle est discriminatoire.

III. En quoi les portillons de contrôles du métro rennais sont-ils une menace pour notre autonomie ?
Un grand nombre de personnes en situation de handicap souffre de pathologies touchant à la fois les membres supérieurs et les membres inférieurs. Le geste de validation du ticket/carte sera donc lourdement compliqué ou impossible. Dès lors une partie des personnes sera exclue de l’utilisation du métro du fait de son handicap. De ce fait nous sommes opposés à l’installation d’un tel dispositif.
Malgré les différentes alertes et retours d’expériences, Rennes Métropole persiste et signe dans ce non sens. Nous constatons impuissants que l’installation des portillons est en cours. Déjà nous relevons de graves erreurs de conception.

IV. Au minimum nous exigions :
N’ayant que peu de doutes sur l’entêtement et le cynisme des élus de Rennes Métropole à l’époque et constatant avec désarroi que la politique du fait accompli ne bougerait pas. Notre collectif avait réclamé les sept garanties suivantes :

- Une validation du titre de transport à gauche comme à droite
CE N’EST ACTUELLEMENT PAS LE CAS

- Une validation sans contact pour les détenteurs de la carte Korrigo (via une télécommande, une puce fixée sur le fauteuil ou une application smartphone)
CE POINT EST ENCORE TRÈS FLOU ET LA VALIDATION SANS CONTACT TELLE QU’ELLE SEMBLE ÊTRE MISE EN PLACE NE PERMET PAS DE SE SENTIR A L’AISE POUR LES PERSONNES AYANT UN USAGE RÉDUIT DE LEURS MEMBRES SUPÉRIEURS

- Des boutons d’assistance faciles à actionner ; par pression d’une partie de notre fauteuil roulant, manette ou marche-pieds
CE N’EST ACTUELLEMENT PAS LE CAS

- Une largeur de portillons supérieure à 90 cm
CET ÉLÉMENT EST RESPECTÉ

- Un deuxième portillon PMR permettant l'accès en cas de panne du premier
CE N’EST ACTUELLEMENT PAS LE CAS. 

CEPENDANT SUITE A NOTRE ENTREVUE du 30 septembre avec Mathieu Theurier (vice président de Rennes Métropole chargé des transports et de la mobilité), Jean François Monnier (délégué au handicap) et Vincent Tournedouet (responsable service métro et investissements transports), nous sommes rassurés qu'en cas de panne, le portillon restera en position ouverte. 


De plus, les portillons ordinaires sont tellement étroits qu’ils inciteront fortement les gens en surpoids, les familles avec des poussettes, les voyageurs avec de grosses valises à emprunter les portillons PMR

- L’utilisation des fonctions des ascenseurs par le biais de nos contrôles d'environnement (comme cela était à l’origine prévu sur la ligne A)
CE N’EST ACTUELLEMENT PAS LE CAS

- Les agents de sécurité présents derrière les caméras doivent pouvoir nous ouvrir les portillons (si cela nous est physiquement impossible)
AUCUNE GARANTIE À CE SUJET

- Nouveau POINT POSITIF : lors de notre entrevu du 30 septembre : Mathieu Theurier (vice président de Rennes Métropole chargé des transports et de la mobilité), Jean François Monnier (délégué au handicap) et Vincent Tournedouet (responsable service métro et investissements transports) ont été rassurant sur le fait que les personnes accompagnés par une auxiliaire de vie, pourront passer à deux dans le portillon sans risque de fermeture. En validant deux cartes (PMR/Accompagnant).

Rappelons toute fois que certaines personnes en situation de handicap ne sont pas forcément accompagnés sans pour autant avoir la possibilité physique de valider son titre.

Sur ces sept exigences seulement deux sont respectées.  Nous ne pouvons TOUJOURS pas accepter cela et réclamons encore une fois la suppression des portillons de contrôle ou la suspension de leur mise en service tant qu’une solution n’excluant aucun handicap n’aura été trouvée. Nous rappelons qu’aucun signifie zéro handicap.
A l’heure où les exemples de transports gratuits se multiplient dans les grandes villes, les élus de Rennes Métropole pourraient au minimum abandonner cette décision. Libres à eux de rester dans leur bêtise, mais nous ne la laisserons pas nous priver de notre mobilité !

Point sur la situation au 2 octobre 2020 !

Trois membres du collectif ON EXISTE ont pu se rendre ce vendredi 2 octobre à la station Clémenceau pour une mise en situation réelle afin de tester les portillons. Avec la présence des différents responsables du projet.

CONCLUSION C'EST PAS MIEUX C'EST PIRE :

- Le problème de geste de validation se confirme (même avec une solution de porte carte sur le fauteuil, cela est beaucoup trop aléatoire et cela demande une finesse de déplacement peu ou irréalisable en cas de forte affluence de l'ascenseur par exemple.) NOUS RECLAMONS ENCORE UN VALIDEUR DES DEUX COTÉS (GAUCHE & DROITE) en plus de la télécommande (qui semble la proposition qui se dessine mais insuffisante).

UN ENORME PROBLEME DE DEPLACEMENT A ETE MIS A JOUR LORS D’UN TEST RÉALISÉ A LA STATION CLEMENCEAU  LE VENDREDI 2 OCTOBRE 2020 EN PRÉSENCE DES ACTEURS TECHNIQUES ET POLITIQUE 

- La distance entre l'ascenseur et le portillon est vraiment minime. Nous sommes quasi certains que cela va créer un engorgement monstrueux en sortie ou en entrée d'ascenseur.

- Le croisement entrée sortie

Nous constatons avec effarement que l'entrée et la sortie de station se fait par le même portillon. Risque de blocage entre celui qui sort et celui qui rentre. Avec potentiellement une porte qui se referme sur les cales pieds ou le pied.

L'INTERPHONIE

- le bouton d'assistance n'est pas activable  par toutes les personnes à mobilité réduites. Nous demandons un bouton poussoir adapté, dont nous avons fourni les références en plus de la télécommande.

Le métro tel qu'il s'apprête à être le 1er décembre et rétrograde et discriminatoire. Si la volonté des responsable techniques et politiques, est de rendre cela le plus accessible possible sur le long terme, C'EST ICI ET MAINTENANT QUE LE PROBLEME SE POSE !

EN QUOI LE SYSTÈME DE TÉLÉCOMMANDE MONTRE SES LIMITES ?

Si l'ensemble des réflexions semblent se diriger vers la mise en fonction de nos télécommandes de contrôle d'environnement, pour déclencher l'ouverture du portillon ou le système d'interphone afin de demander de l'aide, cela a néanmoins des limite.

- Cela demande déjà de programmer la télécommande de chaque usagers.

- Quand sera t'il du touriste Rennais en excursion pour la semaine ou la journée ? N'ayant pas de télécommande pré programmée ?

ON EXISTE RÉAFFIRME SON OPPOSITION TOTALE AU PROJET ET OU DEMANDE QUE LA MISE EN PLACE DES PORTILLONS SOIT SUSPENDUE TANT QU'UNE SOLUTION N'EXCLUANT PERSONNE NE SOIT TROUVÉE  !


                                           Les membres du collectif ON EXISTE