Adressée à Emmanuel Macron et 4 autres

Ramenez 2 enfants auprès de leur mère, faites appliquer les décisions de justice

1 066
signataires

English version here

Article Ouest France ; Article Le télégramme

Enlevés par leur père.

Il y a 7 ans, mes enfants, alors âgés de 5 ans pour ma fille et 6 ans et demi pour mon fils, étaient kidnappés par leur père, franco-égyptien résidant en Égypte. Depuis 7 ans, nous n’avons pas eu la possibilité de nous voir au minimum une fois par an. Ces rencontres au Caire, systématiquement imposées en dernière minute, et n'excédant jamais 2 heures, ne se sont déroulées qu’en des lieux publics, bruyants, surpeuplés, sans aucune possibilité de rapprochement. Sous l’étroite surveillance d’au minimum 3 adultes, dont leur père, intervenant sans cesse dans les récits et les actes des enfants, ces brimades sont parfois allées jusqu’à l’interdiction pour eux de me regarder, de me parler, de me toucher. Difficiles retrouvailles entre une mère et ses enfants, après des absences de plus d’un an.

 

Privés de leur mère et manipulés.

Au quotidien, mes enfants sont soumis aux mensonges et aux manipulations, visant à modifier leur perception de la réalité, les amenant à la haine et la peur de tout ce qui est hors de l’univers paternel. Angoisses et tensions largement perceptibles à travers les rares conversations téléphoniques que nous arrivons à avoir (moins d’une fois par mois). Il va de soi que nos conversations sont systématiquement maitrisées et dictées par le père et sa famille, imposant aux enfants de se montrer impersonnels, distants, voire dégradants et insultants.

Après 7 ans passés dans ces conditions de maltraitances psychiques, mon fils va bientôt avoir 15 ans, âge auquel il pourra choisir, selon la loi Égyptienne, son lieu de résidence. Considérant les manipulations dont mes enfants sont l’objet, on ne peut avoir la lâcheté d’accepter la réponse qu’il donnera comme un « choix personnel ». Par ailleurs, l’expression de ce choix pour lui-même décidera inévitablement de la résidence de sa sœur qui, en tant que jeune fille grandissant au Caire est, elle, exposée à un tout autre type de dangers.

 

Des décisions de justice non appliquées.

Après 7 ans de combat pour faire revenir mes enfants auprès de moi, nous avons aujourd’hui un jugement rendu en France, condamnant le père à 3 ans de prison. Nous avons également 2 jugements rendus en Égypte, me désignant comme ayant la garde des enfants.

À ce jour, condamné par 3 fois, dans les 2 pays dont il a la nationalité, le père des enfants ne les a toujours pas laissé rentrer. Depuis le rendu des jugements, la peur des enfants et la pression qu’ils subissent se sont encore accrues et désormais, en guise de « représailles », les rencontres et contacts téléphoniques entre mes enfants et moi sont interdits.

 

Cette pétition est le dernier recours !

Le temps joue contre les enfants ! chaque journée passée dans cet environnement nuit gravement à l’équilibre de Kareem et Sarah !

Monsieur le Président de la République Arabe d’Égypte, Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le ministre des Affaires Étrangères, s’il vous plait, faites appliquer sans délai les jugements rendus par les instances juridiques de vos propres pays, et faites rentrer ces enfants auprès de leur autre famille, dont ils ont été privés en totalité depuis 7 années entières.

Cristel Rance, une maman qui veut simplement que l’on protège ses enfants.

 

Cette pétition sera remise à:
  • Emmanuel Macron
  • Madame le Garde des Sceaux
    Nicole Belloubet
  • M. Le Défenseur des Droits
    Jacques Toubon
  • Mme la Dérenseure des Enfants
    Geneviève Avenard
  • Mr Le Ministre des Affires Etrangères
    Jean-Yves LE DRIAN

Cristel RANCE a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 066 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




Mary compte sur vous aujourd'hui

Mary NICOLAS a besoin de votre aide pour sa pétition “Ramenez 2 enfants auprès de leur mère, faites appliquer les décisions de justice”. Rejoignez Mary et 1 065 signataires.