Decision Maker Response

Martin Hirsch’s response

May 13, 2015 — Martin Hirsch propose un nouveau nom pour l’hôpital de Villiers-le-Bel

Bonjour,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour vos nombreux commentaires et votre soutien sur le sujet de l’hôpital de Villiers-le-Bel.
Le 11 mars dernier, j’avais annoncé la décision officielle de débaptiser l’hôpital.

Comme je m’y étais engagé, je reviens vers vous pour vous faire part de la proposition d’un nouveau nom pour l’hôpital, le nom du Dr Adelaide Hautval.

Après des études de médecine, Adélaïde Hautval, s’oriente vers la psychiatrie.
Arrêtée pour avoir franchi la ligne de démarcation, en avril 1942, elle est sanctionnée pour avoir manifestée verbalement sa réprobation contre les mauvais traitements infligés aux Juifs dont elle est témoin. Après avoir été appréhendée par les allemands, elle est déportée à Auschwitz dans le convoi du 24 janvier 1943, avec d’autres femmes résistantes dont Marie-Claude Vaillant-Couturier, Charlotte Delbo et Danielle Casanova.
Invoquant le serment d'Hippocrate, elle refuse de participer aux expériences médicales menées par les médecins nazis. Elle est déplacée vers le camp de Ravensbrück où elle rencontre Anise Postel-Vinay, Geneviève de Gaulle et Germaine Tillion.
Après la libération de Ravensbrück, Haïdi reste dans le camp avec notamment Marie-Claude Vaillant-Couturier pour soigner les malades intransportables.
En décembre 1945, elle est décorée de la Légion d'honneur et en mars 1946, de la médaille de la Reconnaissance Française. La même année, elle jette sur le papier plusieurs épisodes de ce qu'elle a vécu, mêlée de courtes réflexions sur les drames profonds. Ces écrits furent publiés en 1991 puis 2006.
Après sa libération, elle exerce en tant que médecin scolaire dans le Val d’Oise et établit son domicile à Groslay, ville proche de Villiers-le Bel.
En mai 1965, elle fut la première femme médecin française nommée « Juste parmi les Nations ». En 1988 âgée de 82 ans Adélaïde Hautval met fin à sa vie.

Martin Hirsch