Quimper: POUR des Cirques SANS Animaux

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Nous demandons à notre mairie ainsi qu'à la préfecture, de refuser l'accueil des cirques présentant des animaux.

Aujourd'hui plus d'une centaines de villes en France se sont engagées à faire un voeu pour demander l'interdiction des cirques avec animaux comme par exemple la ville de Lille

(conseil municipal Lille: https://www.facebook.com/watch/?v=1319419808198563)

 

Un sondage réalisé par 30 Millions d'amis a montré que 67 % des Français (soit près de 7 personnes sur 10) demandent une réglementation qui mette fin à l’exploitation cruelle des animaux sauvages dans les cirques.

L’article L214.1 du code rural « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce »


Le dressage, les transports, l’exhibition en public et l’enfermement sont des pratiques allant l’encontre des besoins naturels des animaux, leurs réactions face à ces conditions de détention sont principalement la folie (état dépressif, amorphe et troubles du comportement) ; la fuite ; l’attaque et l’agressivité envers des humains

Les enfants aiment les animaux, or il est odieux de leur faire
croire que les animaux sont heureux, dans les cirques.
De plus, ces spectacles d'animaux sont vraiment anti-pédagogiques. Le mélange d'espèces de milieux différents, la présentation dans des postures inadaptées, dans un milieu artificiel, avec une relation animal/humain faussée donnent à l'enfant une vision erronée du monde animal..


Le maire est en droit de refuser l’installation d’un cirque sur sa commune que ce soit sur un terrain public ou privé. Il est l’autorité compétente pour prendre et faire respecter les mesures nécessaires au maintien de l’ordre, de la sécurité, de la tranquillité et de la salubrité publics sur le territoire de sa commune. Il peut refuser à un cirque le droit de se produire dans sa commune s’il estime qu’il existe un risque d’atteinte aux règles de police qu’il est censé faire appliquer.


La police municipale et la gendarmerie ont pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique, notamment la sûreté et le passage dans les rues et voies publiques, le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique, le maintien du bon ordre dans les lieux publics, etc. À ce titre, elles peuvent constater par procès-verbal, un manquement aux règles et en déférer au maire afin de faire respecter les lois et les codes, notamment ceux qui évoquent la protection animale de faune domestique ou sauvage en matière de cirque, par arrêté municipal (code général des collectivités territoriales, art. L.2212-2 et suivants) 

 

Il n'est pas question de rejeter les merveilleux numéros de clowns, d'acrobates, ou de magie…Les prouesses des artistes sont extraordinaires. Les nouveaux cirques démontrent parfaitement que l'art circassien peut facilement se passer du monde animal.

 

« Lorsque je regarde des animaux tenus captifs dans les cirques, cela me fait penser à l’esclavage, à la domination et à l’oppression que nous avons combattus pendant si longtemps. Ils portent les mêmes chaînes et les mêmes fers. Les animaux et les humains souffrent et meurent de la même façon. La violence cause la même souffrance, le même flot de sang, la même puanteur de la mort, le même arrêt brutal de la vie, arrogant et cruel. Nous n’avons pas à y prendre part. » Dick Grégory, militant des droits civils auprès de Martin Luther King