PROTHÈSES MAMMAIRES EN SILICONE ET EFFETS INDÉSIRABLES SUR LA SANTÉ EXIGEONS LA VÉRITÉ !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


PROTHÈSES MAMMAIRES EN SILICONE ET EFFETS SUR LA SANTÉ DES FEMMES : EXIGEONS LA VÉRITÉ !

 Décideur : La Ministre de la Santé : Agnès Buzyn

Je souhaite la mise en place d'une étude épidémiologique concernant les femmes porteuses ou ex porteuses d'implants mammaires en gel de silicone de toutes les marques afin d'évaluer et de décrire l’incidence des effets indésirables liés au port de ces dispositifs .Les données recueillies devraient permettre de connaître l’état de santé des femmes et d’étudier le lien éventuel entre les diagnostiques médicaux déclarés (cancer du sein ou autres événements indésirables) et les prothèses.

L’Institut Gustave Roussy (1er centre européen de lutte contre le cancer), a déjà reconnu que certains problèmes dermatologiques et rhumatologiques étaient liés aux poses d’implants datant d’avant 1995 présentant des fuites de silicone.

Sources de ces informations publiées par  le Département de Chirurgie Générale - Comité de Pathologie Mammaire - IGR septembre 2007 extraites du paragraphe :

La chirurgie de reconstruction mammaire à l’IGR.

Je suis une victime d’implants en silicone Mentor suite à une fuite ou rupture d’une prothèse de 1991.Malgré le changement d’implants en 2005, les résidus de ceux de 1991 vont  m’entraîner vers un cancer du sein en 2008.  Les douleurs et problèmes de santé s’accroissent et je ne pourrais jamais reprendre mon travail. Je suis passée en invalidité en 2012 après 4 années d’arrêt en maladie.

 A noter, qu’un cancer directement lié au port d’implants en silicone a été reconnu en 2011 : Le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC). 

Contre toute attente,  l’ANSM (l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament) a prétexté un nombre insuffisant de patientes volontaires pour pouvoir continuer l’Etude Épidémiologique Lucie qui devait durer 10 ans alors que toutes les femmes porteuses d’implants n’ont pas été informées qu’une telle étude allait être mise en place dès 2014. En effet, la condition unique pour pouvoir la réaliser était que 50 000 à 100 000 femmes proposent leur participation.

Seulement 4200 femmes se sont portées volontaires (et ceci par manque d’informations) alors qu’en 2013, l’ANSM estimait à 346 000 le nombre de femmes porteuses d’implants en silicone en France !

Les femmes veulent pourtant savoir la vérité, mais aucun registre n’a été établi pour les contacter, les informer et leur proposer de participer.

Le rapport de la Haute Autorité de  santé de 2015 a conclu qu’il existe peu d’études bien conduites dans la littérature évaluant le bénéfice et les risques des implants mammaires, quelle que soit l’indication.

Pourtant, les implants continuent d’être posés dans le corps des femmes à l’heure actuelle ! 

« De nombreux professionnels du monde médical ont déjà soulevé la question d’un risque lié aux implants en  silicone. Je suis convaincue que les implants sont dangereux pour la santé des femmes et qu’il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme… »

Parce qu’en France notre santé devrait être plus importante que l’argent des lobbies médicaux.

ET SURTOUT parce qu’il s’agit de femmes de votre entourage, que vous le sachiez ou non, vos mères, vos filles, vos sœurs et vos amies.

 SIGNEZ CETTE PÉTITION POUR LA MISE EN PLACE D’UNE ETUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE.

- Pour faire valoir notre droit à l’information et notre droit à la santé.

- Pour les nombreuses femmes qui chaque année optent pour des implants en silicone (esthétique ou de reconstruction) sans connaître les risques et les conséquences graves qui peuvent nuire à leur santé.

- Pour les  nombreuses femmes implantées qui souffrent et n’ont aucune reconnaissance.

- Pour enfin étudier les risques potentiels que présentent ces prothèses car il n’y a jamais eu d’étude épidémiologique en France sur le port d’implants mammaires en silicone.

- Pour que cette fois, les femmes porteuses d’implants soient réellement contactées et informées.

- Parce que la loi Kouchner du 4 mars 2002 permet à tous les français de récupérer tous leurs dossiers médicaux. Il n’est donc pas utile que les chirurgiens transmettent les dossiers aux chercheurs. Les femmes peuvent elles-mêmes transmettre leurs données médicales anonymement pour participer à une étude.

UN ARRÊT DES POSES DE PROTHÈSES DOIT DE NOUVEAU ETRE MIS EN PLACE, LE TEMPS QUE LES RÉSULTATS DE L’ETUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE SOIENT PUBLIES ET QUE L'INNOCUITÉ OU LA DANGEROSITÉ SOIENT PROUVÉES.

Annexe :

Si vous voulez connaitre les raisons de la mise en place de cette pétition sur Change.org, allez sur mon blog qui détaille mon historique de santé et les liens évidents avec les implants en silicone.

Voici mon historique de porteuse d’implants, diagnostiquée d’un cancer du sein et explantée 20 mois après mon intervention par tumorectomie et les traitements de chimiothérapie et radiothérapie :

 http://porteuses-de-protheses-mammaires-mentor.over-blog.com/2016/12/mon-historique-de-sante.html

 



Jocelyne compte sur vous aujourd'hui

Jocelyne CHAPUIS a besoin de votre aide pour sa pétition “Prothèses mammaires en silicone et effets indésirables sur la santé : exigeons la vérité !”. Rejoignez Jocelyne et 1 041 signataires.