Pétition fermée

La légion d'honneur pour Franck le héros de Nice

Cette pétition avait 18 signataires


Le soir du 14 juillet, il était parti pour assister au feu artifice avec sa femme. Arrivés trop tard, ils décident d'aller manger une glace. Puis, "on a senti un mouvement de foule venir dans notre dos. On a entendu des cris et des voitures se mettaient en travers", raconte-t-il. Franck roulait à 60 km/h, le 19 tonnes blanc le double alors "à fond". Pour rattraper Mohamed Lahouaiej-Bouhlel dans sa course folle, l'homme slalome "entre les gens, vivants et morts". "Je me souviens même de crier dans le casque. Je criais à la mort en fait, poursuit-il. J'étais dans un état second mais à la fois lucide. Je suis donc parvenu à me mettre sur sa gauche, mon objectif était d'atteindre la cabine". "Je l'ai frappé, frappé, et frappé encore" Franck décide alors de jeter son scooter contre le camion et de courir à côté. Il atteint finalement la cabine et parvient à se hisser côté conducteur: "J'étais sur les marches au niveau de la fenêtre ouverte. Face à lui. Je l'ai frappé, frappé, et frappé encore. De toutes mes forces avec ma main gauche même si je suis droitier. Des coups au visage". Quand on l'interroge sur l'état d'esprit de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, Franck répond qu'"il ne disait rien. Il ne bronchait pas". Le héros doit sans doute la vie au fait que l'arme du terroriste n'ait pas fonctionné: "Le pistolet ne marchait pas. J'avais l'impression qu'il essayait de le manipuler ou de le charger, je n'en sais rien. Il me visait, appuyait sur la gâchette, mais ça ne marchait pas". Le Tunisien de 31 ans fini par réussir à armer son pistolet. Il tire en direction de Franck, qui glisse alors entre les roues du camion. Les policiers arriveront finalement à neutraliser le tueur au camion.


Pierre compte sur vous aujourd'hui

Pierre NOTTON a besoin de votre aide pour sa pétition “President Assemblée nationale : La légion d'honneur pour Franck le héros de Nice”. Rejoignez Pierre et 17 signataires.