Non à l'expulsion d'Habibata et son bébé

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Habibata est Ivoirienne, son bébé est né à Quimper il y a 7 mois. Elle doit se faire poser une prothèse totale de la hanche début décembre. Elle souhaite demander l’asile en France, mais la Préfecture du Finistère refuse d’étudier sa demande, et organise son expulsion vers l’Italie.
 
Vous pouvez agir ! Nous demandons aux citoyens, élus, associations, de se mobiliser afin de convaincre M. Lelarge, préfet du Finistère, d'annuler le renvoi en Italie de Habibata et de son bébé. 
Cette demande de protection sera acceptée ou refusée, mais elle aura au moins eu la possibilité de faire la demande.

Au mois de juin, le président de la République dénonçait le "cynisme et l'irresponsabilité" de l'Italie quant à l'accueil des réfugiés. Quelques jours après, ici même à Quimper, il accusait ce pays de "trahir l'asile".

Comment ne pas évoquer le cynisme et l'irresponsabilité quand, quelques mois plus tard, la Préfecture du Finistère continue d'expulser des demandeurs d'asile vers l'Italie ?
Tout ceci au nom du règlement Dublin qui détermine que les exilés doivent déposer leur demande dans le premier pays européen où ils déposent leurs empreintes.
Ce règlement n'est pas obligatoire, et son article 17 permet à la France d'accepter d'étudier la demande d'asile, pour des raisons humanitaires.
 
Or nous le constatons régulièrement, les raisons humanitaires ne sont quasiment jamais prises en compte.
 
La situation d’Habibata en est un exemple flagrant. Elle a quitté son pays, la Côte d'Ivoire, et pensait pouvoir trouver du travail et reconstruire sa vie en Algérie, ce qui s'est révélé impossible. Etant francophone, elle décide de venir en France, avec sa cousine mineure. Elles passent par la Libye où elles sont emprisonnées pendant 4 mois. Les viols sont fréquents pour les femmes en exil, que ce soit aux passages des frontières ou pendant les séjours en prison.
 
Elles finissent par arriver à traverser jusqu'en Italie, où elles apprennent qu'elles sont enceintes. Elles arrivent finalement à Quimper, au mois d'avril, où elles accouchent toutes les deux à quelques semaines d'intervalle.
 
Prises en charge dans un centre maternel, elles peuvent enfin se poser et effectuer des examens médicaux, Habibata souffre quotidiennement quand elle marche, des examens montrent qu’une pose de prothèse totale de la hanche est nécessaire. L'intervention est programmée pour début décembre, et s'en suivra un mois minimum de rééducation, pendant lequel son bébé devra être confié dans une famille d'accueil.
 
En parallèle, elles déposent une demande d'asile, mais pour Habibata la Préfecture enclenche une "procédure Dublin", et son expulsion est organisée, malgré un courrier envoyé au préfet pour lui expliquer la situation.
 
Un recours est déposé au tribunal administratif, et contre toute attente celui-ci est perdu, le tribunal n'annule pas la procédure d'expulsion. Habibata devrait, dans les jours ou semaines qui viennent, être convoquée à la préfecture ou au commissariat, afin de se voir remettre un billet d'avion pour l'Italie. Si elle refuse d'embarquer, elle risque jusqu'à trois ans de prison.
Si elle accepte le renvoi en Italie, il n'y a quasiment aucune chance qu'elle puisse être soignée.
Un rapport de Médecins Sans Frontières (1), daté du début de cette année, indique qu'en Italie : "des milliers de personnes n'ont même pas un abri décent où dormir, assez de nourriture ou à la possibilité de voir un médecin."
 
La préfecture du Finistère persiste à vouloir expulser une femme seule et son bébé, alors qu'elle n'y est pas obligée. Elle souhaite l'expulser vers un pays qui, selon le président de la République, trahit l'asile et fait preuve de cynisme et d'irresponsabilité.
 
Nous renouvelons une nouvelle fois notre demande de concertation avec la Préfecture, afin de pouvoir évoquer avec eux les situations humanitaires des demandeurs d’asile.
 
 
(1) https://www.msf.fr/decouvrir-msf/nos-operations/italie-assistance-aux-migrants



Ligue des Droits de l'Homme compte sur vous aujourd'hui

Ligue des Droits de l'Homme - a besoin de votre aide pour sa pétition “Prefet du Finistere: Non à l'expulsion d'Habibata et son bébé”. Rejoignez Ligue des Droits de l'Homme et 1 214 signataires.