Mettre fin à la gestion catastrophique de l'Aérodrome d'Aix en Provence LFMA Par EDEIS

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


STOP à la gestion calamiteuse de l’Aérodrome d’Aix-Les Milles par EDEIS.

Collectif des Usagers de l’Aérodrome et en relation avec des riverains d'Aix en Provence.

Le 1 Janvier 2018, la DGAC confiait la gestion de l’aérodrome d’Aix- Les Milles à une société privée EDEIS, détenue par des fonds d’investissement en recherche d’une bonne affaire. Les engagements annoncés par EDEIS étaient la modernisation  et le  développement du site dans le respect des contraintes environnementales. 

Après trois années d’exploitation, nous faisons l’amer constat que le délégataire a surtout eu comme objectif la recherche de profit maximal pour son actionnaire au détriment de l’aéronautique, de ses engagements auprès de la Fédération Française de l’aéronautique et de ses usagers historiques qui ont pourtant largement contribué à la survie de la plateforme depuis le départ de l’armée de l’air.

Le plan d’investissements intégré  dans le contrat de concession n’a pas été respecté : 

2018 : Merlon anti-bruit,  éclairage des aires de stationnements des avions,
2019 : Début des travaux de mise en conformité des réseaux d’eaux (Respect de la Loi sur l’eau),
2020 : Éclairage du site et poursuite des travaux sur les réseaux eau.
Soit environ 1,8 millions d’€ versés aux calendes grecques.

L’entretien minimal attendu de la part d’un  gestionnaire professionnel  n’a pas été assuré sérieusement :

Entretien des bâtiments et des espaces verts adjacents, 
Entretien des taxiways, présence d’objets régulièrement
Indisponibilité répétée de la station de carburant et nous ne parlons pas seulement d’un problème matériel mais bien de gestion d’avitaillement de carburant….
Par contre, EDEIS a mené une campagne d’augmentation systématique des tarifications avec chantage à l’expulsion pour les récalcitrants qui refuseraient ces augmentations pour le moins arbitraires puisque sans réelle contrepartie en termes de services rendus:

Taxes d’atterrissage,
Loyers des AOT,
Augmentation significative du prix du carburant….
Différences de prix entre usagers aillant les mêmes m2 en location
Promesses non tenues à de nombreux pratiquants 
Cette gestion financière prédatrice, couronné par un subventionnement de charges d’exploitation versé  par la DGAC  (pourtant non prévu par le contrat de concession) a permis de dégager des bénéfices pour le plus grand  profit de l’actionnaire !!

L’objectif d’enrichissement de l’actionnaire est atteint alors que les usagers privés, aéroclubs, école de pilotage, associations aéronautiques  ne semblent être que des variables d’ajustements dans l’attente du développement d’activités élitistes comme l’aviation d’affaires. Cette activité  devrait trouver sa place naturellement à l’Aéroport de Marseille Provence de façon à privilégier la destination initiale de l’aérodrome pour les activités de vol à vue.

 


Le collectif des usagers de l’aérodrome demande donc de mettre fin à ce système privilégiant l’intérêt privé à l’intérêt général. 

Nous demandons à la DGAC de résilier la DSP EDEIS, de reprendre en direct la gestion de la plateforme ou si elle s’en juge incompétente, de procéder à son transfert vers une collectivité territoriale : Métropole ou Mairie qui sont plus à même de mener un développement économique harmonieux, durable et équilibré en tenant compte des aspirations des usagers, des riverains et des enjeux environnementaux !