Nuisances sonores du "Parpaing qui Flotte": le Préfet se moque du sommeil des voisins

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


   Depuis un an, un collectif d'une soixantaine de voisins du quartier du Camas à Marseille s'est constitué pour faire valoir leurs droits à la tranquillité, au sommeil nocturne et à leur sécurité depuis l'installation du bar-restaurant "Le Parpaing qui flotte", qui refuse toute négociation concernant l'aménagement acoustique de son établissement et qui multiplie les provocations. 

Notre collectif ne s'oppose pas à la renaissance d'un lieu fermé depuis deux ans et au développement de lieux conviviaux pour les habitants du quartier mais souhaite simplement que cette activité soit compatible avec le  bien-être du voisinage.

Les nuisances sonores dont nous parlons et leur caractère invasif placent réellement les habitants du quartier et leurs enfants en souffrance. Ceux ci commencent à collecter des certificats médicaux. Nous vivons chaque soir de 19h à 1h du matin dans un brouhaha permanent, des cris, de la musique forte.

Nous vous renvoyons au rapport de l'ANSES de février 2013: "Évaluation des impacts sanitaires et extra-auditifs du bruit environnemental" pour que vous puissiez comprendre que notre demande n'est pas le fait de personnes "aigries", "âgées", "ne supportant aucune gêne", "fascistes", "négatives", "pessimistes", "frustrées", "jalouses", "casanières", "étriquées" comme le responsable de l'établissement se plait à le croire.

Cet entrepreneur qui se victimise et qui a, paraît-il, ouvert un deuxième établissement à Cannes, a tout simplement sous-estimé le facteur acoustique dans la réalisation de son projet, et ne souhaite pas s'adapter à l'environnement résidentiel qui a pourtant chercher à négocier avec lui à de nombreuses reprises.

Devant le refus du patron de prendre les mesures qui s'imposent, une demande de fermeture administrative a été déposée par le Commissariat.

Celle ci a été annulée sans justification et dans des circonstances assez obscures en mai 2017, sans qu'aucune mesure acoustique n'ait été effectuée dans les logements, à la suite, semble-t-il de l'intervention des soutiens politiques de ce responsable. 

Fin 2016, un voisin a été victime d’agression physique à la batte de base-ball et de menaces de la part du patron de cet établissement qui le soupçonnait de jeter de l'eau par la fenêtre, tandis qu'un autre s'est vu agresser physiquement par le vigile, heureusement sous les yeux de la Police qui est intervenue à temps. Plusieurs voisins ont déjà été contraint de déménager.

Cette annulation accorde crédit au discours démagogique d'un responsable d'établissement, nouvellement installé et qui a refusé à maintes reprises le dialogue, qui refuse toujours le moindre aménagement proposé par le collectif telles l'installation de tonnelles insonorisées et l'arrêt de la consommation hors terrasse, qui s'est déplacé en personne avec plusieurs amis menacer et agresser physiquement un voisin à l'aide d'une batte de base ball, qui a fait signer une pétition de sympathisants de son établissement pour la plupart non résidents du quartier, qui cherche à politiser un débat en accusant ses voisins de "fascistes", alors qu'il s'agit en réalité, d'une question de santé et de sécurité publique.

Depuis l'annulation de la fermeture administrative, nous assistons au retour de comportements inciviques qui avait été modéré un temps:

- ouverture d'un patio jusqu'à minuit plutôt qu'à 10h

- jet de bouteilles dans les containers jusqu'à 1h du matin sous les fenêtres des voisins,

- consommation hors terrasse d'une trentaine de personnes chaque soir,

- parking sauvage des scooters sur les passages piétons,

- musique forte toutes fenêtres ouvertes...

 

Nous faisons appel à votre solidarité et à votre soutien, dans une démarche citoyenne, afin de nous aider à obtenir gain de cause auprès des décideurs politiques, desquels nous nous sentons complètement abandonnés. Il devient urgent qu'une solution soit trouvée pour mettre un terme à la situation scandaleuse dont nous sommes victimes.

 

Si vous rencontrez le même genre de problèmes ou si vous vous sentez tout simplement solidaires des souffrances quotidiennes que nous endurons, nous vous prions de bien vouloir signer cette pétition afin de préserver notre santé et notre sécurité et de faire respecter le droit.

 

                                                          Le Collectif Radio Goudard.

 

 

 

 



Collectif Radio Goudard compte sur vous aujourd'hui

Collectif Radio Goudard a besoin de votre aide pour sa pétition “Prefecture de Police de Marseille: Nuisances sonores du "Parpaing qui Flotte": le Préfet se moque du sommeil des voisins”. Rejoignez Collectif Radio Goudard et 201 signataires.