Stade du Dorat occupé : jusqu'à quand ???

Stade du Dorat occupé : jusqu'à quand ???

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
ASPOM BORDEAUX a lancé cette pétition adressée à pref-psi-securite-interieure@gironde.fr

Stade du Dorat occupé : jusqu'à quand ???

Stade du Dorat à Bègles pour l'ASPOM, domaine de Rocquevielle à Mérignac pour les Girondins, terrains de l'Université à Pessac pour le BEC...
Bienvenue sur la liste des installations sportives occupées "officiellement" par les gens du voyage !
Nos installations sont devenues des "spots", mais cette célébrité ne nous fait pas du tout rire...

À l'ASPOM, mi-avril, nous nous félicitions, à la fin d'une semaine de vacances sportives, d'une démarche éco-citoyenne impliquant les enfants : débarrasser notre stade de tous les déchets, qu'ils soient portés par le vent ou laissés par des visiteurs non convertis.
Quel beau message, partagé avec nos gamins !

Quinze jours plus tard, nous nous sentions déjà moins fiers, envahis par cinquante caravanes, clôture renversée...
Et un mois plus tard, voilà le tableau : des caravanes en plus, des provocations, des menaces, des intrusions, des déprédations, de l'insalubrité, et un terrain de foot/rugby massacré...
Du grand classique, depuis 7 à 8 ans que nous subissons ces invasions, même si nous avons parfois affaire à des groupes plus "respectueux" des installations.

Comment expliquer alors à nos gamins que ce à quoi ils ont participé était juste et citoyen ?

Enfin, nos stades ont-ils vocation à être occupés plusieurs mois dans l'année par des caravanes ?

Nos stades sont-ils de vulgaires friches abandonnées ?

Ce qu'il faut savoir, c'est que sur fond de bisbille entre la Préfecture et les collectivités territoriales concernant l'application du schéma départemental d'accueil des gens du voyage, la Préfecture de Gironde, pourtant souvent empressée à nous donner des leçons de citoyenneté, refuse d'ordonner les expulsions, ou fait traîner les procédures...

Mais qui paie les pots cassés ?
Et qui efface les traces, remet en ordre, relance les activités suspendues ?


Si comme nous, vous pensez qu'un stade doit rester un espace sacré !
Si comme nous, vous préférez l'odeur du gazon fraîchement coupé !

Partagez cette pétition, et relayez-la autour de vous !

 

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !