L'école doit rester publique!

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


 Liège, le 6 novembre 2018.


Aux membres du Parlement
de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Madame la parlementaire,
Monsieur le parlementaire,


L'éducation est un droit fondamental que nous devons garantir, respecter et protéger.
Force est de constater que ce droit est mis à mal un peu partout dans le monde et que les tentatives de marchandisation et de privatisation des systèmes éducatifs se multiplient. 

Vous allez, dans les semaines à venir, être appelé-e à voter  un décret pour l'enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie qui le place sous la responsabilité d'un organisme doté d'une personnalité juridique propre, distincte donc de votre Gouvernement. 

Nous attirons tout particulièrement votre attention sur le fait qu'un tel transfert d'organisation et de gestion de l'enseignement de la Communauté française en dehors de l'administration FWB participe à un désengagement politique vis-à-vis de l'éducation pour tous. Or, vous le savez, cet engagement est essentiel si l'on veut contrôler les déterminants sociaux et réduire les fractures économiques, sociales et culturelles existantes.
Le gouvernement, pouvoir organisateur de l'enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit tout mettre en œuvre pour que l'enseignement public ne soit pas instrumentalisé par les acteurs économiques et que soient appliqués les fondements soutenant la démocratie tels que les principes de transparence, de participation et de responsabilité.

Par conséquent, nous vous appelons à:
- refuser ce transfert vers une personne morale;
- vous opposer à toute tentative de privatisation de l'enseignement de la Communauté française de Belgique;
- renforcer votre engagement politique en faveur d'un enseignement public, pour tous;
- proposer une alternative différente pour répondre à ce besoin de distinction du pouvoir organisateur. Plusieurs propositions existent autres que celles que vous proposez. Citons notamment, soit confier l’enseignement de la FWB à un département distinct au sein de l'administration sous la responsabilité d'un autre ministre que celui responsable du pilotage de l'enseignement obligatoire, soit transférer cet enseignement aux régions, soit le répartir auprès des autres pouvoirs publics (communes et provinces) par niveau d'enseignement (primaire et secondaire). 


Persuadé-e que vous accorderez une attention toute particulière à cette demande et que vous agirez dans l'intérêt de tous, veuillez agréer, Madame la Parlementaire, Monsieur le Parlementaire, l'expression de notre très haute considération.

 



Alternatives à la privatisation de l'école publique (APEP) compte sur vous aujourd'hui

Alternatives à la privatisation de l'école publique (APEP) a besoin de votre aide pour sa pétition “Président du Parlement de la Communauté française de Belgique : L'école doit rester publique!”. Rejoignez Alternatives à la privatisation de l'école publique (APEP) et 9 843 signataires.