Pour la levée du statut DPS et la réinsertion d'Alain FERRANDI et de Pierre ALESSANDRI

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


L’ORA DI U RITORNU - LIGUE des DROITS DE L'HOMME  Section de Corse

Appel aux consciences

« Pour Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI aussi, La loi, rien que la loi, toute la loi ! » 
Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité sans ajout de période de sûreté, par une cour d’assises spécialement composée, pour leur participation à l’assassinat du préfet Claude ERIGNAC.

Ils sont incarcérés depuis plus de 21 ans dans une centrale sécuritaire dans la région parisienne. Cela fait près de 4 ans qu’ils sont conditionnables. Et pourtant, aucune perspective de rapprochement ni de réinsertion sociale et familiale ne se dessine pour eux. Nous en connaissons la cause : leur statut de détenus particulièrement signalés, le DPS.

Récemment, le premier ministre a confirmé vouloir maintenir ce statut pour les deux hommes ignorant ainsi le règlement pénitentiaire européen auquel a adhéré la France, notamment sa règle 17 qui énonce « les détenus doivent être répartis dans des prisons situées près de leur foyer ou de leur centre de réinsertion sociale ».

Il a justifié sa position au regard des risques d’évasion que leur présence dans un centre de détention Corse présentait mais également eu égard à la gravité des faits commis par Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI et de leur potentielle dangerosité. Notion imprécise qui ouvre la porte à l’arbitraire.

Tous ces arguments s’opposent à la réalité des faits.

Depuis plus de 21 ans, ni l’un ni l’autre n’ont tenté de s’évader. Aucun d’eux depuis près de 8000 jours de détention, n’a posé de problème de gestion quotidienne selon les avis de l’administration pénitentiaire dans un contexte, celui de DPS, qui leur fait subir des mesures de surveillance renforcées. Les commissions locales compétentes en matière de levée du statut de DPS et de conditionnelle probatoire ont systématiquement émis des avis favorables. Quant à la gravité des faits, doit-on rappeler que ceux-ci ont fait l’objet d’un jugement. Doit-on rappeler que dans un Etat de droit, il revient aux juges de prononcer des peines et non au pouvoir exécutif de se substituer à eux ni d’aggraver les punitions en prolongeant la peine d’emprisonnement sous couvert d’une procédure administrative d’inscription au répertoire des DPS.

La position du premier ministre n’est pas acceptable. Elle a suscité une indignation largement partagée.

Nous, signataires, face à cet acharnement, disons avec force notre attachement à l’Etat de droit et à l’égalité devant la loi. Nous rejetons la perspective d’un emprisonnement à vie des deux hommes. Nous demandons la levée immédiate de leur statut de DPS, leur rapprochement en Corse auprès de leur famille afin que toutes les conditions de leur réinsertion soient garanties. Nous appelons l’ensemble des citoyennes et des citoyens dans leur diversité à se mobiliser contre un déni de justice et un déni d’humanité en participant aux actions de soutien à Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI.

POUR LE RESPECT DU DROIT ET L’APPLICATION DE LA LOI, nous en appelons aux consciences.

Les 100 premiers signataires :

Jean Claude ACQUAVIVA (artiste, bureau LDH Corse), Jean Félix ACQUAVIVA (député 2ème circonscription de Haute-Corse), Marie-Anne ACQUAVIVA (vice-présidente association caritative, bureau LDH Corse), Baptist AGOSTINI-CROCE (élève-avocat), Antoine AIELLO (directeur de l’unité Stella Mare/prés. honoraire de l’Université de Corse), Jean-François ALBERTINI (médecin généraliste), Arié ALIMI (avocat, bureau nat. LDH), Dominique ANCHETTI (chef d’entreprise), Pierre ANCHETTI (chef d’entreprise), Vincent ANDRIUZZI (chargé de mission pour les filières bilingues dans le second degré), Jean-Christophe ANGELINI (maire de Porto-Vecchio/prés. de l’agence de développement économique de la Corse), Antoine ARENA (vigneron), Jean Baptiste ARENA (vigneron), Pascal ARROYO (artiste, bureau LDH Corse),  Patrick BAUDOIN (avocat, prés. d’honneur de la fédération internationale pour les droits humains/FIDH), Pierre-François BELLINI (maire de Carbuccia), François BERLINGHI (enseignant à la retraite), Dominique BIANCHI (exploitant agricole), Paul BIANCHI (prés. INTERBIO-Corse), Dominique BIANCONI (U Svegliu Calvese), Ghjuvan BIANCUCCI (maire de Cutuli/prés. de l’agence d'aménagement durable, d'urbanisme et d'énergie de la Corse), Antonin BRETEL (syndicaliste, bureau LDH Corse), Frédérique CAMPANA (ancien bâtonnier, bureau LDH Corse), Jean BRIGNOLE (STC), Jean-François CASALTA (ancien bâtonnier, bureau LDH Corse), Antone CASANOVA (maire de Pioggiola), Thierry CASANOVA (directeur cabinet d’expertise comptable), François CASASOPRANA (syndicaliste, ancien conseiller général 2A), Michel CASTELLANI (député 1er circonscription de Haute-Corse), Jean-Pierre CAUX (exploitant agricole), Paul CAUX (exploitant agricole), Gigi CECCALDI-CASABIANCA (enseignante), Jean Jacques CECCALDI (chef d’entreprise), Vanina CODACCIONI (maîtresse de conférences/Paris 8), Joseph COLOMBANI (prés. FDSEA 2B, prés. Chambre d’agriculture 2B, LDH Corse), Paul André COLOMBANI (député 2ème circonscription de Corse-du-Sud), Dominique CORTICCHIATO (assistante sociale), Jean-Sébastien DE CASALTA (ancien bâtonnier, vice-prés. LDH Corse), Francine DEMICHEL (universitaire, membre du bureau LDH Corse), Jean-Pierre DUBOIS (prés. d’honneur de la LDH), Françoise DUMONT (prés. d’honneur LDH), Philippe FABRI (chef d’entreprise), Dominique FEDERICI (prés. de l’université de Corse), Jean-Jacques FERRARA (député 1er circonscription de Corse-du-Sud), Ambroise FIESCHI (chef d’entreprise), Guy FIRROLONI (éditions Albiana), Paul André FLUIXA (Via Campagnola), Anaiz FUNOSAS (prés. du mouvement civil Bake Bidea/Le chemin de la paix), Philippe GATTI (ancien bâtonnier, LDH Corse), Tony GIAMARCHI, François GIUDICELLI (UNSA Corse), Jean-Paul GUERRIERI (maire de Palasca), Henri LECLERC (prés. d’honneur LDH), Noël Dominique LIVRELLI (prés. de la communauté de communes du PRUNELLI), Anne-Marie LUCIANI (coordinatrice comité local générations.), Saveriu LUCIANI (prés. de l’office des équipements de l’office hydraulique de la Corse), Francis MARCANTEI (artiste), Achille MARTINETTI (maire de Bucugna), Christine MATTEI-PACCOU (directrice d’école à la retraite, bureau LDH Corse), Marie-Antoinette MAUPERTUIS (prés. de l’agence du tourisme de la Corse), Fabien MINEO (FSU 2B), Jean Martin MONDOLONI (conseiller territorial de Corse), Lionel MORTINI (maire de Belgodere/prés. de l’office de développement rural agricole de la Corse), Gérard MORTREUIL (bureau LDH Corse), Gabi MOUESCA (directeur de la Ferme Emmaüs Baudonne, prés. honoraire de l’observatoire international des prisons-OIP), Laurent MUCCHIELLI (directeur de recherche au CNRS), Jean Dominique MUSSO (prés. Centre d’Economie Rurale de Corse du Sud),  Stéphane ORSONI (maire d’Ochjatana), Jean-Charles ORSUCCI (maire de Bonifacio, LDH Corse), Pascale ORTOLI (FSU 2A),  André PACCOU (délégué LDH Corse), Jean-Jacques PANUNZI (sénateur de Corse-du-Sud), Paul-Toussaint PARIGI (sénateur de Haute-Corse), José PIERA (docteur Gastro-entérologue et hépatologue), Jérôme PIERLOVISI (exploitant agricole), Samira PIERLOVISI (exploitant agricole), Gaston PIETRI (abbé), Jackie POGGIOLI, Patrizia POLI (artiste, bureau LDH Corse), François PUPPONI (député 8ème circonscription du Val d’Oise), Jean-Marc PUPPONI (enseignant), Elsa RENAUT (prés. LDH Corse), Dominique RENUCCI (militante de l’environnement, bureau LDH Corse), Camille ROMANI (ancien bâtonnier), Nicolas RUTILY (maire d’Orto), Malik SALEMKOUR (prés. de la ligue des droits de l’Homme), Michele SALOTTI (U Levante), Jean- François SAMMARCELLI (prés. de la Chambre Régionale d’Agriculture de Corse), Sampiero SANGUINETTI (journaliste, bureau LDH Corse), Marcel SANTINI (syndicaliste FO), Gilles SIMEONI (prés. du conseil exécutif de Corse), Sébastien SIMONI (entrepreneur), Jean Guy TALAMONI (prés. de l’assemblée de Corse), Pierre TARTAKOWSKY (prés. d’honneur LDH), Julia TIBERI (avocate, conseillère territoriale), Michel TUBIANA (prés. d’honneur LDH), Simon VENTURINI (maire d’Alzi), Antoine VERSINI (maire de Cristinacce), Joseph VERSINI (exploitant agricole), Frédéric VINCENSINI (Libre Pensée de Corse).