Pour le transfert du transit poids lourds nord-sud, de la route au rail, en Alsace

Pour le transfert du transit poids lourds nord-sud, de la route au rail, en Alsace

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
GCO NON MERCI a lancé cette pétition adressée à Frédéric Bierry (Président de la Collectivité européenne d'Alsace) et à

Réduire le trafic routier, notamment celui des poids lourds dans la plaine d'Alsace est possible en allégeant l'axe nord-sud, de son trafic de transit. Pour cela, la solution s'appelle le FERROUTAGE.
---

Mise à jour le lundi 3 janvier 2021

La plaine d’Alsace, sur son axe nord-sud, est envahie par les poids lourds en transit qui entraine de nombreuses nuisances comme :

  • accélérer la dégradation des routes à cause de leur poids ;
  • augmenter la pollution de l’air ;
  • augmenter le trafic local qu’ils contribuent à surcharger.

Un nouvel axe autoroutier à péage, l’autoroute A355 de contournement ouest de Strasbourg, appeler aussi GCO ou COS, ouverte le 17 décembre dernier et dont l’objectif est faciliter le transit international entre l’Europe du Nord et l’Europe du Sud, va encore accroître le trafic de poids lourds en transit au passage de la capitale alsacienne, en raison d’une tarification à bas coût, malgré le péage du GCO, par rapport au transit de l’autre côté du Rhin, côté allemand, détériorant encore un peu plus notre cadre de vie, en transformant la plaine d’Alsace en couloir à camions.

La France est déjà condamnée par la cour de justice de l’Union européenne à des amendes conséquentes pour ne pas avoir mis en place des mesures restrictives par rapport à la pollution aux particules fines.
Le Conseil d’Etat a lui aussi condamné la France pour sa politique insuffisante à lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

L’Eurométropole de Strasbourg va mettre en application les zones à faible émission (ZFE) sur l’ensemble de son territoire à partir 1er janvier 2022 et échelonné jusqu’en 2028. A terme, quatre des 33 communes qui la composent interdiront à terme les Crit'Air 2 à partir du 1er janvier 2028.

Mais en l’état, ce ne sera jamais suffisant faute d’une législation suffisamment forte pour limiter les conséquences du réchauffement climatique.
D’un côté, nous actons l’échec de la COP, et de l’autre, la loi Climat et Résilience voté durant l’été 2021, est en-deçà des préconisations de la Convention citoyenne pour le climat, créé par le président de la République, alors qu’il s’était engagé en juin 2020, à reprendre sans filtre ses propositions. Seule à peine 10% sont reprises en l’état dans la loi.

Face à l’augmentation du flux routier sur notre département, des solutions existent pour réduire les bouchons et la pollution. Pour le comprendre, nous invitons à lire : « Flux routier : pourquoi soutenir le ferroutage ? »

ET SINON, en plus de l’écotaxe que nous appelons de nos vœux,

  1. nous demandons à la Région Grand Est, la mise en place du FERROUTAGE aux entrées principales : Belfort, Bâle et Lauterbourg, où le chemin de fer est présent localement et d’engager en amont des travaux sur les lignes électrisées et d’électriser les maillons manquant de manière d’avoir une continuité sur le réseau ;
  2. dès la mise en place effective du ferroutage, nous demandons à la CEA d’instaurer une interdiction de franchir notre département sur l’axe nord-sud, sauf en cas de desserte locale effective, aux camions en transit.

Nous, citoyennes et citoyens conscients,
qui avons envie d’une cadre de vie normal.

Merci à l'un de nos militants d'avoir inspiré cette pétition.

---

REMARQUE :
Dans les objectifs, il est clair qu’en lançant cet initiative, il s’agit ensuite pour nos décideurs politiques de trouver la meilleure harmonisation autour de la question du ferroutage qui ouvre des possibles organisationnelles au-delà de nos frontières départementales. Nous pensons également à l’étude en cours sur le ferroutage des camions vers le port autonome de Strasbourg.
Enlever des camions de nos routes alsaciennes est possible. Il faut juste la volonté politique de le mettre en œuvre.

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !