Pour l'ouverture simple et totale des frontières de l'Algérie

Pour l'ouverture simple et totale des frontières de l'Algérie

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Kaouther Bfr a lancé cette pétition adressée à Président Abdelmajid Tebboune

Pour une majorité d’entre nous, nous n’avons pu rentrer en Algérie depuis le début de la pandémie. Plus d’un an que des millions d’Algériennes et d’Algériens à travers le monde n’ont pu retrouver leurs familles, leurs parents, faire le deuil d’un proche… n’ont pu retrouver leur mère patrie, tout simplement. Des histoires rocambolesques, il y en a hélas à foison. Des couples séparés, des parents âgés et mourants que leurs enfants demandent à voir une dernière fois, des êtres chers enterrés « via Skype, Messenger »… Combien de temps cela durera encore ? N’avons-nous pas assez souffert ?

La souffrance est d’autant plus grande encore que nous assistons, totalement impuissants, à une véritable razzia des Algériens, au vu et au su de tous. L’ouverture des frontières « partielle » a été décidée officiellement le 1er juin 2021. Mais officieusement, il est impossible de trouver le moindre vol. Les rares vols d’Air Algérie ou ceux de compagnies étrangères qui ont été finalement autorisés partent comme des petits pains, à des prix scandaleux et indignes de notre pays. Plus indigne encore, « la vente sous table » de ces mêmes billets à une élite algérienne, des « vols spéciaux pour diplomates », ou encore depuis
peu, la dispense du confinement obligatoire à l’arrivée en Algérie pour ces
personnes, qui pourront être confinées « chez elles ».

Il y aurait-il une immunité contre le coronavirus de ces gens-là ? Visiblement oui. Il nous aurait suffi d’être « Algérien d’en haut » pour aller simplement dans notre pays, c’était en fait si simple que cela… Mais pour notre malheur, nous avons les pieds de l’autre côté de la Méditerranée et aucun passe-droit. Hors dès que l’on hausse le ton pour nous faire entendre, on nous accuse de porter atteinte à l’intégrité de l’Algérie, de semer la « fitna », de vouloir « importer » la maladie. Mais il faudrait demander plutôt à ces gens-là ce qu’ils en pensent, entre les soins suivis à l’étranger par des politiques, de stars du petit écran… Des journalistes étrangers qui viennent mener leurs investigations sans être inquiétés à leur arrivée. Et d’autres encore… Voilà la véritable injustice. Ce n’est pas tant que l’on ne puisse pas aller en Algérie. C’est plutôt ce privilège d’y aller au détriment de millions d’autres, qui attendent depuis de nombreux mois.  

Nous sommes conscients évidemment du risque sanitaire existant. Nous ne voulons pas « importer » la maladie à ceux que nous aimons. Mais n’est-ce pas là prendre le problème à l’envers ? L’épidémie progresse comme partout ailleurs, la solution est-ce vraiment de nous priver de notre droit le plus fondamental ? Nous sommes soumis au test PCR avant notre départ et à l’arrivée en Algérie. Pour beaucoup, nous sommes déjà vaccinés. À l’arrivée,
nous sommes confinés. Des mesures qui, même si elles sont lourdes, nous paraissent justes et allant dans le sens de la préservation de l’intérêt général de la patrie.

Aujourd’hui, nous demandons donc :

- L’ouverture simple et totale des frontières, toujours avec les conditions d’accès actuelles afin de minimiser le risque de propagation du virus ;

- Le retour aux prix NORMAUX des billets ;

- Le remboursement par Air Algérie des billets annulés depuis le début de la pandémie.

« Le peuple Algérien est un peuple libre, décidé à le demeurer.
Son histoire, plusieurs fois millénaire, est une longue chaîne de luttes qui ont fait de l’Algérie de toujours une terre de liberté, de fierté et de dignité. »


*Signé :

Une Algérienne en France parmi tant d’autres.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !