Pétition fermée

Contre l'installation de l'antenne relais Free, 10 rue des carrières à Fontenay

Cette pétition avait 747 signataires


NON à l'installation d'une antenne relais Free au 10 rue des carrières à Fontenay sous Bois!

La maternelle Dolto serait exposée à 72 mètres de cette antenne au mépris du nouveau plan local d'urbanisme (PLU) interdisant l'installation d'une antenne relais à moins de 100 mètres d'une école, d'une crèche. L'annexe de l'école maternelle Elisa Lesourd et la ludothèque rue des mocards  se situeraient à environ 100 mètres de cette future antenne. Nous sommes déjà exposés aux ondes de l’antenne située au 1 rue Raspail, soit à une centaine de mètres de la nouvelle implantation envisagée.

Le gérant de l'hôtel social situé au 10 rue des carrières, a conclu un contrat d’hébergement d’une antenne-relais de téléphonie mobile avec l’opérateur Free moyennant paiement et sans qu'il y ait eu la moindre concertation avec les habitants du quartier. Nous, propriétaires ou locataires, riverains de ce lieu, souhaitons faire valoir nos droits. La qualité de notre cadre de vie n’est pas négociable.

Sachant que :
. Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a classé les champs électromagnétiques des radiofréquences comme peut‐être cancérogènes pour l’homme (Groupe 2B),

. pour ne citer qu’une étude : « en 2013, l’équipe mixte Péritox « Périnatalité et Risques Toxiques » de l’INERIS et de l’UPJV . Résultat: les champs électromagnétiques de type antenne-relais déclencheraient des perturbations au niveau de la régulation thermique, du sommeil, de l' alimentation. Ces résultats confirmeraient également un effet de fractionnement du sommeil paradoxal. » extrait du communiqué de presse de l’INERIS
http://www.ineris.fr/centredoc/dp-anthomeo-version-definitive-1365002284.pdf

. Le rapport de l’ANSES émis en 2013 recommande de maîtriser l’exposition générale résultant des antennes-relais de téléphonie mobile.
Extrait « Il existe un grand nombre de questions en rapport avec les risques pour la santé liés aux radiofréquences qui justifient des études et des travaux d’expertise à venir, en particulier concernant l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, les expositions des enfants et d’autres populations spécifiques, notamment en milieu professionnel. Ainsi, compte tenu d'une part du nombre de publications récentes et de l'attente des résultats d'études en cours de réalisation, et d'autre part de la nécessité d’accorder une attention toute particulière à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, l’Anses a décidé de reporter l’examen de cette question à la publication d’un rapport spécifique du GT. »
https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2011sa0150Ra.pdf

. Aucune étude épidémiologique n’est menée en France pour étudier l’impact de l’exposition chronique aux ondes sur les riverains d’antennes de téléphonie mobile. A notre connaissance, les dernières études menées à l’étranger sur les riverains d’antennes remontent à 2009 et la 4 G n’existait alors pas. Cependant, l’enquête sanitaire citoyenne menée en 2011 par l’ASEF (l’Association Santé Environnement France rassemble près de 2 500 médecins) auprès de riverains d’antennes-relais de téléphonie mobile à Aubagne relève de nombreux décès et pathologies
http://collectifgeneral.blogspot.fr/2012/07/les-antennes-relais-sont-elles-nocives.html


Dans le cadre de la réglementation actuelle française basée sur des seuils définis en 2002 et controversés parce que considérés comme insuffisamment protecteurs pour la population (61 volts par mètre alors que les associations de citoyens préconisent 0,6 volt par mètre, sans même la garantie qu'une exposition chronique à ce niveau soit totalement sans impact sur le vivant), il y a donc tout lieu de s'inquiéter d’un risque sanitaire pour les populations environnantes et en particulier les jeunes enfants. A savoir: réglementation dans certains pays européens : Suisse= 5 V/M, Italie= 6V/M, Bruxelles= 4V/M

Précisons que les propriétaires-bailleurs de logements riverains du site en question sont également concernés, même s’ils résident en d’autres lieux, car pour être loué, un logement ne doit pas présenter de risques pour la sécurité ou la santé des locataires, le bailleur en est garant.


Nous avons bien conscience de l’absence de marge de manœuvre des communes concernant le processus d’implantation des antennes-relais de téléphonie mobile.
En effet, le maire de Fontenay sous Bois, soucieux du principe de précaution, a à plusieurs reprises pris des arrêtés d’opposition à des déclarations préalables de travaux pour implantation d’antennes sur sa commune.

Pourtant, dans notre dossier, la mairie aurait pu s’appuyer sur son nouveau PLU, devenu applicable le 23 janvier 2016.

Par conséquent, des riverains du Collectif des Carrières recourent à l’autorité du juge administratif afin qu’il annule l’arrêté de non-opposition initialement émis, l’application de celui-ci, compte-tenu du nouveau PLU devenu exécutoire suite à son vote définitif en conseil municipal le 17 décembre 2015, entraînant des actes qui seraient contraires à la nouvelle réglementation en vigueur.
Cette pétition va être remise à l’avocate qui défend notre dossier.

Si vous souhaitez manifester votre soutien à cette action, merci de signer.



Collectif des Carrières compte sur vous aujourd'hui

Collectif des Carrières a besoin de votre aide pour sa pétition “Présidence du tTribunal Administratif de Melun Dossier Telerecour n° : Contre l'installation de l'antenne relais Free, rue des carrières à Fontenay”. Rejoignez Collectif des Carrières et 746 signataires.