Préservons le patrimoine de Schoenenbourg! Rendons son âme à la place du tilleul!

Préservons le patrimoine de Schoenenbourg! Rendons son âme à la place du tilleul!

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Protégez mon patrimoine a lancé cette pétition adressée à citoyens (Protégez mon patrimoine)

NON AU PARKING AU CŒUR DU VILLAGE!

Selon le plan d’aménagement (daté du 15 novembre 2018 - le nouveau n’ayant pas encore été communiqué à la population), la municipalité veut déplacer le mur d’enceinte vers l’intérieur du jardin de l’ancien presbytère. Celui-ci aura une hauteur de 70cm et sera rehaussé d’une clôture de 70cm. L’espace dégagé vers la rue permettra l’aménagement de places de stationnement sur la partie rognée du jardin du presbytère.

Par cette pétition nous demandons :

- L’ABANDON DU PROJET DE PARKING (voir ébauche du projet dans le bulletin municipal de janvier 2019)

- LA RESTAURATION DU MUR ET NON L’AMPUTATION DE L’ANCIEN JARDIN DU PRESBYTÈRE

- LE RÉAMÉNAGEMENT DE LA COUR DUDIT PRESBYTÈRE EN UN LIEU DE CONVIVIALITÉ ET DE DÉTENTE, ARBORÉ ET FLEURI

- LA CONSULTATION CITOYENNE DES HABITANTS SUR LES SUJETS QUI IMPACTENT LE PAYSAGE, L’ENVIRONNEMENT, LE PATRIMOINE AINSI QUE LA QUALITÉ DE VIE DES HABITANTS.

Ce projet d’aménagement est contraire à tous les enjeux environnementaux, sociétaux, culturels et économiques contemporains.

·      Il porte atteinte au paysage et menace l’environnement

- Les travaux de construction constituent une sérieuse menace et une opération traumatisante pour les parties souterraines du tilleul classé "Site et monument naturels sous le régime de la loi du 21 avril 1906 - reconnu par la loi du 2 mai 1930 [loi codifiée aux  art. L. 341-1 et s. du code de l'environnement]" et labellisé « arbre remarquable » par l’association A.R.B.R.E.S depuis 2017. En effet, le système racinaire du tilleul s’étend sur une centaine de mètres.

- Le parking sera à l’origine d’une pollution visuelle en formant une discontinuité dans le paysage puisqu’il cassera la remarquable perspective depuis la rue du Tilleul. Or, cette perspective a été longtemps appréciée par de nombreux artistes et photographes.

- La présence de stationnement encourage l’usage de la voiture, responsable d’une part importante des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.
Alors qu’en France, de nombreux citoyens, collectivités territoriales et associations s’engagent dans la lutte contre le réchauffement climatique, notre commune irait donc à contre-courant de ce mouvement en faveur de la préservation de l’environnement.

·      Il présente des dangers pour la sécurité des enfants.

         Le rangement en épi prévu par la municipalité dans un espace où les piétions sont des enfants, donc moins visibles par les automobilistes, soulève aussi des interrogations. Celui-ci constituerait-il réellement un mode de stationnement moins accidentogène puisqu’il nécessite de manœuvrer les véhicules en marche arrière ?

·      Il menace le patrimoine historique et culturel du village.

         La place du Tilleul est un lieu chargé d’histoire. L’ensemble très harmonieux formé par le puits, le tilleul, l’enceinte du presbytère fait partie de notre patrimoine et est une richesse. Ces derniers sont les vestiges des liens avec notre passé. Ils ont assuré notre continuité dans le temps et font partie du fondement de notre identité collective. En altérant ce que nos ancêtres ont conservé et légué, nous interromprions cette chaîne de transmission.
Le puits, a d’ailleurs été référencé par la DRAC pour l’intérêt historique qu’il représente (IM67005264).

La place du Tilleul : fragments d’histoire

         Il y aurait tant à dire sur ce lieu chargé d’histoire. Aussi ne ferons-nous référence qu’à quelques éléments historiques :

- Les vestiges du mur d’enceinte du presbytère, déjà abattu, révèlent des pierres qui pourraient provenir de l’ancienne église, dont les travaux de reconstruction ont été entrepris en 1758 par l’abbé Seither.

- Le tilleul : « La légende [raconte que sa plantation se situerait au temps des Croisades], ce qui en ferait le plus vieil arbre d’Alsace. Le cercle d’histoire locale, [...] rapporte que durant les Croisades, un chevalier de Schoenenbourg partit [...] délivrer le tombeau de Jérusalem [laissa dans sa demeure son épouse]. En souvenir de son mari, la bien-aimée planta un petit arbre qu’elle arrosa tous les jours de ses larmes amoureuses. L’arbre puisa dans ces regrets toute sa vigueur ».
         Selon Jean Laurent Vonau, l’endroit où a été planté cet arbre n’est pas anodin : « On peut penser que ce lieu était le théâtre d’un culte païen, avec une dévotion à un arbre. Et si l’église a été construite juste à côté du tilleul c’est parce qu’on sûrement voulu christianiser ce lieu païen ».
          A l’ancien maire de Schoenenbourg, J.-Pierre Scheidt, d’ajouter : « En 1940, lorsque l’Eglise a été bombardée, le tilleul a survécu. Il a vu passer des générations de baptêmes, de mariages et d’enterrements. On doit le faire survivre » (Extraits DNA - 29 juillet 2011).

- Le puits : il s’agit en réalité d’une cuve baptismale datant du XIIe siècle. Pour les historiens,  cette cuve pourrait être le témoin du premier édifice religieux à Schoenenbourg, construit en raison de la présence du tilleul. La proximité entre le puits et le tilleul trouve donc son origine dans l’histoire très ancienne.

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !