Avec la Municipalité de Reillanne (o4), refusons la réforme de la fiscalité communale

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Les citoyen.ne.s de Reillanne et des communes du canton signataires de la présente tiennent à exprimer leur inquiétude et leur colère face à la réforme de la fiscalité locale.

Après des années de baisses des dotations de l'état aux collectivités locales le gouvernement annonce encore un tour de vis de 13 milliards d'euros sur les 3 années à venir. Dans le même temps il décide en toute démagogie de supprimer la Taxe d'Habitation plutôt que de s'attaquer à une vraie réforme des impôts locaux.
Ainsi nos élus.es vont se trouver dépourvus de leur capacité à lever l'impôt en fonction des besoins de nos villages et des engagements pour lesquels nous les avons élus. Il s'agit d'un déni de démocratie contraire aux principes de la Constitution Républicaine.
L'Etat dit s'engager à compenser à l'euro près le montant de la Taxe d'Habitation, nous savons bien qu'au fil du temps ces promesses n'engagent que ceux qui ont la faiblesse d'y croire.

Détricotage de la démocratie locale, « coups de rabots » incessants sur les moyens accordés au fonctionnement des communes, nous avons toutes les raisons de nous inquiéter sur le devenir des territoires et l'avenir qui se prépare pour nos enfants.
Privées d'un budget suffisant les communes devront réduire les moyens consacrés aux associations, ou à l'aide sociale, renoncer à certains investissements, les élus.es seront contraints d'augmenter certains tarifs ou le taux de la Taxe Foncière. Un comble quand on sait que les collectivités territoriales représentent à peine 9% du déficit global du pays.
Pourtant 70% des commandes des entreprises du bâtiment proviennent des collectivités territoriales.
L'argent public participe donc fortement à la création d'emplois et à la prospérité économique des territoires.

Cette austérité sans fin est d' autant plus scandaleuse que dans le même temps la quasi disparition de l'ISF, les cadeaux fiscaux aux entreprises du CAC 40, l'évasion fiscale pratiquée par les plus riches soustraient des dizaines de milliards d'euros à la richesse nationale.

Nous ne pouvons nous résoudre à accepter ces aggravations des inégalités.
Nous nous joignons à nos élu.e.s pour exiger la fin de l'austérité pour nos communes.
Nous exigeons une véritable réforme de la fiscalité communale garantissant l'égalité de tous devant l'impôt, le libre exercice de la démocratie locale et les moyens budgétaires à la hauteur des enjeux d'avenir de nos communes.



Gilbert compte sur vous aujourd'hui

Gilbert DURANTON a besoin de votre aide pour sa pétition “préfet des : Avec la Municipalité de Reillanne (o4), refusons la réforme de la fiscalité communale”. Rejoignez Gilbert et 247 signataires.