Libérez Vamara M, mineur isolé en rétention abusive au CRA de Metz

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Depuis le 4 avril maintenant, le jeune Vamara, 17 ans,  mineur isolé,  est enfermé contre toute logique dans un Centre de Rétention (CRA) pour des motifs que nous contestons avec la plus vive fermeté. 

Vamara, jeune Ivoirien est arrivé à l'âge de 16 ans, seul, en traversant la Méditerranée, bravant tous les dangers qu'on peut imaginer pour arriver jusqu'à nous. Il y a 10 mois, après plus d’un an d’un parcours que la pudeur nous invite à ne pas dévoiler dans ces lignes,  il a été reconnu mineur lors de l’évaluation diligentée par l’ASE de Metz- Moselle et pris en charge par lesdits services. Depuis, sa minorité n'avait jamais été contestée, Vamara est un adolescent aimable et apprécié de tous. En août 2018, Vamara fréquentant les permanences quotidiennes de notre association, et face à l’absence de prise en charge effective par les services de protection de l’enfance, les bénévoles et l’association ont entrepris de l’aider à lui construire un avenir, en finançant pour lui une carte consulaire et un passeport. Il devait se rendre vendredi 19 avril à l'ambassade de Côte d'Ivoire pour y entamer ses démarches consulaires et son passeport. Le rendez-vous prévu pour le passeport étant fixé au 22 mai 2019. L’objectif initial étant de permettre à Vamara d’entamer un apprentissage, faute d’avoir été scolarisé par les services de l’ASE.

Malheureusement, le 4 avril dernier, il reçoit une convocation déloyale de la Police aux frontières pour une audition libre, au cours de laquelle il s'est vu placé en garde à vue, et  inculpé de détention de faux papiers (ce qui est faux !), puis le 5 avril, condamné en comparution immédiate à 6 mois de prison avec sursis et sa minorité dénoncée sans passage par le juge pour enfants, alors même que cette instance avait produit en juillet 2018 une ordonnance de placement  jusqu’à sa majorité ! Son avocat a immédiatement fait appel (suspensif) de cette condamnation, mais il a néanmoins été placé en CRA : il est déclaré demandeur d'asile majeur sous le statut Dublin, menacé d'être expulsé vers l'Italie, pays où il avait débarqué à 15 ans, secouru avec d’autres, par un bateau de sauvetage. 

A aucun moment, les instances policières et judiciaires ne nous ont laissé les moyens et l’opportunité de communiquer les nouveaux éléments en notre possession concernant son état civil et son identité. Et ce, bien qu’informés par nos soins et ceux de nos avocats.

A aucun moment, ni la Police aux Frontières, ni l’ASE,  n’ont tenté de vérifier les allégations de Vamara auprès des autorités ivoiriennes en poste à Paris. Nous l’avons fait, ce 19 avril 2019. Mais sans Vamara, piégé au centre de rétention de Metz.

Nous tous sommes scandalisés de la façon dont Vamara se voit privé de ses droits fondamentaux sur des accusations basées sur rien, sur la base d’une enquête menée à charge, et à charge uniquement, alors qu’à aucun moment il n'a tenté de frauder, ces accusations émanant de fonctionnaires incompétents et abusifs pour qui les jeunes africains entre 15 et 18 ans sont tous forcément menteurs et fraudeurs et sont automatiquement déclarés majeurs et privés de leurs droits.

Quid de la présomption d’innocence ?

Quid de la protection de l’Enfance ?

Nous le soutenons, Vamara est bien mineur, et ces accusations, non seulement mettent en doute la souveraineté nationale et les décisions prises par la Côte d'Ivoire via son ambassade, mais surtout conduisent un jeune garçon démuni et innocent à être enfermé dans des conditions insupportables. 

Aidez-nous à faire sortir Vamara du CRA, où il n'a rien à y faire. Sa place est parmi nous !

Solidarité Migrants Moselle.