Pour une réelle inclusion des enfants autistes à Charnay-lès-Mâcon

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Je m’appelle Hadari Karima je suis mère de Jebril, un petit garçon atteint d’autisme de 5 ans qui a la chance d’avoir été pris en charge dès 3 ans en unité d’enseignement maternelle pour enfant autiste à Mâcon.

C’est une classe de 7 élèves dans une école maternelle ordinaire totalement adaptée où tous les enfants sont sensibilisés au handicap dès 3 ans, ce qui a permis de faire évoluer les mentalités non seulement auprès des jeunes enfants mais aussi de leurs parents.

Quand Jebril a intégré cette structure il ne communiquait pas, ne savait pas jouer, nous avions beaucoup de mal à l’habiller, le nourrir correctement, c’était un combat quotidien du matin au soir.

Cette prise en charge qui est censée être la norme pour nos enfants atteints de TSA a permis à notre fils Jebril et à tous les autres enfants qui ont pu fréquenter cette classe d'évoluer considérablement et nous voulons une continuité afin que nos enfants qui sont les génies de demain avec des talents parfois exceptionnels en sciences, en mathématiques ou en technologie puissent s’accomplir et avoir l’avenir qu’ils méritent.

Malheureusement, dans la très grande majorité des cas, les enfants autistes n’ont pas accès aux mêmes chances que les autres. L’accès aux activités extra-scolaires et périscolaires reste notamment extrêmement discriminante pour nos enfants. 

Il n’est pas facile quand on est parent de voir son enfant exclu, car différent, et certaines choses anodines du quotidien comme inscrire son enfant à une activité extra-scolaire se transforme en réel combat quand il est autiste.

Tous les enfants ont leurs places dans notre société, c’est pour cela que je lance ma pétition avec pour but d’ouvrir l’accès au centre de loisirs et aux activités sportives et culturelles en demandant à tous les candidat-es aux élections municipales à Mâcon de proposer des formations aux professionnels afin que les centres puissent accueillir des enfants autistes.

La Haute Autorité de Santé a statué, en accord avec les pratiques internationales, que les seules pratiques ayant démontré leur efficacité dans l’accompagnement de l’autisme sont les méthodes éducatives ce qui passe également par les activités extra-scolaires. Ce sont ces méthodes qui sont mises en place dans pratiquement tous les autres pays développés.

Les élections municipales sont l’occasion de voir les choses changer pour nos enfants. Nous lançons cette pétition car nous voulons que notre enfant ait le plus de chances de gagner en autonomie, pour qu’il ait à l’avenir le moins de risques possible d’être placé à vie dans une institution ou hôpital psychiatrique, comme c’est le cas pour la majorité des adultes autistes. Nous ne sommes pas éternels et nous sommes plus qu’inquiets sur l’avenir de notre fils.

Devant notre futur se dresse un mur.

En Espagne, en Suède, 90 % des enfants autistes vont à l’école. En Angleterre, ce sont 100% des enfants autistes qui vont à l’école. En France, moins de 10% des enfants autistes sont scolarisés. Seulement 2% vont à l’école à plein temps. 

Ces chiffres diminuent encore lorsqu’il s’agit d’intégrer nos enfants dans des structures extra-scolaires puisque seulement 2% des enfants autistes ont accès à ces activités.

Pourtant, les études montrent qu’éduquer les enfants autistes permet d’économiser à l’état plus d’un million d’euros par personne autiste au cours de sa vie. De plus, le gain de qualité de vie de la famille est inestimable. Le gain en autonomie de la personne handicapée est parfois spectaculaire.

Je viens vous demander expressément de soutenir vigoureusement notre démarche nous avons le soutien massif de toutes les familles d’enfants autistes. Nous sommes 600 000 familles concernées en France.