POUR UNE NOUVELLE ÉTHIQUE ARTISTIQUE : CREONS UN PRIX MARCEL DUCHAMP Bis !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


L’illustre PRIX MARCEL DUCHAMP va fêter ses vingt ans. Moyenne d’âge des dix-neuf premiers lauréats : 44,5 ans. Le bel âge pour être déjà intégré dans le marché de l’art, se voir représenté par des galeries et avoir été identifié par d’importants collectionneurs fin limiers. Les artistes pressentis seraient les descendants de l'éminente figure de l'art du XXème siècle Marcel Duchamp qui constatait amer en 1960 :« L'argent a pris la forme d'une divinité, l’art aussi se met au service de cette divinité puisque le monde entier y est ! ". Dont acte. Mais nous  voulons croire au XXIème siècle que ce feu divin n’embrase plus assez la scène française pour emporter la mise. Contre le virus spéculatif, parions ensemble sur une nouvelle éthique artistique.

« Étant Donné » notre impossible indifférence nous demandons instamment la création du PRIX MARCEL DUCHAMP Bis. Ses particularités : récompenser un artiste vivant pour l’ensemble de son œuvre ; qu’elle ou il soit âgé d’au moins 60 ans ; qu’elle ou il ait vécu sa vie d’artiste sans l’aval du système marchand ; qu’elle ou il ait significativement tenté de modifier la topographie du paysage artistique et social.

Ce prix, en toute cohérence, ne sera pas doté, si ce n’est d’un pouvoir symbolique car il est temps d’imaginer autrement la reconnaissance de celles et ceux qui font réellement la valeur supra monétaire de l’Art d’aujourd’hui.
Toute personne qui signera cet appel fera partie du collectif et deviendra de facto coacteur de cette œuvre-pétitionnaire. Cette inclusion naturelle lui offrira par ailleurs de nommer les futurs candidats et voter pour son lauréat.

Pour lancer ce ‘Prix’ et en incarner la philosophie, nous proposons comme récipiendaire l’artiste Fred Forest, si peu complaisant avec "les médailles en chocolat" et qui en rajoute une ici avec ironie, dans le rapport de force qu'il entretient avec les institutions. Autodidacte, artiste pionnier des nouvelles technologies, depuis plus de 50 ans Fred Forest a su dépasser les usages dédiés aux outils de communication : presse, téléphone, radios et télévisions, vidéo, minitel, numérique et bien sûr internet. L' œuvre entière de l'« Homme-média » n'a cessé d'interroger de manière inclusive et participative les codes de notre société d’information et de communication. Actif sur la scène internationale, il a obtenu le Grand Prix de la communication lors de la XII Biennale de São Paulo et a participé à la Documenta 6 comme à la la 76eme Biennale de Venise. En France, paradoxalement, il semble banni. Comme si le procès intenté au Centre Georges Pompidou pour exiger une transparence publique sur l’achat des œuvres de la collection dérangeait. Comme si son action contre la politique d’archivage de la BnF et de l’Ina posait question.

L'artiste Fred Forest, cofondateur de deux mouvements artistiques fondamentaux (Art sociologique et Esthétique de la communication), titulaire de la Chaire d’information et de communication de l’université de Nice, reste largement ignoré des instances muséales nationales de l'art contemporain. Beau parcours ! Il nous convient.

Ensemble, une nouvelle voie est possible, un état d' esprit fécond porté par nos voix. Esprit de dialogue d’abord, puisque nous proposons à Jennifer Flay, directrice artistique de la FIAC, de remettre le PRIX MARCEL DUCHAMP bis en même temps que le PRIX MARCEL DUCHAMP officiel, en octobre prochain sur sa foire internationale.

Le Collectif -Pour une nouvelle éthique artistique-