Pour un vrai changement à VITALIS, le réseau de bus CALAMITEUX de Poitiers

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Nous sommes des usagers dépendants de VITALIS, la régie du réseau de bus de la ville de Poitiers.

Nous signons cette pétition car nous ne pouvons plus accepter la dégradation continuelle qui touche ce service public essentiel à nos déplacements dans Poitiers et son agglomération.

Nous sommes particulièrement mécontents du service actuel proposé par VITALIS, et nous commençons à être tout bonnement excédés par les problèmes qui se multiplient à vitesse grand V.

Pour nous, usagers, emprunter le réseau de bus VITALIS en cette rentrée 2018 se transforme de plus en plus en une épreuve de force.

Les points noirs sont nombreux (une liste est consultable en bas de page), ils ont été rapportés à de multiples reprises, et rien n'a été fait pour les résoudre . En tant que simples usagers, nous nous sentons absolument abandonnés, complètement impuissants, et définitivement méprisés.

Le directeur général de VITALIS se permettant le luxe de se répandre régulièrement dans la presse locale pour afficher un degré d'auto-satisfaction qui frise le déni, nous n'avons hélas pas d'interlocuteur valable à VITALIS pour engager une discussion constructive qui débouche sur des améliorations réelles.


C'est pourquoi, nous, usagers de Vitalis, nous pensons qu'il est grand temps que nos cher(e)s élu(e)s de notre chère ville de Poitiers reprennent le sujet en main.

Soit en exigeant avec fermeté une amélioration nette et rapide du service proposé par Vitalis, soit en faisant un appel d'offres pour attirer un prestataire plus compétent afin de redonner vie et sens à notre service public.

 

Si vous aussi vous voulez que les choses bougent, signez cette pétition, et parlez-en autour de vous !


Un grand merci à tous.


Nous adressons cette pétition à :

- Mr Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers
- Mme Jacqueline Gaubert, adjointe déléguée à la vie des quartiers, aux budgets participatifs et à la citoyenneté
- Mme Régine Faget-Laprie, adjointe déléguée à  l'action sociale, à la santé, à la petite enfance et aux personnes âgées
- Mr François Blanchard, adjoint délégué à la jeunesse et à la vie étudiante
- Mme Patricia Persico, adjointe déléguée au commerce, marché, animation dans la ville et tourisme
- Mr Christian Petit, adjoint délégué à la prévention, à la sécurité, aux établissements recevant du public et à l'accessibilité
- Mr Jean-Daniel Blusseau, adjoint délégué au développement du numérique
- Mr Abderrazak Halloumi, adjoint délégué au handicap - Lutte contre les discriminations - Correspondant défense - Occupation du domaine public - Stationnement - Circulation
- Mme Jacqueline Daigre, porte-parole du groupe d'opposition Les Républicains, centristes et indépendants
- Mme Christiane Fraysse, porte-parole du groupe d'opposition Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire, citoyenne
- Mr Alain Verdin, porte-parole du groupe d'opposition Rassemblement Bleu Marine
- Mr Philippe Palisse, porte-parole du groupe d'opposition Alliance centriste et écologiste

Nous adressons aussi très généreusement une copie à :
- Mr Cédric Faivre, directeur général de Vitalis, le principal responsable de la situation actuelle, mais hélas le moins à même de nous écouter.

 


Voici une petite liste (non exhaustive) des problèmes récurrents :

- La fréquence est très insuffisante aux heures de pointe. Vitalis n'a sûrement pas intégré dans ses dessertes le fait que la population étudiante a grimpé en flèche ces dernières années.

- Ce que n'arrange pas la présence inexplicable de bus « simples » au lieu de bus articulés durant les heures de pointe et sur certaines lignes très fréquentées.

- Conséquence : des bus bondés sur les lignes principales, à tel point qu'il est parfois physiquement impossible d'y rentrer, voir d'en sortir. Véritable foire aux bestiaux qui pose des questions essentielles de confort et surtout de sécurité, notamment pour les enfants, les personnes âgées et les personnes en situation de handicap.

- La fréquence est ridiculement faible le samedi. Non, le Poitevin n'hiberne pas le week-end, il aimerait bouger, si Vitalis lui en donnait la possibilité.

- Les retards habituels deviennent progressivement la norme, à croire que les grilles horaires n'ont pas été validées en conditions réelles de circulation ou que certains conducteurs n'ont toujours pas envie de débuter leur service à l'heure.

- Les bus à l'heure ont hélas une ponctualité à géométrie variable en étant régulièrement en avance de 2 ou 3 minutes sur la 1ère partie de leur parcours, avant de faire une pause à mi-parcours et causant de ce fait certains encombrements à Notre Dame. C'est très agaçant !

- Certains bus sont tout simplement supprimés, sans pourquoi ni comment.

- La ligne 2A/2B devrait faire l'objet d'une vraie réflexion : la pause perpétuelle de 10 minutes ou plus à l'arrêt Lavoisier est insupportable et fait ce cette ligne un non sens pour qui veut relier les 3 Cités aux Couronneries dans un délai raisonnable.

- Les usagers aimeraient avoir des informations pertinentes sur l'état du trafic.

- L'appli Vitalis est trop souvent inutilisable, et il n'est pas rare qu'elle affiche des infos contradictoires par rapport au site internet ou par rapport à l'affichage papier et électronique présents aux arrêts.

- Les conducteurs, le sujet tabou. Disons-le clairement : soit ils semblent engoncés dans leurs petites habitudes délétères, soit ils ne semblent pas suffisamment formés pour leur mission, dont nous reconnaissons le degré de difficulté certain. Le portrait robot du conducteur Vitalis pourrait être le suivant : très peu aimable (certains aboient sur les usagers), conduit à tombeau ouvert en ne respectant pas le code de la route et en freinant brutalement, grille certains arrêts pour compenser l'éventuel retard, n'ouvre pas les portes. Certains écoutent la radio avec un volume sonore disproportionné, d'autres décident au pied levé de changer d'itinéraire (oui!) ou fument à l'intérieur de leur cabine (!). Tout cela questionne grandement sur le niveau de confort et de sécurité que sont en droit d'attendre les usagers.

- Les contrôleurs sont aimables comme des portes de prison, comme s'ils étaient déçus que l'usager soit en règle. Notons trop souvent des comportements peu respectueux vis à vis des personnes n'ayant pas de titre de transport, comme si cela donnait le droit aux contrôleurs d'être agressifs et de jouer les cow-boys. Ils sont également peu compréhensifs vis à vis des problèmes inhérents au Vpass.

- L'accueil des usagers (centre ville et Northampton) est particulièrement inadapté, avec des horaires en semaine particulièrement mal pensés et une fermeture incompréhensible le samedi.

- Le traitement des emails des usagers est pour le moins catastrophique, avec un délai de réponse (ou une absence de réponse) qui vide de sens toute tentative raisonnable de communication avec Vitalis par ce moyen.

Cela dit, nous sommes vivement reconnaissants envers les conducteurs et conductrices qui sont aimables, qui conduisent bien, pour qui les usagers ne sont pas du bétail mais des êtres humains.
Un grand merci à eux.


Parmi les problèmes récents :

- L'arrivée du Vpass en mars 2018 a limité la validité du billet de 2h30 à 1h30. Une telle réduction nous paraît franchement excessive.

- Lors de l'arrivée du Vpass, Vitalis a refusé de rembourser les tickets non utilisés. Cette attitude est purement inadmissible et il n'est pas trop tard pour présenter des excuses et mettre en place une vraie politique de remboursement, visible et accessible à tous.

- Les Vpass et les valideurs à l'intérieur des bus connaissent des dysfonctionnements réguliers.

- Les valideurs n'affichent pas le nombre de voyages restants chargés sur le Vpass, ce qui est particulièrement handicapant. Si l'usager veut consulter son solde, la procédure à suivre est peu commode et gêne grandement les autres usagers, avec des pertes de temps à la clef, ce qui est paradoxal pour un système qui est censé accélérer l'embarquement.

- Les billets Vpass 5/10 voyages en support cartonnés sont particulièrement fragiles et Vitalis refuse d'entendre parler des dysfonctionnements que cela engendre.

- La durée de validité des voyages chargés sur le Vpass est restreinte dans le temps (quelques mois), apparemment pour des raisons techniques. Nous aimerions que Vitalis fournisse une information claire et précise sur cette fameuse durée.

- Les bornes de rechargement des Vpass sont trop souvent inutilisables.

- Les changements à la rentrée 2018 du trajet de certaines lignes sont intervenus sans préavis et sans consultation des usagers. (bravo ?)

- La refonte du réseau coupe définitivement le centre ville en deux, en isolant le pôle Victor Hugo du pôle Notre-Dame, ce dernier phagocytant la majorité des lignes. En l'état des choses, une solution devient urgente pour rallier ces deux pôles.

- Le fameux « montez validez » qui s'affiche dorénavant sur les bandeaux lumineux des bus est une vraie calamité : cela empêche l'usager d'identifier le n° de la ligne. Tout le monde ici a déjà raté son bus à cause de cette merveilleuse invention ! Il faut arrêter avec ça ! Non mais vraiment !