Pour un soutien public des organisations militantes pour les droits humains au Luxembourg

Pour un soutien public des organisations militantes pour les droits humains au Luxembourg

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Ambre SCHULZ a lancé cette pétition

Passerell en danger 

L'a.s.b.l. Passerell accompagne les demandeu.r.se.s d’asile, réfugié.e.s et migrant.e.s vulnérables dans l’exercice de leurs droits depuis 2016. Nous nous battons pour que les droits de femmes victimes de viols, les droits d’enfants séparés de leurs parents, le droit d’être protégé des personnes persécutées, soient connus et défendus au Luxembourg.

Depuis la création, nous nous efforçons de financer nos activités et garantir notre indépendance chaque année. 

Aujourd'hui, nous sommes en danger : nous ne parvenons pas à pérenniser une partie de notre activité salariée par des fonds publics. Pour cette raison, notre activité est mise à mal à partir du mois d'aout. L'impact premier retombe sur nos bénéficiaires, que nous ne pourrons plus accueillir lors de nos permanences. 

Le Luxembourg siège au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et proclame son attachement aux droits humains et son ambition de soutenir les organisations de la société civile actives dans ce domaine. Et nous ne pouvons qu’approuver cette ambition : l'existence d'associations qui défendent les droits humains est un signe d'une démocratie en bonne santé. Le Luxembourg en est une et nous ne doutons pas des bonnes volontés du gouvernement de la perfectionner encore plus. 

Pourtant, les subventions publiques aux associations sont en très grande majorité fléchées vers des projets culturels ou sociaux : aucun appel à projets ministériel ces dernières années n’a porté sur les droits humains. De fait, nous sommes donc privées de financements publics.

Dans d'autres Etats européens, des associations sont financées en partie par les pouvoirs publics : pour ne citer qu'un exemple, la CIMADE, qui agit en France pour les droits des personnes étrangères, reçoit des subventions des pouvoirs publics, et propose également une critique constructive de pratiques étatiques ; ces critiques sont basées sur le droit. L'un n'est pas l'opposé de l'autre. 

C'est dans ce sens que nous souhaitons travailler. Notre but n'est pas d’être constamment dans la contestation des autorités, mais de rappeler que les droits humains sont  un acquis aussi précieux que fragile, dont l’application doit être défendue chaque jour.

 

C'est pour cela que nous demandons : 

À ce que les ministères compétents ouvrent un dialogue avec notre association, pour soutenir de façon non seulement symbolique mais pérenne une partie de nos activités ; 

À ce que les appels à projet lancés par ces mêmes ministères pour distribuer des fonds européens et nationaux intègrent dans leurs thématiques le respect des droits humains.

 

Aidez-nous à faire entendre ces demandes, signez la pétition !

 

Vous pouvez aussi faire un don : en commandant notre livre “Réhumanisez-moi”, par virement bancaire ou sur notre cagnotte Leetchi

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !