Petition Closed

Pour un changement de nom du webzine "Grosse et Dépressive", grossophobe et psychophobe.

This petition had 448 supporters


>>> Résumé de l'affaire "Grosse&Dépressive" 

Nous demandons le changement de nom du webzine « Grosse & Dépressive » incitant à la grossophobie et à la psychophobie, la suppression des contenus et articles blessants ainsi que des excuses publique.

DETAILS : Nous sommes un groupe d’internautes qui a découvert avec étonnement et colère un projet de six étudiantes en communication à l'Université de Toulouse et qui a été frappé de leur comportement sur la toile.

Depuis fin avril, ces six étudiantes ont lancé un webzine sous le titre « Grosse et Dépressive ».
La ligne directrice de ce magazine consistant à prendre le contre-pied des magazines féminins classiques et leurs injonctions sur les corps des femmes. Intention noble et louable au premier abord. Le webzine MadmoiZelle a même accordé à trois d’entre elles une interview vidéo (qui est aujourd'hui supprimée, avec les excuses de leur rédaction, suite aux nombreuses protestations) leur permettant de présenter leur projet. Et c’est là que le bât blesse. Dans cette vidéo, aucune d’entre-elles ne semble concernées par un problème de poids. C’est une tribune aux stéréotypes et préjugés. Une vision de la société dans laquelle être grosse s’opposerait à être une belle femme et être dépressive ne serait plus qu’un simple état d’esprit. Cela est purement et simplement grossophobe (discrimination et stigmatisation envers les personnes en surpoids ou obèses) et psychophobe (discrimination et stigmatisation envers les personnes atteintes de troubles psychiques) car ces personnes parlent à la places des concernées et pire encore, elles s’en moquent et les humilient ouvertement.

Il est malheureusement flagrant que cette idée n’a pas été pensée dans sa globalité voire pas réfléchie du tout. En choisissant de nommer ce webzine « Grosse & Dépressive », les porteuses du projet n’ont pas pris conscience qu’elles allaient heurter nombre de personnes. Notamment celles réellement grosses et/ou dépressives. Leurs publications sont véritablement grossophobes, psychopobes et validistes. Sous couvert d’humour, les mots sont blessants et reproduisent des stéréotypes et des préjugés qui sont erronés et dangereux.

Il ne s’agit pas là d’une maladresse ou d’une erreur de communication. Nous avons interpellé les étudiantes via leurs comptes Twitter et Instagram sur l’aspect humiliant de leurs propos et de leur démarche. Beaucoup d’internautes ont fait preuve de pédagogie pour leur éviter de s’embourber dans ce projet douteux. Les réponses n’ont pas tardé à tomber : les concernées n’ont jamais d’humour et jamais de recul sur leurs situations. Puis, un très long silence radio (qui est une posture en communication). Et dans ce cas précis, cette posture a été ressentie comme étant du mépris et du déni.

Le 31 mai 2015, nous avons vu se profiler une réponse sur Instagram. Réponse au combien déplorable, relayée par un nouvel édito de la page tout aussi critiquable, dans lequel, à nouveau les étudiantes font preuve du plus grand mépris envers les concerné.e.s et niant les souffrances que ces personnes endurent au quotidien. 

Les discriminations que nous vivons sont réelles et préjudiciables aussi bien dans nos vies professionnelles, dans nos interactions sociales que dans nos vies privées. C’est à notre société actuelle d’en prendre la mesure et ce n’est sûrement pas le Webzine « Grosse & Dépressive » qui y aidera . Il est temps, en 2015 d’arrêter d’utiliser des ressorts humoristiques oppressifs qui réactivent des injonctions sur comment doivent se comporter les femmes et quel trait physique elles se doivent d’arborer. Le projet des étudiantes est loin d’aller à contre-courant du reste de la presse féminine.

Il est important de souligner la dangerosité de faire des raccourcis entre problème de poids et problème mentaux en faisant des liens fallacieux entre les deux mais aussi et de dénoncer le comportement de ces étudiantes face aux concernées et du climat délétère qu’elles entretiennent sur la toile. Ces personnes n’ont rien compris au mal qu’elles ont engendré et minimisent même la portée de leurs paroles en se posant en victime de cette polémique. 
De plus, et cela est particulièrement inquiétant, la démarche de ces étudiantes semble être supportée par l’un de leur professeur (cf. les interventions déplorables et humiliantes de PAX le cours sur Twitter). 

Une lettre a été rédigée à l'attention de la directrice du département  Art & Communication de l'Université de Toulouse où étudient les porteuses du projet "Grosse & Dépressive". Sans réaction ferme et explicite de sa part, nous nous verrons dans l’obligation de transmettre notre demande à la HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) ainsi qu’au défenseur des droits.

Nous demandons le changement de nom des différents comptes « Grosse & Dépressive » incitant à la grossophobie et à la psychophobie, la suppression des contenus et articles blessants ainsi que des excuses publiques.



Today: Belinda is counting on you

Belinda GEORGES needs your help with “Pour un changement de nom du webzine "Grosse et Dépressive", grossophobe et psychophobe.”. Join Belinda and 447 supporters today.