Pour que la revalorisation des contrats doctoraux s'applique à tou​·​te​·​s

Pour que la revalorisation des contrats doctoraux s'applique à tou​·​te​·​s

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !

[English translation below]

Depuis septembre 2021, dans le cadre de la dernière Loi de Programmation de la Recherche, le salaire mensuel des nouvelles et nouveaux doctorant·e·s sur financement ministériel* a été augmenté de 6% (+100€ environ) par rapport aux années précédentes passant de 1758€ brut (1.07 SMIC) à 1866€ brut (1.14 SMIC).

Malheureusement, cette revalorisation ne concerne que les nouveaux contrats : rien n’est prévu pour les doctorant·e·s ayant signé avant cette date. Pire encore, cet écart est amené à se creuser ; des augmentations similaires sont prévues chaque année jusqu'en 2025, pour arriver à un salaire de 2300€ brut (1.4 SMIC), mais ne concernant toujours que les nouveaux contrats. Autrement dit, un doctorant signant en septembre 2022 touchera environ 200€ de plus qu'une doctorante de troisième année (ayant signé en 2020), mais il touchera 200€ de moins qu'un nouveau doctorant signant en 2024. Cette situation est d’autant plus absurde que tous·tes les doctorant·e·s effectuent le même travail avec une implication comparable dans leur thèse ! 


Si nous nous réjouissons de ces augmentations de salaires qui contribuent à diminuer la précarité de la population doctorante, les réserver uniquement aux nouvelles et nouveaux doctorant·e·s crée une inégalité de traitement majeure, difficilement justifiable.

Nous ne sommes pas les seul·e·s à trouver cette situation incompréhensible. Grâce à leur mobilisation, les doctorant·e·s de l'INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement) ont obtenu que ces revalorisations s'appliquent à tous·tes dès janvier 2022. 
    
Nous, doctorant·e·s de Sorbonne Université, demandons à la présidence de Sorbonne Université de prendre les mesures nécessaires pour corriger cette inégalité afin que ses doctorant·e·s soient rémunéré·e·s équitablement. Pour cela, nous lui demandons de suivre l'exemple de l'INRAE en revalorisant elle-même les salaires de tous·tes les doctorant·e·s actuellement en poste : dès maintenant à 1866€ brut mensuel puis à 1975€ brut en septembre 2022 avec l'engagement de continuer cette revalorisation pour tous·tes jusqu'en 2025. 
Cette compensation de salaire nous paraît d’autant plus réalisable qu’elle n’engage les fonds de l’université que pour une durée courte et  bien déterminée.

Nous invitons l'ensemble de nos collègues, titulaires et non-titulaires, qui partagent nos revendications à signer cette pétition et à la relayer largement.

Si notre demande actuelle ne concerne que les doctorant·e·s contractuel·le·s, nous n'oublions pas nos collègues encore trop nombreux·ses à ne pas être financé·e·s (notamment en LSHS) : seule l’ouverture de nouveaux contrats doctoraux pourra résorber cette cause structurelle de précarité et d’inégalités entre nous, conformément aux engagements de la LPR.

    *Financement doctoral accordé par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Il s'agit notamment des bourses accordées par écoles doctorales ainsi que les financements spécifiques (X, ENS). 

 

Apply pay increase to all PhD contracts

Since September 2021, the Law on Research Planning (LPPR) increased the monthly gross salary of new PhD students on ministerial funding* by 6% (around 100€) compared to previous years, from 1758€ to 1866€ or from 1.07 to 1.14 times the minimum wage (SMIC). 

Unfortunately, this increase only applies to new contracts: nothing is mentioned for PhD students who started before this date. Worse still, this gap will widen; similar increases are planned each year until 2025, to reach a gross salary of 2300€ (1.4 SMIC), but again, only for new contracts. In other words, a PhD student starting in September 2022 will be paid about 200€ more than a third year PhD student (who started in 2020), but will be paid 200€ less than a new PhD student starting in 2024. This situation is all the more absurd given that all doctoral students are equally involved in their work!

We welcome these pay increases as they contribute to make the situation of PhD students less precarious. However, applying them solely to new PhD students induces a major and hardly justified pay inequality.

We are not the only ones to find this situation incomprehensible. Thanks to their mobilisation, the PhD students of INRAE (National Research Institute for Agriculture, Food and the Environment) have obtained that these increases apply to all of them from January 2022. 

We, PhD students of Sorbonne University, ask the Presidency of Sorbonne University to take the necessary steps to correct this inequality and ensure fair treatment of all its PhD students. To do this, we ask the President to follow the example of INRAE by increasing the salaries of all current PhD students: today to 1866€ gross per month; then in September 2022 to 1975€; and so forth, with the commitment to pursue this increase for all until 2025. 
This salary compensation seems to us to be feasible as it only commits the university's funds for a short and well-defined period.

We invite all our colleagues (either tenured or not) who share our views to sign this petition and to forward it widely.

If our current demand focusses on contractual PhD students, we do not forget our too many colleagues who are not funded (especially in social sciences): only the opening of new PhD contracts will be able to mitigate this structural precariousness and inequality between us, in accordance with the commitments of the LPPR.

    *PhD funding granted by the Ministry of Higher Education, Research and Innovation. This includes grants awarded by doctoral schools as well as specific funding (X, ENS). 

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !