Pour que l'Education Nationale compte les élèves en situation de handicap dans les classes

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


L’intégration des élèves en situation du handicap dans l’école publique est toujours annoncée en période électorale comme une priorité des candidats aux élections présidentielles et législatives. Pourtant, il est inacceptable et révoltant de constater que, en 2017, les élèves en situation de handicap inscrits et présents dans les classes à la rentrée, ne sont toujours pas comptés dans les effectifs de l'Education Nationale. 

Nous sommes des parents d’élèves du groupe scolaire des 4 Coins, située à Bures-sur-Yvette dans le département de l’Essonne, qui accueille une CLIS (Classe pour L’Inclusion Scolaire), d’une douzaine d’élèves présentant des troubles des fonctions cognitives ou mentales (TFC), CLIS devenue ULIS (Unité Local d’Inclusion Scolaire) à partir de septembre 2015.

La réforme appliquée à partir de septembre 2015 remplaçant CLIS par des ULIS, avait pour objectif louable d’améliorer l’inclusion des élèves en situation de handicap, en intégrant ces élèves dans les classes des autres élèves.

A la suite de cette réforme qui partait d’une bonne intention, nous avons été choqués de constater dans le cadre de cette réforme, que les élèves en situation de handicap, désormais présents et inscrits dans les classes, n'étaient pas comptés dans les effectifs des écoles par l’Education Nationale pour décider de l’ouverture ou de la fermeture de classe.

Devant des problématiques de gestion, les directeurs d’académie et les recteurs nous ont répondu en se réfugiant derrière le fait qu’un coordinateur enseignant supplémentaire est dédié dans chaque U.L.I.S école, pour coordonner et accompagner l’intégration des élèves… Il n’en reste pas moins que ces élèves sont pourtant bien présents dans les classes, et non comptabilisés, comme s’ils n’existaient pas pour l’Institution !! 

Si vous avez, Monsieur le Président, et Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, semblé accorder une grande partie de votre énergie à la problématique liée aux rythmes scolaires, nous, parents d’élèves, enseignants, éducateurs, AVS, constatons partout sur le territoire national les fermetures de classes, les sureffectifs dans les écoles, les enseignants absents non remplacés, problématiques autrement plus graves que celle des rythmes scolaires, car impactant beaucoup plus négativement la qualité de notre système éducatif, et qui empêchent par ailleurs toute politique efficace d’inclusion du handicap.

Nous demandons de manière urgente dès la rentrée 2018, puisque partout sur le territoire national des classes ferment et que les élèves des U.L.I.S ne sont pas comptés dans les effectifs de l’Education Nationale, que soit appliquées les dispositions suivantes : 

  • que les élèves en U.L.I.S soient comptés dans les effectifs de l’Education Nationale et donc pris en compte dans le processus de décision d’ouverture ou de fermeture de classe. Il est intolérable que des élèves en situation de handicap intégrés dans les classes dans le cadre des U.L.I.S, nécessitant plus d’attention, ne soient pas comptabilisés dans les effectifs de la classe.
  • que dans toutes les écoles, toutes les classes aient un effectif maximum limité à 24 élèves par la loi, effectif au-delà duquel, ni l’intégration des élèves en situation de handicap dans les classes, ni les apprentissages de tous les élèves, ne peuvent être effectuées dans de bonnes conditions. 
  • que soit mise en place une politique de recrutement massive d’enseignants et d’éducateurs spécialisés, d’assistants à la vie scolaire, dédiés à l’accueil et aux apprentissages des élèves en situation de handicap dans les écoles, les collèges et les lycées, afin de disposer enfin de moyens humains nécessaires à l’inclusion des élèves en situation de handicap dans de bonnes conditions dans le service public.

M. Le Président Emmanuel Macron, M. Le Ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer, il est urgent que des décisions politiques prises pour l’intégration des personnes en situation de handicap, à l’école, comme dans le reste de la société, soient pour une fois à la hauteur des engagements pris en période électorale. 



Fédération des Conseils de Parents d'Elèves compte sur vous aujourd'hui

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour que l'Education Nationale compte les élèves en situation de handicap dans les classes !!!”. Rejoignez Fédération des Conseils de Parents d'Elèves et 325 signataires.