Pour que Junior puisse continuer à être soigné en France sans être séparé de son Papa

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Raymond Zeh est le Papa de Raymond Samuel (surnommé Junior, signifiant en langue des signes « Chocolat », parce qu’il aime le chocolat). Raymond Zeh vient de recevoir une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Raymond Samuel (Junior) est né le 11 novembre 2006 à Yaoundé au Cameroun, fils aîné de Berthe (employée de banque) et Raymond Zeh (commerçant). Autour de sa naissance prématurée et malgré les soins, des difficultés médicales importantes : la première décelée est une surdité profonde bilatérale mais d’autres difficultés neuro-sensorielles apparaîtront au long court. Junior est d’abord suivi par l’Hôpital de Yaoundé. Un peu après ses 3 ans, il est orienté vers le Centre d’Implants Cochléaires du CHU de Clermont-Ferrand. Cette décision difficile a été prise uniquement dans l’intérêt de Junior, impliquant ainsi ses parents, sa tante et la banque du Cameroun qui emploie sa mère. C’est la banque qui règle l’opération et l’implant (environ 20 000 euros). Sa tante, qui réside à Orléans, l’accueillera. Son père, qui commerce entre l’Europe et le Cameroun, prendra de son temps pour le voir régulièrement, sa mère et ses sœurs (Océane et Angela) viendront le voir en France, dès que possible, aux vacances. Mais, malgré l’Implantation Cochléaire et les rééducations, Junior ne parle pas et les Handicaps associés apparaissent de plus en plus prégnants. Raymond Zeh doit par conséquent assurer une présence plus soutenue auprès de Junior toujours accueilli par sa tante. Autant Junior est heureux quand il voit son père, autant il exprime son mal être pendant plusieurs jours lorsque celui-ci doit repartir travailler loin de lui.

Il sacrifie son travail au Cameroun pour rejoindre son fils en France

A l’été 2014, Junior passe ses vacances à Yaoundé avec ses parents et ses sœurs. Berthe et Raymond Zeh font toutes les démarches possibles pour trouver des solutions de poursuite des soins et rééducations au Cameroun, mais l’école pour Sourds à Yaoundé ne reçoit pas de Sourds avec des Handicaps associés. Il n’y a guère de choix : il faut poursuivre les soins en France et sécuriser Junior par la présence d’un de ses deux parents. Berthe Zeh pourrait prendre une disponibilité, mais sa situation professionnelle est stable au pays et c’est son employeur qui règle les frais de scolarité d’Océane et Angela. C’est donc Raymond Zeh, commerçant, qui sacrifiera son activité professionnelle pour rassurer et accompagner Junior en France.

En octobre 2015, Raymond Zeh sollicite une APS (autorisation provisoire de séjour) en tant qu’accompagnant d’un enfant handicapé et est accueilli par l’association l’Oasis du Val à Beaugency. Il vit donc sur ses économies jusqu’à ce qu’il ait le droit de travailler, en mars 2017. Tout allait au mieux pour Junior qui bénéficie de rééducations dans l’internat de semaine de l’IRJS (Institut Régional pour Jeunes Sourds) et les week-end et vacances avec son père ainsi que les grandes vacances en famille avec Océane, Angela, sa mère et son père quand toute la famille peut être réunie… Jusqu’à l’arrivée de cette OQTF le 5 février 2018. 

L'enjeu n'est pas le seul implant

Les services de la Préfecture du Loiret suggèrent d'opérer et réimplanter Junior au Cameroun avec une autre marque d'implant cochléaire car "Oticon", la technologie implantée à Junior à l'âge de 3 ans en France, n'est pas couverte au Cameroun.
Au-delà des conséquences humaines et sanitaires, une telle opération coûterait près de 45 000 euros ! Plus de 70% des enfants implantés avant l’âge de 6 ans réussissent à parler, mais la technologie est efficace seulement si elle est accompagnée d'une rééducation orthophonique poussée, inexistante au Cameroun.

Monsieur le Préfet, vos services indiquent que l’état de santé de Raymond Samuel Junior nécessite une prise en charge médicale dont le défaut peut entraîner des conséquences d’une exceptionnelle gravité. C’est une évidence ! En revanche, contrairement à ce qu’affirment vos services, si Junior ne peut bénéficier d’un traitement approprié (soins et rééducations) au Cameroun, ce n’est pas que pour le réglage de son implant cochléaire mais du fait aussi de ses handicaps associés. Le traitement sera d’autant plus approprié ici que de nouveaux examens sont en cours pour affiner la prise en charge de Junior.

Nous vous demandons l’annulation de l’OQTF que vous avez envoyée à M. Raymond Zeh et la délivrance d’une Autorisation Provisoire de Séjour avec droit au travail, afin que Junior puisse continuer les prises en charge dont il a besoin, que son père puisse subvenir à ses besoins et qu’ils puissent passer leurs vacances en famille.



Réseau Education Sans Frontières compte sur vous aujourd'hui

Réseau Education Sans Frontières a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour que Junior ait le droit de continuer à être soigné en France sans être séparé de son Papa”. Rejoignez Réseau Education Sans Frontières et 268 signataires.