M. KUZMANOVIC : fondez une union politique populaire transcendant le clivage Droite/Gauche

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Le Bloc bourgeois, union décomplexée de la France d'en-haut, de JUPPE à MOSCOVICI, ne va pas céder : les députés LREM ne vont pas s'atteler à faire des propositions de loi basées sur les revendications ô combien légitimes et économiquement pertinentes des Gilets Jaunes. Il va nous falloir déloger l'Extrême-Centre par les urnes. Avec la presse aux ordres pour réécrire l'Histoire en temps réel et diviser l'opinion, l'arme principale du pouvoir en place qui détruit l'appareil industriel (dépeçage d'Alstom au bénéfice de Siemens et General Electric), qui détruit le Pacte social (dépeçage des reliquats de Service publique hors des métropoles avec la fermeture des petites lignes ferroviaires et des Bureaux de Poste), c'est la division des Français et leur incapacité à se structurer politiquement pour reconquérir la souveraineté nationale lors des scrutins démocratiques : il faut en finir avec le vote prétendument "utile" entre peste et choléra, en construisant une alternative crédible, organisée, auto-financée.

Eu égard à ses compétences et son intégrité, à la légitimité inhérente à la véracité de ses analyses, Djordje KUZMANOVIC peut et doit organiser un mouvement politique populaire transcendant le clivage Droite/Gauche, pour défendre énergiquement les perdants de la mondialisation, incarnés par les Gilets Jaunes. Djordje KUZMANOVIC est un rassembleur qui saura fédérer patriotes sociaux de Droite et républicains de Gauche, héritiers de Jean JAURES, autour du paradigme de Christophe GUILLUY. Djordje KUZMANOVIC saura structurer et construire une entité politique permettant à des personnes démocratiquement désignées de porter lors des prochaines échéances électorales les revendications socio-économiques clairement exprimées par les Gilets Jaunes.

Justice sociale et économique, laïcité et autorité républicaines : Djordje KUZMANOVIC n'a jamais été ambigu s'agissant de son positionnement politique. Il a expliqué dans Marianne le 28/11/2018 les raisons de son départ de LA FRANCE INSOUMISE. Au-delà d'un manque de transparence et des relents arbitraires de la gouvernance, au-delà de l'impasse électorale d'une union des Gauches NuitDeboutistes qui étouffe la nécessité d'une union populaire dépassant le clivage Droite/Gauche, Djordje KUZMANOVIC a pris acte de l’impossibilité de faire évoluer positivement le mouvement de Jean-Luc MELENCHON, divisé depuis longtemps sur des sujets pourtant décisifs : refus de faire primer le social sur le sociétal, naïveté sur l'immigration et manque de fermeté face aux dérives anti-Police, compromis anti-républicains avec les mouvements indigénistes et l'entrisme islamiste.

LE PEN et DUPONT-AIGNAN s'enferment dans l'union des Droitiers, de même MELENCHON, AUTAIN ou OBONO s'enferment dans l'union des Gauchistes. Malgré leur pertinence sur de nombreux sujets stratégiques, François ASSELINEAU et Jean LASSALLE n'ont pas réussi à mobiliser l'opinion. Il est devenu urgent de s'adresser sans langue de bois aux abstentionnistes et aux Gilets Jaunes qui ont constaté l'échec du modèle traditionnel de lutte syndicale, qui refusent (pour combien de temps ?) le recours à des actions violentes. Ils doivent pouvoir s'appuyer sur une nouvelle structure militante et populaire, organisée politiquement autour de 7 fondamentaux en vue des élections à venir :

1. L'augmentation des rentrées fiscales pour l'Etat ne doit plus passer par la taxation outrancière des classes moyennes et des travailleurs pauvres (désormais 1 million à survivre avec 850 Euros par mois selon l'Observatoire des Inégalités) mais par les rentrées de cotisations consécutives aux créations d'emplois. Retour au plein emploi permis par les relocalisations et le protectionnisme (national et non pas européen) face au dumping salarial et écologique des puissances étrangères, à commencer par les PECO qui aspirent nos entreprises tout en nous renvoyant, vraie double peine, des armées de travailleurs détachés (+23,8% sur la dernière année soit un total de 354 151 travailleurs détachés, selon des chiffres de la Direction générale du Travail). Le choix du protectionnisme ne doit plus être un tabou car pour vendre en Chine, il est obligatoire de produire en Chine sous peine d'être lourdement taxé

2. Pour permettre aux employeurs d'augmenter les salaires et soutenir ainsi le pouvoir d'achat des Français, la justice sociale passe par davantage de justice fiscale et passe donc par une lutte contre l'évasion fiscale (selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques, dévoilé le 13/11/2018 par Marianne, la fraude fiscale s'élève à 100 milliards d'Euros par an, une hausse de 20 milliards par rapport à 2013). Ces montants colossaux doivent être récupérés pour permettre d'alléger les cotisations supportées par les TPE et les PME, les ETI et les entrepreneurs de l'ESS, pour permettre à l'Etat d’arrêter les destructions de la politique d'austérité

3. Avec les marges de manœuvre budgétaires restaurées par les deux mesures précédentes, l'Etat pourra rebâtir un véritable Service public de qualité sur tout le territoire (des zones rurales aux cités désertées par la puissance publique), l'Etat pourra notamment financer la santé, l'éducation, les transports, la sécurité, la remise en état des prisons. Les investissements visant à soutenir la transition écologique se focaliseront sur l'isolation thermique desdites "passoires énergétiques" qui plombent le budget des plus modestes et constituent 1/4 du total des émissions de CO2 annuelles de la France (l'Observatoire National de la Précarité Énergétique souligne que les ménages défavorisés consacrent 15% de leur budget à l'énergie contre 6% pour les ménages aisés)

4. L'Etat pourra aussi investir dans la création de maisons de retraites publiques avec des tarifs abordables, pourra garantir des budgets conséquents pour le handicap, pourra accueillir dignement davantage de réfugiés politiques (et non pas réfugiés "économiques") tout en reconduisant à la frontière les déboutés du Droit d'asile, sachant que le gouvernement actuel a abaissé de 8% le budget consacré aux reconduites à la frontière en 2018 avec pour résultat seulement 26 000 reconduites exécutées sur les quelques 90 000 O-Q-T-F prononcées, 64 000 clandestins qui viennent nourrir l'insécurité et l'économie informelle (comportements isolés qui portent préjudice à la très grand majorité de nos concitoyens issus de pays étrangers, désireux de s'intégrer et vivre paisiblement)

5. L'Etat pourra aussi investir dans la modernisation de son armée qui s'engagera prioritairement contre les filières de trafic d'êtres humains (le trafic de migrants rapportant désormais plus que le trafic de drogue, soit 7 milliards USD en 2016 selon l'ONUDC)

6. La République est une et indivisible. L'Etat doit lutter fermement contre les dérives religieuses en réaffirmant la non-négociabilité de la laïcité. Si aucun culte ne saurait être stigmatisé, aucune primauté du spirituel sur le temporel ne saurait être admise (toute structure religieuse devra signer en Préfecture un engagement pour garantir la liberté de conscience des enfants et l’égalité homme/femme ; le port de signes religieux sera interdit pour les accompagnateurs lors des sorties scolaires et sera également interdit dans tous établissements publics administratifs ou de santé, y compris à l'université)

7. Tout ceci serait impossible sans une pleine souveraineté nationale qui passe par une sortie des carcans de Bruxelles

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/pourquoi-je-quitte-la-france-insoumise-djordje-kuzmanovic?fbclid=IwAR0H120bwMN2_M_H2u_GaeGP0Cl_8g9lAx4UOrivuuOtUaRdsix1UCvg5yg

 

NOTA : âgé de 38 ans, natif de Madagascar, je suis arrivé en France en 1988 et fus naturalisé en 1992. Mon père, professeur d'histoire, est décédé en 1994 à l'âge de 46 ans : il a souhaité être enterré à Montargis dans le Loiret, il votait pour Charles PASQUA. Pour ma part, après avoir été encarté PS puis Parti de Gauche, j'ai voté jadis pour MELENCHON... Il y a beaucoup de monde qui souhaite un dépassement des clivages droite/Gauche pour représenter le peuple qui souffre en silence ; j'ai estimé être légitime pour rédiger cette pétition car j'ai vécu et continue de vivre les fins de mois difficiles évoquées par les Gilets Jaunes ; j'enchaîne les CDD, mon cœur palpite à chaque fois que je passe en caisse de peur que ma carte soit refusée ; j'aime la France et la façon dont le gouvernement brade ses fleurons industriels me révulse ; la façon dont on détricote le Service public et les acquis sociaux me fait honte. Je n'ai aucune idée de l'impact que peut avoir une telle pétition mais Djordje KUZMANOVIC a le courage de faire un boulot que je n'ai pas le courage de faire, cette pétition est une contribution pour le soutenir.


Voulez-vous partager la pétition ?