Decision Maker Response

Jean-Luc Moudenc’s response

Dec 9, 2016 — Madame, Monsieur,

J’ai pris connaissance de la pétition mise en ligne par Madame Marina GEY sur le site Change.org, « Plus de place pour les Minimes! ».

L’ensemble de vos observations concernant les difficultés récurrentes de stationnement auxquelles sont confrontés les habitants du quartier des Minimes, a retenu toute mon attention.

A la lecture de ce témoignage, je comprends votre ressenti car je connais l’importance de ces sujets de la vie quotidienne qui sont souvent source d’exaspération.

Aussi, ai-je immédiatement relayé vos doléances auprès de mon collègue Jean-Michel LATTES, Premier Adjoint au Maire en charge des déplacements, en lui demandant de m’apporter des précisions, en lien avec la direction du Pôle Territorial Nord de Toulouse Métropole en charge de l’aménagement de ce secteur, sur la circulation au sein de ce quartier.

Effectivement, au cours de cette année 2016, des travaux ont été réalisés sur le quartier des Minimes et les voies ont dues être fermées à la circulation lorsque la réalisation des chantiers le nécessitait.

Cependant, lors des travaux de voirie, les rues sont aménagées de façon à proposer une offre optimisée en stationnement.

Le quartier des Minimes, comme tous les faubourgs adjacents du centre-ville, connaît une forte pression en termes de stationnement. Aujourd’hui, l’ensemble du stationnement sur voirie n’est pas réglementé et demeure gratuit.

J’ai demandé à la direction Mobilités Gestion Réseaux de Toulouse Métropole de programmer, durant l’année 2017, une étude de stationnement. Dans un premier temps, une enquête relèvera les pratiques de stationnement, avant de les analyser, puis de préconiser des actions selon les orientations politiques et les budgets disponibles.

Cette étude nous permettra de disposer d’éléments objectifs sur les conditions de stationnement à l’échelle du quartier des Minimes afin d’apporter une réponse pertinente aux dysfonctionnements qui seront révélés.

Par ailleurs, vous sollicitez la création de nouvelles places de stationnement sur voirie (une vingtaine).

Sachez que l’augmentation de l’offre de stationnement sur l’espace public ne répondra pas à la problématique, car au vu de la pression sur ce quartier, ces nouvelles places seraient très fortement convoitées, et les problèmes de stationnement resteraient les mêmes.

En outre, si je comprends votre exaspération à la suite de contraventions qui vous sont infligées en raison de stationnement gênant, il convient de noter que le stationnement illicite pratiqué se fait au détriment des autres usagers de l’espace public, à savoir les piétons, les cyclistes, les autres véhicules motorisés etc. Généralement, l’intervention de la Police Municipale fait suite à des demandes récurrentes d’usagers subissant les désagréments de ces pratiques.

La question du manque d’emplacements, que vous soulevez dans votre pétition, découle des choix faits par la précédente municipalité, qui limitent le nombre de parkings par logement. Il en résulte une insuffisance de places de stationnement, problème d’urbanisme relevant des promoteurs immobiliers.

Or, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) a force de droit et s’applique.

Ce n’est que lorsqu’entrera en vigueur le prochain PLU, à la fin de cette année, que seront applicables un certain nombre de principes nouveaux auxquels nous tenons et qui traduiront nos engagements, en particulier en matière de densité modérée.

Ainsi, dans ce futur PLU, nous reviendrons sur le nombre trop faible de places de parking dans les opérations immobilières, avec une nouvelle règle : un minimum de 1,3 place par logement pour le logement traditionnel (au lieu d’une seule dans le PLU actuel), avec réduction à proximité des stations de métro, et un minimum d’une place par logement (ou équivalent surface de plancher) pour le logement social, contre aucune dans le PLU actuel.

Il s’agit là de la mise en œuvre d’un engagement de campagne.

De plus, un dispositif a été mis en place sur le centre-ville de Toulouse afin d’optimiser le stationnement du parc locatif social. Cette expérimentation a vocation à être étendue aux autres quartiers de la ville. Dans des résidences, des places de stationnement (box, emplacements en sous-sol ou emplacements en extérieur) sont mises à la location.

La Métropole toulousaine, dans le cadre de ses partenariats avec les opérateurs sociaux, a donc développé une carte interactive qui présente et recense l’ensemble des places disponibles.

Pour plus d’information, vous pouvez vous rendre sur le site Internet de Toulouse Métropole (www.toulouse-metropole.fr), rubriques « Missions », « Déplacements » et « Stationnement à louer », qui vous permettra d’obtenir les coordonnées du bailleur, la localisation de la place ainsi que les tarifs.

Je ne puis terminer ce courrier sans vous indiquer que, dès mon arrivée au Capitole, j’ai voulu le rétablissement des Maires de quartier pour retrouver cette proximité indispensable entre élus et citoyens. J’espère sincèrement que le dialogue ainsi renoué permettra d’améliorer sensiblement la communication entre la Municipalité et les Toulousains.

C’est mon collègue Maxime BOYER que j’ai désigné comme Maire de votre quartier. Il est à votre disposition, si vous le souhaitez, pour évoquer plus avant toute question vous tenant à cœur concernant ce secteur.

Tels sont les éléments que je tenais à porter à votre connaissance.

En comptant sur votre compréhension,

je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean-Luc MOUDENC