Pétition fermée

Plus de place pour les Minimes!

Cette pétition avait 6 signataires


Dans le quartier des Minimes, à Toulouse, il n'est pas devenu difficile de se garer, cela l'était déjà, mais quasiment impossible. Voilà plus d'un an et demi que des travaux de voiries sont en cours. Le bruit, la poussière, devoir enjamber les fossés qui remplacent les trottoirs, on l'a tous fait.
Mais ces travaux ont changé toute la voirie et rendu les places de parking autorisées disponibles encore plus rares qu'elles ne l'étaient auparavant. Et comme encore il y a des travaux en cours, de jour en jour, tout une partie de rue est bloquée, en général dans plusieurs rues en même temps, la circulation entravée et le 'parcage', lui, est devenu, littéralement un enfer.

Alors évidemment, les gens se garent comme ils peuvent, où ils peuvent. Et je peux témoigner que même en essayant de trouver une place correcte, autorisée, parfois une heure entière à tourner en cercles concentriques n'y suffit pas. Je ne me suis pas chronométrée mais je crois avoir tenu un maximum d'1 heure 30 avant de finalement me 'rabattre' sur une place pas vraiment autorisée. Ma voiture était à moitié sur un emplacement normal, à moitié sur un marquage blanc au sol. Je savais que même un gros camion pouvait passer, que je ne bloquais aucune entrée ou sortie.. seulement voilà, le lendemain, ma voiture était à la fourrière.

Parfois c'est la fourrière, et au commissariat où je suis allée récupérer ma carte grise, à côté de moi deux messieurs avait eu leur voiture enlevée aussi..aux Minimes! Parfois c'est une amende. Parfois rien. Rarement rien.

Le problème est le suivant: il n'y a PAS de place, parfois, tout simplement. Ou alors il faut carrément aller dans un tout autre quartier. Or quand on a des courses lourdes à porter, ou des enfants en bas âge, ou des difficultés pour marcher, il n'est pas tenable d'aller se garer à 3 ou 4 kilomètres (où parfois on ne trouvera pas de place non plus, du reste).

Un jour un officier de Police m'a dit (alors qu'une énième fois ma voiture allait être embarquée à la fourrière) que si j'avais des affaires lourdes à décharger, je devais me mettre en warning, décharger puis revenir. Sauf que dans le quartier toutes les rues sont étroites et si l'on se met en double-file, très vite ça va klaxonner, s'énerver (le parcours étant en soi bien agaçant avec les travaux).

Et quid des mamans ou papas seul-e-s avec enfants fatigués après l'école ou la crèche, et courses, de retour du travail, etc? On s'met en warning, on dépose rapido le ou les enfant(s) seul(s) et allez, en route pour la recherche impossible d'une place, les enfants mangeront à 22h, tant pis? Ou alors on les embarque, éreintés, pour un/des fascinant-s tour-s de voiture pouvant durer 1 heure et après quoi il faudra marcher encore..? Et le lendemain on se lèvera plus tôt pour avoir le temps de marcher jusqu'à la voiture?

Et généralement, sans exagérer ça prend vraiment longtemps avec souvent à l'arrivée la solution de se garer 'mal', mais on ne peut tout de même pas aller se garer dans un parking payant du centre-ville, si? Cela aurait-il un sens?

Les immeubles d'habitation poussent mais chaque appartement ne dispose pas d'un parking.. Puis il y a le jour de marché où tout le parking de la place du Marché aux Cochons est interdit, et les soirs de spectacle au théâtre des Minimes où les spectateurs viennent se garer..de moins en moins de place, toujours moins, toujours plus un casse-tête pour les habitants. Qui tremblent le matin de ne pas retrouver leur voiture, envoyée à la fourrière.

J'ai même des amis réticents à venir chez moi par peur de "devoir faire un plein" pour pouvoir rouler assez avant de trouver une place (véridique).

Je n'ai pas vraiment de solution, mais je constate chaque jour que vraiment les gens peinent, que oui il y a des voitures garées n'importe-comment et que ce n'est sans doute pas dû à une spécificité des conducteurs du quartier qui seraient plus incivils que les autres.

Alors pour nous qui supportons tous les inconvénients des travaux, j'aimerais juste une idée, ou un compromis: soit trouver un endroit où enfin nous pourrions nous garer, même une vingtaine de places dégagerait la situation, soit une clémence temporaire pour les emplacements dits "abusifs" et la suspension, pendant un temps, des contraventions et de la fourrière, surtout quand la voiture ne gêne personne, qu'elle ne menace en rien la sécurité des piétons ou autres automobilistes.

Faites un geste pour ce quartier, monsieur Moudenc, parce-qu'il devient difficile de s'y sentir serein, parce-que non on ne va pas pouvoir tous se mettre au vélo/métro (cf. mamans seules avec enfants et charges lourdes, personnes travaillant en dehors des zones couvertes par les transports publics, etc). Et que, aussi, le quartier n'étant pas peuplé de personnes franchement aisées, on va finir ruiné-e-s.

Merci.



Marina compte sur vous aujourd'hui

Marina GEY a besoin de votre aide pour sa pétition “Plus de place pour les Minimes!”. Rejoignez Marina et 5 signataires.