Plantons 1200 milliards d'arbres sur Terre, en 100 jours !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Le dérèglement climatique est à l’œuvre depuis plusieurs années sur notre planète. L'un des gaz responsable: le CO2.

La réponse au déstockage massif de CO2 est de planter les seuls organismes capables de faire le travail seul : les arbres.

Ils prennent dans l’air le CO2 nécessaire à ses besoins immédiats et futurs pour construire leur tronc, leurs branches, feuilles et racines. Les arbres échangent aussi de grandes quantités de carbone avec leurs voisins via un gigantesque réseau souterrain de mycélium, des champignons symbiotiques du sol.

 

3000 MILLIARDS D'ARBRES SUR TERRE

La Terre compte à ce jour 3000 milliards d'arbres. Ce comptage a été réalisé par l'Association Américaine pour l'Avancement des Sciences1 (AAAS) en traitant des données issues d’études de terrain et de satellites à l’aide de machine learning, soit 7 fois plus que les estimations de la NASA. Ils représentent le 2ème plus grand puits de carbone de la planète juste derrière les océans.

Chaque année, 15 milliards d'arbres disparaissent et depuis le début de la civilisation humaine, le nombre d'arbres a chuté de 46%.

Aujourd'hui, les 3 000 milliards d’arbres correspondent à un stock de carbone de 400 gigatonnes de CO2.

1200 MILLIARDS D'ARBRES EN PLUS

Le chercheur Thomas Crowther de l'école polytechnique de Zurich a commenté ces résultats en estimant qu'il serait nécessaire d'en planter un tiers de plus, soit 1200 milliards, pour absorber l'équivalent d'une décennie d'émission de CO2 par an.

A titre d'exemple, un arbre de 5 m3 peut absorber l'équivalent de 5 tonnes de CO2 par an. Cela correspond aux émissions de 5 vols aller-retour entre Paris et New York.

CRÉATION DE FORETS

La création de nouvelles forêts de plusieurs essences différentes là où il n'y en avait pas est l’objectif clair du projet ARBORETUM. Les pâturages, les terres agricoles dégradés ou les autres espaces exploités par l'exploitation des ressources, sont idéals pour la plantation stratégique d’arbres et la biomasse vivace.

Ce reboisement peut prendre diverses formes. Quelle que soit la structure, le boisement crée un puits de carbone qui séquestre le gaz et le redistribue dans le sol.

 

         RÉSUMÉ

  • Qui ?

Avec l'aide des instances internationales, notamment le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et de la Banque Mondiale, un appel à projet sera lancé auprès de 120 pays pour qu'ils s'engagent à planter sur leur sol 10 milliards d'arbres. Cette opération permettra d'atteindre le chiffre de 1200 milliards.

  • Comment ?

Sur la base des expériences du Pakistan et de l'Inde, l'enjeu est de pouvoir simultanément planter l'ensemble des arbres prévus dans des zones désertiques sans concurrencer les terres arables. Si 1200 milliards paraissent inaccessibles, 10 milliards répartis dans le monde est beaucoup plus envisageable. En tenant compte du record détenu par les indiens, il faudrait 100 jours environ pour la plantation soit effectuée. Imaginons que le coup d'envoi ait lieu le 1er janvier, le projet sera clôturé le 31 mars de la même année.

Avec l'aide de la technologie par drones, le calendrier pourrait être raccourci.

  • Coût ?

En tablant sur le chiffre du Pakistan -150 millions d'euros pour 1 milliard d'arbres- l'engagement financier pour mener à bien le projet ARBORETUM atteindra 180 milliards d'euros, soit 1/7e du PIB des Etats-Unis.

 

FAISONS-LE, C'EST POSSIBLE.

MAIS MOTIVONS L'ONU, LA PNUE ET LA BANQUE MONDIALE A LANCER L'OPERATION.

SIGNEZ EN MASSE ET FAITES PARTAGER !

 

 

Pétition destinée à:

  • Inger Andersen, Responsable du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)
  • António Guterres, Secrétaire général des Nations unies (ONU)
  • David Malpass, Président de la Banque Mondiale,
  • Kristalina Georgieva, Directrice de la Banque Mondiale