Petitioning Philippe Briand and 20 others

Tours ne doit pas devenir la capitale du cirque !

La Communauté urbaine Tour(s) Plus lance le premier festival international du cirque en Val de Loire fin septembre 2017 avec le plus grand chapiteau d'Europe, capable d'accueillir 2 300 spectateurs en simultané. L'ambition affichée de l'agglomération est de devenir la future capitale internationale du cirque et d'associer la Touraine à un grand événement culturel, comme La Rochelle est indissociable des Francofolies ou Angoulême pour le festival de la bande dessinée.


Le vice-président de Tour(s)Plus chargé de la culture Cédric de Oliveira déclarait l'an dernier au site InfoTours.fr : « nous voudrions développer un grand événement populaire dans l’agglomération. Il s’agirait de quelque chose autour des arts du cirque dont la Touraine est un berceau avec notamment les installations de la famille Pinder. Nous pourrions donc créer un grand festival de cirque européen accessible au plus grand nombre.»


Mais comment une telle idée peut encore germer dans l’esprit de nos élus en 2017 ?


A l'heure où les politiques nationale, européenne et internationale s'accordent pour reconnaître une place de plus en plus importante au bien-être animal Il est anormal de laisser souffrir des animaux maintenus dans ces conditions de vie  épouvantables juste pour nous distraire.


Plusieurs associations de défense du droit animal, notamment Code Animal, ont mises en avant les souffrances physiques et psychologiques ressenties par les animaux dans ces spectacles mouroirs; à l’heure actuelle nous ne pouvons plus dire que nous ne savons pas. Loin d’être seulement un débat de société, la présence des animaux dans les cirques engage également la responsabilité des villes du fait de leur obligation de faire appliquer la législation en vigueur:


Vu l'article L.214-1 du code rural qui dispose que « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».


Vu l'article 22 de l'arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d'utilisation des animaux vivants d'espèces non domestiques dans les établissements de spectacle itinérant, qui dispose que « les animaux doivent être entretenus et entraînés dans des conditions qui visent à satisfaire leurs besoins biologiques et comportementaux, à garantir leur sécurité, leur bien-être et leur santé ».


Vu les articles R 214-17 et suivants du code rural.


Vu les articles L 521-1 et R 654-1 du code pénal.


Vu l'annexe I de la Convention de Washington (Cites).


Vu l'arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques.


Considérant que les textes précités imposent des normes légales et réglementaires minimales visant à satisfaire aux impératifs biologiques de chaque espèce.


Considérant que le caractère itinérant des cirques fait obstacle au respect de ces normes.


Considérant que les éthologues et les zoologues ont observé que les troubles du comportement, observables sur les animaux dans les cirques, sont « les manifestations d'un échec à s'adapter de façon appropriée, et peuvent donc acquérir valeur de critère pour l'adéquation des environnements d'hébergement au long cours pour les animaux » (Mac Bride, Glen & Craig, J.V.), les « marqueurs des états de mal-être chronique » (Hannier I.) ou encore « la preuve d'une souffrance chronique » (Wemelsfelder F.).


Considérant que les spectacles de cirque contiennent des numéros imposant aux animaux des exercices contre-nature obtenus au prix d'un dressage reconnu comme étant incompatible avec les impératifs biologiques des espèces.


Considérant que les conditions de détention et de dressage des animaux occasionnent à ces derniers des pathologies avérées tels des troubles cardiaques, de l'arthrite, des stéréotypies et autres troubles du comportement.


Considérant que, au vu de ce qui précède, les normes minimales ne peuvent pas être respectées par les cirques exploitant des animaux sauvages du fait de la nature itinérante de ces établissements.


Considérant que le non-respect de cette réglementation est passible de peines contraventionnelles et délictuelles, sur le fondement des articles susvisés, et constitue par suite une atteinte à l'ordre public.


Considérant par ailleurs que la municipalité est garante de la moralité publique et que la mise en spectacle d'animaux sauvages ou de certains animaux domestiques dans des conditions incompatibles avec leurs besoins biologiques et leur habitat constitue une atteinte aux valeurs de respect de la nature et de l'environnement protégée par notre constitution.


Nous demandons la transformation du projet en un (novateur) festival international du cirque sans animaux.

 

This petition will be delivered to:
  • Philippe Briand
  • Serge Babary
  • Frédéric Augis
  • Marie-France Beaufils
  • Christian Gatard
  • Wilfried Schwartz
  • Cédric de Oliveira
  • Jean-Luc Galliot
  • Alexandre Chas
  • Bertrand Ritouret
  • Patrick Deletang
  • Bernard Plat
  • Bernard Lorido
  • Sébastien Marais
  • Bruno Fenet
  • Philippe Clémot
  • Patrick Chalon
  • Jean-Marie Metais
  • Christian Avenet
  • Corinne Chailleux
  • Jacques Le Tarnec

Emilien COUSIN started this petition with a single signature, and now has 1,158 supporters. Start a petition today to change something you care about.