Pour la reconnaissance du travail de mère au foyer et la création d'un statut spécifique !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Depuis le mois d'août 2017, le gouvernement français via sa secrétaire à l'égalité hommes-femmes marlène schiappa cherche à m'empêcher de défendre mes droits de mère, de femme et les droits de mes enfants !

Après une garde à vue de 9h début août par la Police Judiciaire pour insulte et diffamation envers un membre du gouvernement que je nie fermement preuve à l'appui, je viens de recevoir une convocation à comparaitre pour un procès en correctionnelle pour les même motifs, mais de nouveaux faits que je réfutent tout autant ! Mon procès se tiendra le 1er mars à 14h au tribunal correctionnelle de Bordeaux.

Voilà 9 ans déjà, j'ai lancé mon site Internet (www.maman.ma) pour les mères du Maroc et je me suis lancé à coeur ouvert dans la lutte pour les droits des mères au foyer et leurs enfants qui jusqu'à aujourd'hui ne sont pris en compte par aucun gouvernement et restent inaudibles.

Je ne demande pas un salaire pour les mères, je ne demande aucuns avantages sociaux supplémentaires ! Je demande simplement que le travail que nous faisons tous les jours soit reconnu et que l'on puisse nous permettre d'avoir une reconnaissance professionnelle en tant que ce que nous sommes : des femmes actives dans la société. Une reconnaissance qui nous permette de faire entendre notre voix et nos besoins et ceux de nos enfants et de nos familles.

Les femmes au foyer qui s'occupent de leurs enfants en bas âge elles mêmes sont un des publiques socialement le plus discriminé. Nous n'avons aucune instance pour nous représenter nous et nos enfants, personne de notre fonction n'est présent au gouvernement pour porter notre existence, nous ne pouvons pas faire valoir nos droits et ceux de nos enfants à travers une quelconque congrégations, ni nous organiser autour de nos intérêts communs : nos enfants et leur bien être. Les sports ont plus de poids que nous les mères dans notre pays... Est ce normal ?

Ayant lancé mon site Internet d'informations sur la maternité à peu près au même moment que le blog de marlène schiappa, je connais donc marlène depuis 9 ans pour avoir baigné dans le même univers. Après une période de camaraderie, j'ai pris mes distances avec elle avant de la supprimer de la totalité de mon espace, en remarquant que son discours était franchement hostile au mien sur la défense des mères au foyer : pour elle les mères au foyer sont lobotomisées par des maris pervers narcissique et devraient "travailler" (cf Pas plus de 4h de sommeil) pour faire carrière... Même en passant 5 ans à lui expliquer que le fait de nous occuper nous même de nos enfants peut être considéré comme un travail bénévole, puisque pour nous remplacer il faut toute un système sociale lourd et qui coûte très cher à la collectivité, ça ne passe pas, elle fait la sourde oreille à cette cause et ne nous propose que plus de place en crèche, là où nous ne voulons absolument pas mettre nos bébés.

Je ne demande pas qu'on oblige quiconque à faire quoi que ce soit donc les femmes ne reviendrons pas en arrière "à la maison" avec ma demande, il s'agit simplement de permettre à des millions de femmes d'officialiser une situation de fait qui existe déjà et de pouvoir s'organiser pour mieux vivre leur choix quand elles font ce choix. Et elles sont nombreuses à le faire. Ou à le vouloir.

Aujourd'hui, une secrétaire d'état qui était censée créer un ministère plein et entier des droits des femmes, de la famille et de l'enfant comme promis aux françaises et aux français pour arriver au pouvoir et qui l'a supprimé pour créer à la place un secrétariat d'état qui n'est pas du tout dans la thématique demandée, mais n'est qu'une infime partie d'un tout vital à la France, arrive à faire incarcérer une opposante à sa politique et à la traîner devant les tribunaux comme une malpropre en toute connaissance de cause, en invoquant la malveillance pour une militante de la bienveillance éducative... En invoquant l'insulte fictive à une femme que l'on censure depuis 9 ans sur son blog... En invoquant la diffamation à une journaliste indépendante qui se bat pour la vérité et l'indépendance des médias depuis 12 ans...

Je demande aux Français et aux Françaises d'entendre ce que je dis depuis 9 ans : les mères au foyer qui ne délèguent pas l'éducation de leurs enfants et s'en occupent elles même, travaillent. Elles travaillent sans rien demander à personne.  Elles travaillent dans l'amour, dans le partage, mais aussi de plus en plus dans la solitude et parfois, trop souvent, dans la précarité. Je demande la reconnaissance de notre travail et la mise en place de conditions favorables à une bonne gestion de notre fonction de mère.

Après 9 ans de recherches dans les domaines de la maternité et de la petite enfance et à travers toutes mes actions menés en ce sens, j'ai pu trouver des réponses simples qui peuvent être approfondies par l'ensemble des mères, des pères et des citoyens en général pour améliorer la condition des familles précaires ! Si nous, mères, pouvions avoir une instance pour nous représenter nous pourrions faire de grands progrès qui arrêteraient de nombreux problèmes très rapidement, comme par exemple la discrimination sur le droit à la formation des mères qui les laisse sans emploi et sans formation, premières au front de la précarité avec leurs enfants, citoyens les plus faibles de France que nous avons tous le devoir de protéger et de choyer comme les nôtres.

En autorisant les mères d'enfant en bas âge à être accompagnées de leurs enfants lors de leurs temps de formation, on fait remonter les taux d'allaitement, ce qui signifie un meilleur système immunitaire, donc une baisse des frais de santé liés aux enfants et l'espoir de faire reculer le cancer du sein qui est moins présent chez les femmes qui allaitent...

Je pense qu'il faut arrêter de discriminer ce public en lui interdisant l'accès à la formation dès lors qu'elles ne peuvent pas amener leur bébé avec elles ! J'ai fait le test personnellement et il est tout à fait possible de se former en la présence de jeunes enfants si tout le monde s'adapte et ça profite à tout le monde : à la mère, à l'enfant, à la famille et à toute la société. La France est prête pour cela, des formateurs sont prêts pour cela, des entreprises sont prêtes pour cela !

Alors faisons le ! Donnons nous cette chance !

C'est un défi qui vaut le coup car les mères pourront (ré)orienter leur vie professionnelle en prenant en compte leur nouvelle vie familiale, leur désir, mais aussi leur possibilité en accord avec le fait d'être une maman. Cela ne coûtera rien à la collectivité et pour peu que les entreprises du secteur de la maternité (comme Lactalis) jouent le jeu en sponsorisant les mères qui porteront fièrement les valeurs de leur marque, alors tout le monde devient gagnant. C'est une idée parmi d'autres, je suis sûre que d'autres mères auront de meilleures idées encore pour lutter contre la violence qui s'abat sur nous et sur nos enfants, pour cadrer l'éducation des enfants qui ont moins de chance que les nôtre, etc. Le travail est immense, mais le coeur et le courage des mamans sont réputés l'être tout autant et pour les côtoyer depuis 10 ans, je peux vous dire que ce n'est pas une légende.

Je demande au Peuple de France de ne plus laisser les mères dans le silence et de leur donner une voix : la leur. Leur voix de mères qui parlent au nom des enfants.

Aidez moi s'il vous plaît.

Carole Hofbauer

Mère au foyer professionnelle.



Mom Company compte sur vous aujourd'hui

Mom Company a besoin de votre aide pour sa pétition “Peuple de France: Pour la reconnaissance du travail de mère au foyer et la création d'un statut spécifique !”. Rejoignez Mom Company et 88 signataires.