Lettre ouverte des personnels de l'hôpital Beaujon (AP-HP)

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !


Lettre ouverte des personnels de l’hôpital Beaujon

(AP-HP) avec les organisations syndicales FO, CGT, SUD

à Martin HIRSH, Olivier VERAN et Emmanuel Macron.

 

Nous sommes des personnels soignants et administratifs, des personnels ouvriers et techniques, notre vocation n’est pas de mourir mais de soigner, sauver des vies sans mettre la nôtre en danger. Votre rôle, M. le Directeur de l’assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), M. le Ministre, M. le Président de la République, est de garantir cela. Il est de permettre à l’ensemble des professionnels de santé d’accomplir leurs missions dans les meilleures conditions, de soins et de sécurité.

Aujourd’hui, quel est le résultat de votre politique ?

Les « doctrines » que vous nous avez imposées en fonction des stocks ne nous permettent plus d’avoir du matériel efficace de protection et qu’aucune politique de dépistage de masse n’est mise en place.  Nous venons travailler la peur au ventre, la gorge nouée, les larmes aux yeux. Nous voyons nos collègues tomber un à un, augmentant la liste des « covid+ ». Au 30 mars, 69 de nos collègues de Beaujon étaient positifs, et plus de 1500 sur l’ensemble de l’APHP dont certain en réanimation. Cette peur quotidienne d’être atteint par ce virus et le transmettre à nos proches est extrêmement anxiogène et n’est plus acceptable !

Et que dire de la prise en charge des patients !

Tous ces lits de réanimations et d’hospitalisations supprimés depuis des années qui aujourd’hui manquent cruellement. Tous ces milliers de postes rendus, de reconversions professionnelles, de démission par écœurement de ce qu’est devenu l’hôpital public.

Tous ces médicaments de première nécessité, ces respirateurs, pousse-seringues électrique, bouteilles d’oxygène, anesthésiants, qui viennent aujourd’hui à manquer.

Cette incurie nous oblige à faire des choix éthiques insupportable. Donnez ou non l’accès aux soins de réanimation à des patients le nécessitant selon des critères inavouables !

Cette politique est criminelle. Vous en êtes responsable aujourd’hui comme vos prédécesseurs hier.

Nous disons, cela suffit !

Parce que nous sommes réellement « en guerre » contre le coronavirus, alors il nous faut, maintenant, tout de suite, et pour l’ensemble des personnels de santé, des « munitions » sanitaires :

-          Du matériel de protection efficace (masque FFP2, combinaison, lunettes, gants, …)

-          Des tests de dépistages en grandes quantités

-          Des respirateurs, des pousse-seringues, des bouteilles d’o2, …

-          Des médicaments (antibiotiques, curares, morphiniques) …

-          De revaloriser les professions de la santé, le dégel immédiatement du point d’indice

-          D’ouvrir des lits de réanimation et d’hospitalisation

-          D’abroger toutes les lois visant à réduire l’offre de soin (HPST, Touraine, ma santé 2022, …)

Nous demandons des actes, pas de belles paroles de réconfort. C’est nous qui sommes tous les jours auprès des patients, assez de baratin ! Pas un plan après la crise, mais des moyens maintenant !

Clichy le 01 avril 2020

 

Je signe cette lettre ouverte :