Demande de conception d'un timbre à l'effigie de Lucie RANDOIN

0 a signé. Prochain objectif : 100 !


Lucie RANDOIN (1885- 1960) fut la première femme biologiste à l'Académie de médecine à imaginer notre futur entre science et nature.

Après le décès de Marie Curie en 1934, aucune femme n'est entrée à l'Académie de médecine avant Lucie RANDOIN. Un siècle plus tard, la place des femmes dans les institutions médicales reste congrue.

Agrégée de sciences naturelles en 1911, à une époque où l’agrégation était réservée aux hommes, puis docteur ès sciences en 1918, Lucie RANDOIN est la première femme à enseigner à la Faculté de médecine de Paris.

Son parcours de biologiste et ses travaux hygiénistes ont donné un élan à la France et l'humanité : https://bibliotheque.academie-medecine.fr/portraits-de-femmes-iv/

Voici copie de sa candidature à l'Académie de médecine : : http://bibliotheque.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2013/12/Lettre-de-candicature-de-Lucie-Randoin-Lucie.jpg

En imaginant notre futur entre science et nature, elle a su apporter un soutien déterminant aux industries Probiomer fondées par Théophile LOGNONÉ (1895-1974), bijoutier horloger. 

Dans les années 30, l’orfèvre observe les propriétés du calcium organique vivant. Ce minéral, présent dans le sable coquillier de la baie du Mont-Saint-Michel, permet de fertiliser des sols et d'améliorer la recherche en nutrition-santé. Pendant la crise de 1936, il reçoit la prime d’honneur du ministère de l’agriculture. Motif ? Il vient d'inventer un complément alimentaire naturel, capable de renforcer le calcium de coquilles d'œufs et d’approfondir de nouvelles recherches pour demain.

Lucie RANDOIN a apporté une aide précieuse aux industries Probiomer grâce à son expertise en recherche fondamentale pour explorer le potentiel des richesses nutritionnelles des minéraux marins.

Savez-vous que les deux seuls vaccins contre le Covid-19 disponibles en Europe sont issus de deux entreprises fondées par des universitaires, BioNTech en Allemagne, créée par trois chercheurs de l’université de Mayence, et Moderna, fondée par un biologiste d’Harvard ? Avec la grande bascule de la pharmacie de la recherche chimique vers la biotechnologie, l’essentiel des nouveaux médicaments est issu en tout ou partie des travaux académiques, d’où le succès mondial de la région de Boston, aux Etats-Unis, siège d’Harvard et du MIT.

La crise sanitaire souligne un vrai besoin car la recherche pharmaceutique est aujourd’hui l’activité économique et industrielle la plus liée à la recherche fondamentale. Aucun autre secteur n’a autant besoin d’un lien fort et direct entre les entreprises et les laboratoires des universités. 

Il faut aussi encourager l'esprit d'entreprise en université, en y intégrant le prisme de l'entrepreneuriat au féminin.