Petition Closed

Je m’appelle Simona Falanga, et je suis étudiante en langues étrangères à l’Université de Coventry. A présent j’étudie les langues étrangères appliquées à l’Université de Strasbourg dans le cadre d’échange Erasmus. Grace à cette opportunité, j’ai non seulement eu la possibilité d’améliorer mon niveau de français, mais j’ai pu découvrir une nouvelle culture et devenir plus indépendante.

Mais je ne suis pas la seule: depuis sa création en 1987, le programme a permis à près de 3 millions d’étudiants de vivre une culture étrangère. Etudier et se former à l’étranger représente une expérience unique qui permet aux participants d'acquérir une vaste gamme de compétences et aptitudes qui sont de plus en plus appréciées par les employeurs.

Malgré les évidents bénéfices du programme Erasmus, ce dernier a été récemment mis en danger faute d’un manque de financement de 90 millions dans le budget de l’UE de 2012. Si le programme n’obtient pas ces 90 millions supplémentaires, on risque de devoir réduire sensiblement le nombre de places offertes aux étudiants ou de baisser le montant des bourses: il est évident à ce point, que les étudiants les plus touchés seront ceux qui viennent de milieux défavorisés.

Malgré plusieurs réunions pour trouver une solution, les Etats membres et le Parlement n’ont pas encore trouvé un accord sur les fonds supplémentaires à verser au budget, d'autant plus que certains pays sont réticents à sauver le programme. A ce sujet, le président de la Commission européenne (José Manuel Barroso) a déclaré que “ces paiements sont essentiels pour redynamiser la croissance et créer des emplois dans toute l’UE”.

Le programme Erasmus a un rôle fondamental dans la lutte contre le chômage chez les jeunes et favorise la mobilité sur le marché du travail après les études. Ce dernier n’a pas seulement transformé l'expérience des études en Europe, mais a aussi ouvert les esprits de millions de jeunes dans le respect des autres cultures, jeunes qui représentent après tout le futur de NOTRE Europe.

Maintenant, c’est à NOUS d’agir pour que ce programme puisse ouvrir les esprits des générations à venir, pour qu'Erasmus continue sa mission de formation.

Avec TON aide, on enverra une lettre à la Commission, Parlement et Conseil en leur demandant d’assurer la continuité du programme qui a révolutionné et fera encore évoluer la mobilité étudiante dans les années à venir.

Avec TON aide, on permettra à beaucoup d’autres de vivre l'esprit Erasmus.

Avec TON aide, il n’y aura plus strictement de jeunes Italiens ou de jeunes Français, Polonais ou Hongrois, mais de jeunes EUROPEENS.

Et rappelez-vous: L’éducation devrait être un DROIT pour tout citoyen de l’Europe, pas un privilège. Maintenant c’est à TOI de faire la différence.

Letter to
Commission européenne
Parlement Européen
Conseil de l'Europe
and 3 others
Press Office Conseil de l'Europe
Commission européenne
Council of the European Union
Chers Messieurs:

Depuis 1987, le programme Erasmus a permis à 2,2 millions de jeunes de 33 pays d'étudier dans d'autres universités européennes. Il est sans aucun doute l'un des programmes sociaux les plus populaires et réussis de l'UE et le plus efficace pour construire une identité commune chez les jeunes européens.

Parce que le programme Erasmus est beaucoup plus qu'une bourse. Ce programme, en plus de permettre à de nombreux étudiants de développer et d'améliorer leurs connaissances en étudiant dans des universités d'autres pays crée également des rencontres interculturelles, de nouvelles relations, de nouveaux amis, des moments uniques ... En bref, il construit l'Europe.

Mais la crise affecte également le programme Erasmus. Le porte-parole du Département du budget de la Commission européenne vient de le dire très clairement: «Le programme Erasmus n'a plus de fonds." Jusqu'à maintenant, 70% des bourses ont été acquittés pour cette année. Mais les 30% des fonds provenant des différents gouvernements nationaux n'ont pas été versés. Pour éviter l'effondrement total et la faillite de ce programme, la Commission a en outre prévu un fonds d'urgence de 420 millions d'euros, mais cette mesure ne peut résoudre le problème que pendant une courte période.

Si nous continuons dans cette voie, les seuls étudiants qui bénéficieront d'une bourse Erasmus seront ceux qui peuvent se le permettre, et seulement si le programme d'échange survit. À une époque où il est plus nécessaire que jamais de promouvoir l'emploi des jeunes et l'intégration sociale, la perte du programme Erasmus privera de nombreux étudiants de vivre une expérience essentielle pour leur maturité et leur éducation. En outre, le rêve d'une citoyenneté européenne unie autour de valeurs communes pourrait être détruit.

Par conséquent, à travers cette lettre à tous les pays de l'UE, et en particulier aux personnes les plus réticentes à poursuivre le financement de ce programme (l'Autriche, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas et Suède), je vous demande de ne pas laisser disparaître un programme social si important pour l'avenir de l'Europe. S'il vous plaît, garantissez le financement du programme Erasmus, maintenant et dans l'avenir. L'avenir des jeunes européens en dépend.

Cordialement,