CONTRE LA MODIFICATION UNILATERALE DES METHODES D’ENSEIGNEMENT A ENKO RIVIERA SCHOOL

Victoire

CONTRE LA MODIFICATION UNILATERALE DES METHODES D’ENSEIGNEMENT A ENKO RIVIERA SCHOOL

Cette pétition a abouti avec 202 signatures !
Thierry Guy NADJO a lancé cette pétition adressée à Administration Enko Riviera International School

PÉTITION DES PARENTS D'ELEVES DE ENKO RIVIERA INTERNATIONAL SCHOOL CONTRE LA MODIFICATION UNILATÉRALE DES MÉTHODES D'ENSEIGNEMENT PAR L'INSTAURATION D'UN SYSTÈME HYBRIDE (VIRTUEL (03 JOURS) ET PRÉSENTIEL (02 JOURS), EFFECTIF À PARTIR DE LA RENTRÉE SCOLAIRE 2020-2021

 
A :

Madame la Directrice,

ENKO RIVIERA INTERNATIONAL SCHOOL,

Riviera Golf, Carrefour M’Pouto/Sol Béni,

à côté de l’ambassade du Liban (résidence),

Abidjan, Côte d'Ivoire.

CC : Madame la Directrice Régionale du Groupe ENKO

Objet : Pétition des parents d’élèves de Enko Riviera International School contre la modification unilatérale des méthodes d’enseignement

Madame la Directrice,

La présente Lettre-Pétition fait suite à la réunion par vidéo-conférence du mercredi 26 août 2020 entre Enko Riviera International School et les parents d’élèves dudit établissement. Lors de cette réunion virtuelle, l’administration a informé les parents de sa nouvelle orientation en matière de dispensation des enseignements et de sa pédagogie et, notamment, du lancement d’un programme hybride des enseignements comprenant deux (2) jours en présentiel et trois (3) jours en ligne, effective à partir de l’année scolaire 2020-2021. L’administration justifie cette mesure par sa volonté de contenir tout danger de propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19). 

Les parents saluent l’engagement de l’école en faveur d’un cadre sain pour ses élèves et enseignants. Ils saluent également la bonne disposition dont l’école a fait preuve, par le passé, à coopérer avec les parents dans la formation des apprenants.

Toutefois, les parents, signataires de la présente Lettre-Pétition, expriment leur vive désapprobation concernant ces dispositions arrêtées par l’école de manière unilatérale et à quelques jours seulement de la rentrée scolaire 2020-2021.

La présente Lettre-Pétition se fonde sur les motifs ci-dessous :

1- La mesure est disproportionnée par rapport à la menace : En effet, au moment où les différentes sources gouvernementales (Ministère de la santé et de l’hygiène publique et le Conseil national de sécurité de Côte d’Ivoire) et internationales (UNICEF, OMS) annoncent un net recul du taux de propagation de cette pandémie en Afrique et en Côte d’Ivoire en particulier, cette mesure qui était palliative au départ vu les circonstances exceptionnelles de l’époque et qui n’avait aucune vocation à devenir définitive, a de la peine à se justifier. Elle est d’autant plus surprenante que Enko Riviera International School est la seule parmi les écoles de la place à l’avoir adopté. La mesure est, de fait, en déphasage avec celles prises par d’autres collèges et lycées en Côte d'Ivoire ainsi que les directives gouvernementales et des instances internationales ayant autorité en la matière. Ces instances internationales ont sans équivoque conseillé le retour à la méthode traditionnelle d’enseignement (présentielle), y compris dans les pays qui ont été plus touchés par la pandémie que la Côte d’Ivoire.

2- La mesure présente de nombreuses faiblesses et est désavantageuse pour l’apprenant : l’expérience de l’année 2019-2020 a montré les limites des enseignements à distance, notamment en matière d’efficacité. Les apprenants, en majorité des adolescents, ont besoin d’un suivi étroit et permanent et cela ne peut être entièrement garanti avec la formule proposée par l’école. Cette mesure est susceptible de compromettre de manière significative la qualité des enseignements. La grande majorité des parents en ont fait le constat.  Les parents ont également exprimé leurs vives inquiétudes sur la présence quasi-quotidienne de leurs enfants sur internet, parfois sans supervision, avec les risques et dangers que cela peut entraîner.

3- La mesure est en déphasage avec les réalités locales : les solutions d'e-learning, même si elles ont fait leurs preuves ailleurs, restent à adapter à nos réalités locales, en raison de facteurs sur lesquels nous n'avons pas d'emprise. En effet, il est de notoriété que la stabilité des réseaux internet et électriques n’est pas garantie en permanence à Abidjan et cela a été clairement mise en évidence l’année scolaire dernière lors des enseignements en ligne rendus obligatoires en raison du confinement.

4- La mise en œuvre difficile de la mesure : pendant la période de confinement où l’école a adopté les enseignements en ligne comme mesure palliative, les parents étaient également confinés et pouvaient donc appuyer l’encadrement des enfants à domicile en veillant à ce qu’ils restent concentrés, connectés et productifs. Les activités professionnelles ayant repris, ce suivi parental n’est plus possible et par conséquent, rien ne garantit que les enfants, pour la plupart des adolescents et qui seront abandonnés à eux-mêmes, participeront pleinement aux enseignements à distance, avec le sérieux requis.

5- Une mesure qui entraîne un coût supplémentaire pour les parents : les cours virtuels entraînent des coûts supplémentaires pour les parents (internet, électricité, prise en charge des enfants à la maison, recrutement d’un encadreur à domicile, etc.). L’école n’a malheureusement pas pris en compte ce coût dans sa décision et dans la fixation des frais de scolarité, frais de transport, de cantine, etc. 

6- Une mesure qui a un impact important sur l’état émotionnel et psychologique de nos enfants qui ne semble pas du tout avoir été pris en compte par l’école : Après près de 6 mois de mise en quarantaine brusque, nos enfants se sentaient enfin heureux de reprendre les cours de façon « normale » et de se retrouver avec leurs amis de classe. A l’annonce de cette mesure, déception, mêlée d’inquiétude et d’angoisse les assaillent au point de ne plus en dormir pour certains et de faire des crises de larmes pour d’autres allant même jusqu’à réclamer un changement d’établissement. De nombreux parents ont fait le témoignage de la charge émotionnelle et psychologique qu’une telle décision provoquait sur leurs enfants et craignaient que si rien n’est fait pour y remédier, cette décision perturberait très certainement la sérénité avec laquelle les enfants préparaient l’année scolaire 2020-2021 et par conséquent, impacter négativement leur rendement scolaire avec le risque d’effets psychologiques négatifs.

7- Une décision unilatérale et susceptible de porter gravement atteinte à la réputation de l’école et de donner lieu à des actions, notamment en justice : les parents regrettent qu’une décision aussi importante soit prise avec tant de légèreté et de manière unilatérale par l'école et ce, après avoir perçu les frais d'inscriptions et de réinscriptions. Les modalités de déroulement des cours n'auraient pas dû faire l’objet de changement sans un minimum de consultation des parents avant les inscriptions et réinscriptions. Les parents rappellent, à toutes fins utiles, que l’action unilatérale de l’école constitue une violation du contrat qui les lie à l’école.
Sur ces motifs, les parents d’élèves de Enko Riviera International School, signataires de la présente Lettre-Pétition, demandent à l’école de surseoir à l’exécution de sa décision modifiant les méthodes d’enseignement pour l’année scolaire 2020-2021.

Ils demeurent confiants que l’école, comme par le passé, fera preuve d’écoute et prendra en compte les préoccupations exprimées dans la présente Lettre-Pétition.

Par ailleurs, les parents se réservent le droit d’engager toute autre action pour faire valoir leur demande.

Fait à Abidjan le 04 septembre 2020.

Nous, parents d’élèves de ENKO RIVIERA INTERNATIONAL SCHOOL dont les noms suivent avons signé la présente pétition :

- Noms du parent ; E-mail et numéro de téléphone. 

Signatures.

Victoire

Cette pétition a abouti avec 202 signatures !

Partagez cette pétition