Petition update

Vos décisions, nos vies... Non, on n’oubliera pas nos morts !

Lucien CAVELIER
Marseille, France

Apr 16, 2020 — 

Chers signataires, 

Ce jour est un jour particulier. Aujourd’hui nous sommes un demi-million de personnes à s’être engagées pour la vérité et la transparence derrière nos blouses blanches. C’est une mobilisation sans précédent qui révèle notre volonté d’imposer notre légitime exigence de vérité. Autant de voix pour ne jamais oublier ! En ce jour, j’ai beaucoup de choses à vous dire.  

La crise sanitaire que nous traversons est grave. Nos responsables politiques n’ont jamais été capables de trouver consensus pour prendre des décisions qui concernent des millions de personnes. Déconnectés, inconscients, dissonants, menteurs, ils ne sont pas à la hauteur d’une telle gravité. Le sommet de l’État s’est montré défaillant et celui qui prétend gouverner a chuté par amateurisme inacceptable. 

Aujourd’hui, la rétention d’informations et les mensonges répétés maintiennent les français dans un climat d’incertitude, anxiogène et propice à la propagation des pires rumeurs. Le droit à l’information est piétiné, négligé et méprisé est celui qui exprime le souhait d’y prétendre. Ces décisions catastrophiques ont engagé des milliers de blouses blanches dans une “guerre” inégale et insensée, elles ont été sacrifiées sur l’autel politique et il faut le dire ! Non pas des héros mais des sacrifiés héroïques d’un fiasco prévisible. 

Pour tenter de noyer dans l’oubli ces graves négligences, le gouvernement a abusé d’une rhétorique guerrière destinée à focaliser uniquement sur le virus et faire abstraction de tout le reste. Une stratégie sournoise pour nous faire oublier que l’impréparation face à la crise et le manque de moyens sont la responsabilité totale du gouvernement ! 

Sont venues par la suite les accusations, celles de diviser les français-es en temps de crise pour toutes les voix osant dénoncer leur médiocrité historique. Nous disons alors que l’union citoyenne derrière les blouses blanches et pour un impératif de transparence ne peut en aucun cas souffrir d’aucune honte ni d’aucune culpabilité. La division n’est pas de notre côté mais de ceux qui nous ont conduit par ingérence dans cette débâcle sanitaire. La honte est du côté de ceux qui tentent d’échapper à leurs responsabilités et de fuir les conséquences de leurs actes.


Nous leur disons que les mots n’effacent pas les faits, qu'ils ne remplacent pas plus les morts !  Aidez-moi à lancer l’alerte ! Partagez cet appel ! 


Nous devons faire remonter ce formidable élan citoyen solidaire et notre volonté sans faille d’exiger des explications ! Nous n’allons pas leur demander de rendre des comptes, nous allons leur imposer de rendre des comptes ! 

Je vous invite à parcourir ou découvrir la chronologie de la crise, enrichie de nouvelles informations capitales et de la partager au maximum pour une prise de conscience générale. 

Vous y apprendrez notamment que les militaires de retour de Wuhan n’ont pas été mis en quarantaine mais ont bénéficié d’une permission en retour de zone de contaminée et qu’un “Cluster” s’est formé dans l’Oise, département de la ville de la base militaire de Creil.

Vous y apprendrez que lors du samedi 29 février en plus de la mise en place du 49-3 par Edouard Philippe sans rapport avec le coronavirus, les enfants de retour de l’Italie du nord infectée ont été autorisés en revenir en classe sans mise en quarantaine ! Vous apprendrez également un décret interdisant les pharmacies de vendre des masques à des particuliers avouant de fait la pénurie de masques.

Vous y apprendrez que Macron a contredit Blanquer le jour même sur la fermeture des écoles montrant l'absence de discussion au plus haut sommet de l’État 

Vous y apprendrez la dissonance permanente d'Olivier Véran et par conséquent le maintien d’un match entre l’OL et la Juventus qui a autorisé 3000 Italiens, alors en pleine épidémie à pénétrer en France en pleine ignorance de la situation sur le sol français.

L’appel aux votes de 48 millions d'électeurs en période d’épidémie prononcée et la contamination de maires et d’équipes municipales.

Vous y apprendrez l’absence de mesures sanitaires pour le contrôle des voyageurs revenant d’Iran, pays touché par l’épidémie bien avant la France.

Vous y apprendrez la technique de communication du gouvernement visant à minimiser l’utilité du masque en période de pénurie et à changer de doctrine lorsque des commandes commencent à arriver balayant par conséquent les recommandations des médecins virologues.

Vous y apprendrez qu’en cette période de pénurie de masques et en l’absence d’une politique de dépistage massif de la population pour enrayer l’épidémie le gouvernement verbalise plus 700 000 français montrant qu’il est plus équipé pour sanctionner les français que pour les protéger du virus.

Enfin vous y apprendrez la nouvelle plainte du collectif C-19 envers Olivier Véran à la Cour de Justice de la République. Pour cause : le gouvernement refuse de rendre public les commandes de masques passées depuis le 20 décembre, demande pourtant légalement formulée par le collectif C-19 et son avocat maître Di Vizio. 

Voici la chronologie : https://medium.com/@CavelierLucien/chronologie-dune-crise-des-faits-contre-des-mensonges-d-%C3%A9tat-cb2291782acb

Ce mouvement doit aussi s’émanciper sur les réseaux sociaux, ainsi regroupons-nous sur la page facebook : fb.me/OnOublieraPas

Ensemble lançons l’alerte !

Pour eux, pour la vérité,

Merci, 

Lucien Cavelier 

Psychologue & membre du collectif C-19


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.