SOS PAPA EN DÉTRESSE – LE DÉNI DE LA JUSTICE FRANÇAISE

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


      SOS PAPA EN DÉTRESSE – LE DÉNI DE LA JUSTICE FRANÇAISE
 

      Le 5 juillet 2017, mes deux enfants m’ont été brutalement arrachés par leur mère à Mexico. Depuis, ma vie a basculé dans un véritable cauchemar. Français tous les deux, mes enfants font l’objet d’une interdiction de sortie du territoire mexicain. Sans passeports ni titre de séjour, ils sont en situation irrégulière. Depuis mon rapatriement sanitaire en France le 15 janvier dernier, mon ex-épouse, d’origine turque et naturalisée française, m’interdit tout contact avec eux et me menace de s’installer en Turquie. La justice française ne fait rien pour que mes droits de père soient respectés. En désespoir de cause, je fais appel à l’opinion publique dans l’espoir que le gouvernement français puisse intervenir auprès des autorités mexicaines.

   Le 5 juillet 2017, mes deux enfants m’ont été brutalement arrachés par leur mère à Mexico. Depuis, ma vie a basculé dans un véritable cauchemar. Français tous les deux, mes enfants font l’objet d’une interdiction de sortie du territoire mexicain. Sans passeports ni titre de séjour, ils sont en situation irrégulière.

Depuis mon rapatriement sanitaire en France le 15 janvier dernier, mon ex-épouse, d’origine turque et naturalisée française, m’interdit tout contact avec eux et me menace de s’installer en Turquie.

Le juge mexicain est parfaitement au courant de la situation mais ne fait rien pour l’obliger à respecter mon droit de visite. Mes droits de père, ainsi que ceux de mes enfants, garantis par la Convention internationale des Droits de l'enfant dont le Mexique et la France sont signataires, sont allègrement bafoués, et ce en toute impunité. L’article 9 de cette Convention stipule, en effet, que « Les Etats parties respectent le droit de l’enfant séparé de ses deux parents ou de l’un d’eux d’entretenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents, sauf si cela est contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant. »

Dans l’impossibilité d’exercer mon autorité parentale dans un pays où les mères ont quasiment tous les droits et où la justice est notoirement corrompue, j’ai cru, à tort, que la France pourrait intervenir afin que mes enfants soient rapatriés dans leur pays d’origine. Le juge aux affaires familiales de Paris vient de se déclarer incompétent, se défaussant de sa responsabilité sur son homologue mexicain. Que mes enfants soient à des milliers de kilomètres de moi et que je ne puisse probablement pas les revoir, faute de moyens financiers et d’un droit de visite équitable, avant des années, ne semble pas l’émouvoir.

Si le juge français s’était déclaré compétent, son homologue mexicain se serait automatiquement dessaisi de l’affaire au profit de la juridiction française et mes enfants auraient ainsi pu, selon toute vraisemblance, revenir en France. J’aurais pu alors obtenir la garde alternée. Comment est-il possible que mon pays se désintéresse à ce point de ses ressortissants, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants, et accepte, sans réagir, la violation des droits de l’homme les plus élémentaires ? En ne prenant pas la mesure de la gravité de la situation, en laissant à la juridiction mexicaine le soin de régler le sort de ressortissants français, le juge a pris la responsabilité de cautionner un système qui bafoue allègrement les droits des pères et ipso facto les droits de l’homme. Comment, dans ces conditions, ose-t-on encore parler d’égalité entre les hommes et les femmes, et demander aux pères, réduits à la fonction de géniteur et de payeur, de s’investir davantage dans l’éducation des enfants ?

Je pensais que mon pays aurait à cœur de faire respecter mes droits d’homme et de père, de protéger mes enfants contre l’arbitraire d’un juge et la cruauté d’une mère sans scrupule. En se déclarant incompétent, le juge français abandonne un père à la détresse et ne lui laisse pas d’autre recours que de mettre en danger sa propre vie. Combien faut-il encore de pères qui se suicident pour qu’enfin la justice entende leur voix ? Combien de pères bafoués, humiliés, ruinés faut-il encore ?

En signant cette pétition, nous demandons que le juge aux affaires familiales reconsidère sa décision dans l’intérêt supérieur des enfants. Nous demandons que la France intervienne au niveau diplomatique auprès des autorités mexicaines afin qu’une solution soit trouvée à cet imbroglio juridique. Nous demandons avec la plus grande fermeté que la France pèse de tout son poids pour que la Convention internationale des droits de l’enfant soit respectée, au Mexique et ailleurs. Enfin, que les pères puissent être des pères et non de vulgaires portefeuilles. Nous exigeons que justice soit rendue. Que la justice soit appliquée avec un peu plus d'humanité.

 

Je vous remercie du fond du cœur de votre soutien. Je pense également à tous ces pères et mères qui sont, hélas, dans la même situation que la mienne. 

https://www.leetchi.com/c/sos-papa-en-detresse-37313638

 

______________________________________________

El 5 de julio de 2017, mis dos hijos me fueron arrebatados brutalmente por su madre en México. Desde entonces, mi vida se ha convertido en una pesadilla. Franceses mis dos hijos son objeto de una prohibición de salida en territorio mexicano. Sin pasaportes o permisos de residencia, se encuentran en una situación irregular.

Desde mi repatriación médica a Francia el 15 de enero, mi ex esposa, de origen turco y francés naturalizado, me prohibió cualquier contacto con ellos y amenaza de establecerse con ellos en Turquía.

 El juez mexicano es plenamente consciente de la situación, pero no hace nada para obligarlo a respetar mi derecho.

 Mis derechos como padre, así como los de mis hijos, garantizados por la Convención Internacional sobre los Derechos del Niño de la cual México y Francia son signatarios, son flagrantemente violados, con impunidad.

 El artículo 9 de la Convención establece, en efecto, que "Los Estados Partes respetarán el derecho del niño que esté separado de ambos padres o uno de ellos a mantener relaciones personales y contactos directos con dos padres, a menos que esto sea contrario al mejor interés del niño. "

 En la imposibilidad de ejercer mi autoridad parental en un país donde las madres tienen casi todos los derechos y donde la justicia es notoriamente corrupta, pensé erróneamente que Francia podría intervenir para que mis hijos sean repatriados en su país de origen.

 El juez de asuntos familiares de París acaba de declararse incompetente, descartando su responsabilidad sobre su homólogo mexicano. Que mis hijos están a miles de kilómetros de mí y que probablemente no pueda verlos de nuevo, por falta de medios financieros y un derecho de acceso justo, durante años, no parece conmoverlo. Si el juez francés se había declarado competente, su homólogo mexicano será eliminado automáticamente del caso a favor de la corte francesa y los niños han podido, con toda probabilidad, regreso a Francia. Entonces podría obtener la custodia compartida.

 ¿Cómo es posible que mi país tenga tanto desinterés en sus nacionales, especialmente cuando se trata de niños, y acepta, sin reaccionar, la violación de los derechos humanos más básicos? Al no tomar en cuenta la gravedad de la situación, dejando a la jurisdicción mexicana para resolver el destino de los ciudadanos franceses, el juez asumió la responsabilidad de respaldar un sistema que viola flagrantemente los derechos de los padres e ipso facto el derechos del hombre. ¿Cómo, en estas condiciones, nos atrevemos todavía hablamos de la igualdad entre hombres y mujeres, padres y preguntar, reducidos a la función de los padres y la pena invertir más en la educación de los niños? Pensé que mi país estaría dispuesto a defender mis derechos como hombre y padre, para proteger a mis hijos contra la arbitrariedad de un juez y la crueldad de una madre sin escrupulos.

 Al declararse incompetente, el juez francés deja a un padre afligido y no le deja más remedio que poner en peligro su propia vida. ¿Cuántos padres aún se suicidan para que la justicia pueda escuchar su voz? ¿Cuántos padres despreciados, humillados y arruinados aún necesitan?

Al firmar esta petición, solicitamos que el juez de asuntos familiares reconsidere su decisión en el mejor interés de los niños. Pedimos a Francia que intervenga a nivel diplomático con las autoridades mexicanas para que se encuentre una solución a este lío legal.

 Pedimos con la mayor firmeza que Francia pese todo su peso para respetar la Convención Internacional sobre los Derechos del Niño, en México y en otros lugares. Finalmente, los padres pueden ser padres y no vulgares carteras. Exigimos justicia Que la justicia se aplica con un poco más de humanidad.

 



SOS PÈRES EN DETRESSE compte sur vous aujourd'hui

SOS PÈRES EN DETRESSE a besoin de votre aide pour sa pétition “Olivier Verdun: SOS PAPA EN DÉTRESSE – LE DÉNI DE LA JUSTICE FRANÇAISE”. Rejoignez SOS PÈRES EN DETRESSE et 396 signataires.