Remboursez les anticorps anti-CGRP aux patients atteints de migraine sévère et réfractaire

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Souvent considérée comme bénigne, la migraine est pourtant la cause de handicap chronique la plus importante chez les personnes de moins de 50 ans ! Ce handicap est majeur chez les patients atteints de migraine sévère (8 jours par mois de migraine ou plus) et réfractaire (non améliorée par au moins deux traitements préventifs bien conduits).
 
Il existe pourtant des traitements préventifs efficaces et spécifiquement mis au point pour la migraine sévère : les anticorps ciblant la voie du CGRP, molécule responsable de la céphalée migraineuse. Quatre anticorps ont démontré leur efficacité dans de larges essais thérapeutiques. Ces études, publiées dans les revues médicales internationales les plus prestigieuses, ont particulièrement concerné les patients atteints de migraine sévère et réfractaire. Trois anticorps (erenumab, fremanezumab et galcanezumab) ont obtenu une autorisation de mise sur le marché aux États-Unis puis en Europe. En France, suite à l’évaluation réalisée par la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé, les négociations entre les autorités et les compagnies pharmaceutiques produisant ces traitements innovants n’ont pas permis de les mettre à disposition des patients avec un remboursement par la CPAM. La situation française contraste avec celle de nombreux pays européens (Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Luxembourg, Suisse, pays scandinaves), où les anticorps sont pris en charge par les systèmes d’assurance maladie dans la migraine sévère et réfractaire et permettent à 7 patients sur 10 traités de retrouver une vie normale.
 
Les anticorps n’étant pas disponibles dans les pharmacies françaises, une médecine à deux vitesses s’est installée depuis deux ans. Certains patients se déplacent à l’étranger et se procurent les anticorps, à leurs frais, pour un tarif mensuel de 480 euros au Luxembourg à plus de 550 euros en Suisse. Malheureusement, la majorité des patients n’a pas cette possibilité et reste dans l’impasse après l’échec de tous les traitements disponibles. Nos patients ne comprennent pas que la France, pays de la sécurité sociale, leur refuse les meilleurs soins.
 
Cette situation ne correspond pas à notre vision de la médecine et n’est pas en adéquation avec le serment d’Hippocrate. Nous voulons pouvoir prescrire les anticorps anti-CGRP aux patients atteints de migraine sévère et réfractaire, dans le plus strict respect de l’autorisation de mise sur le marché française.
 
Nous demandons à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République et à Monsieur Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, d’intervenir pour autoriser le remboursement des anticorps anti-CGRP dans la migraine sévère et réfractaire.
 
Que vous soyez médecin, personne souffrant de migraine sévère et réfractaire, proche d’un patient ou encore, si vous vous sentez concerné par cette situation, nous vous invitons à vous mobiliser avec la Société Française d'Etude des Migraines et Céphalées (SFEMC) en signant cette pétition.
 
Très sincèrement,
Professeur Anne Ducros, présidente de la SFEMC, neurologue (CHU de Montpellier)
Docteur Michel Lantéri-Minet, président honoraire de la SFEMC, neurologue (CHU de Nice)
Docteur Christian Lucas, vice-président de la SFEMC, neurologue (CHU de Lille)
Docteur Geneviève Demarquay, secrétaire générale de la SFEMC, neurologue (CHU de Lyon)
Docteur Dominique Valade, trésorier de la SFEMC, neurologue (cabinet libéral et Assistance Publique des Hôpitaux de Paris)
Docteur Solène De Gaalon, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (CHU de Nantes)
Docteur Pierric Giraud, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (CH d’Annecy)
Docteur Evelyne Guegan-Massardier, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (CHU de Rouen)
Docteur Jérôme Mawet, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris)
Docteur Xavier Moisset, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (CHU de Clermont-Ferrand)
Docteur Caroline Roos, membre du conseil d’administration de la SFEMC, neurologue (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris)
 
Nous déclarons avoir des liens d’intérêts personnels avec les compagnies pharmaceutiques produisant les anticorps anti-CGRP (Lilly, Novartis, et Teva) pour des activités de consultant scientifique ou pour des conférences. La SFEMC (www.sfemc.fr déclare des partenariats avec les laboratoires Lilly, Novartis, et Teva.