Pétition fermée

L'artiste iranien Arad doit rester à Munich. Aidez-nous. Aidez-le !

Cette pétition avait 402 signataires


Selon le règlement Dublin III, notre ami Arad réfugié à Munich devrait partir pour la Croatie. Pourquoi ? Lors de sa fuite, il a posé ses empreintes digitales en Croatie. Une simple mesure administrative. Aujourd'hui, une expulsion vers la Croatie se solderait d'un renvoi immédiat vers l'Iran.

En Iran, Arad a subi des menaces en tant qu'artiste. La libre expression de son opinion a placé le jeune homme de 24 ans en conflit avec le système politique iranien - et ce malgré la reconnaissance de son art lors de 3 concours officiels. Le jeune Perse a alors quitté précipitamment sa patrie. Seul, il a entrepris une longue fuite périlleuse à travers plusieurs pays à pied, en bus et en bateau pendant plusieurs semaines.

Enfin, ici à Munich, Arad aurait la chance de se reconstruire une existence comme homme libre et comme artiste. Il a trouvé de nombreux amis. Arad parvient à conserver son optimisme et son humour, ce qui nous étonne chaque jour.

Maintenant, nous sommes placés devant une haute difficulté: l'expulsion vers la Croatie décidée selon Dublin III. Comment Arad pourrait vivre en Croatie, sans parler la langue de ce pays, sans aucun lien personnel ? Notre ami artiste est sensible. Suite à cette forte pression qui pèse sur lui sans interruption, Arad souffre de douleurs chroniques. Nous, ses amis et ceux et celles qui le soutiennent, craignons qu'Arad ne survive à l'expulsion.

Avec votre signature, nous voulons obtenir pour Arad un permis de séjour pour l'Allemagne. Arad enrichît par sa présence notre vie artistique et culturelle à Munich. Merci de nous soutenir et de transmettre cette pétition à tous ceux et toutes celles que vous connaissez.

 

 



Cecile compte sur vous aujourd'hui

Cecile Giel a besoin de votre aide pour sa pétition “Office fédéral allemand pour migration et réfugiés: L'artiste Iranien Arad doit rester à Munich. Aidez-nous. Aidez-le !”. Rejoignez Cecile et 401 signataires.