Pétition fermée

Nous demandons à Jean-Marc Vayssouze-Faure, Maire de Cahors de reconsidérer la sanction (mise à la retraite d'office avec radiation des cadres de la fonction publique) prise à l’encontre de Laurent Guillaut, conservateur du musée de Cahors

Cette pétition avait 991 signataires


Lettre ouverte à M. Le Maire   

À la lecture de l’article concernant la sanction disciplinaire prise à l’encontre de Laurent Guillaut, paru le 18 juillet dernier dans La Dépêche du Midi, les « quelques amis » auxquels le journal fait allusion ne peuvent que réagir, témoigner et s'interroger sur plusieurs points.

Le portrait de Laurent Guillaut dressé dans cet article pourrait effrayer tout honnête citoyen. Nous connaissons au contraire un homme ouvert, agréable, drôle et généreux, n’hésitant pas à ouvrir sa maison ou son bureau pour accueillir artistes et amateurs d’art appliquant pleinement le slogan du musée : « un musée ça crée des liens ». Un homme passionné, dévoué, totalement investi dans ses fonctions, exigeant dans son travail, pour lui-même et pour ses collègues, reconnu par ses pairs comme un des plus brillants de sa génération. Un individu hors norme il est vrai, fort en gueule soit. Comment n'avez-vous eu la hauteur et le recul nécessaire pour savoir faire le tri, en ce qui concerne les actes et les paroles de Laurent,  entre le fond et la forme, même si parfois, les deux peuvent se confondre ? 

Tous les amis, proches, et collègues de Laurent savent que, quelques jours avant les faits qui lui sont reprochés, il avait été victime d’un grave accident de santé ayant nécessité plusieurs jours d’hospitalisation en soins intensifs. Mais malgré cela, il n’avait pas tenu à prendre quelques jours de repos : une exposition temporaire à préparer, le projet muséographique du futur musée à finaliser, des conventions et des partenariats avec des musées nationaux à concrétiser. Les enjeux étaient trop importants. Tous ceux qui l’ont approché ont été inquiets de son état d’extrême fatigue. Il semblait manifestement près du « burn-out » et a effectivement eu cette altercation avec un agent municipal, simplement parce que son téléphone portable professionnel ne fonctionnait pas, le pénalisant dans son activité, non par caprice comme le laisserait entendre l'article. Cependant il n’a jamais nié les faits. Est-il normal qu'un conservateur en chef doive gérer ce genre de problème ? Ne touchons nous pas là un dysfonctionnement ?  Vous condamnez un comportement violent de la part d'un cadre de la collectivité, mais la sanction n'est-elle pas elle-même d'une extrême violence face à la réalité des faits ? N'est-elle pas totalement disproportionnée et vide de toute humanité ? Quelle place avez-vous laissé au dialogue et à la raison ?

Outre la procédure disciplinaire, une plainte au pénal a été déposée à l'encontre de Laurent Guillaut. Le 23 juin dernier, une dispense de peine a été prononcée, rendant à nos yeux de non spécialistes la sanction prise encore plus incompréhensible. Mise à la retraite anticipée à 54 ans doublée d'une radiation de la fonction publique, n'est-ce pas là une mise à mort  indirecte ? La ruine d'une carrière ?

On nous parle de récidive à propos de faits remontant à 4 ans. Là encore, beaucoup de choses pourraient être remises en question. Pourquoi l’attestation d’un témoin direct des faits reprochés n’a-t-elle pas été prise en compte par le conseil de discipline en 2011 ? Sans doute parce qu’elle rapportait que finalement, il ne s’était rien passé qui puisse justifier  - déjà - une telle sanction.

Depuis 15 ans, Laurent Guillaut est pour nous tous, visiteurs occasionnels ou fidèles du musée, artistes, un passeur d’images et de rêves, un homme qui nous a fait voyager dans tous les continents avec une intelligence rare. Plus de 40 expositions dont beaucoup ont marqué les consciences et ouvert les yeux émerveillés des petits et des grands, faisant « entrer le musée dans la cour des grands », selon votre expression utilisée il y a moins d’un an lors du vernissage de l'exposition consacrée à André Breton (http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/13/1950934-henri-martin-entre-dans-la-cour-des-grands-musees.html) . Souvenez-vous aussi qu’il a exhumé des profondeurs des réserves du musée de Cahors « LE RONGO » aujourd’hui  l’une des pièces majeures du Musée, célèbre dans le monde entier. Nous sommes nombreux à penser comme l'avait relevé un article de l'Express que Laurent Guillaut fait partie des  "12 personnalités qui font le Lot". En destituant Laurent, c'est tout un pan de la culture au niveau du territoire dont vous nous privez. En tant que citoyens nous ne pouvons qu'exprimer notre réprobation.

Aujourd’hui, le projet de rénovation du musée de Cahors est en cours. On nous assure que les délais seront respectés mais sur quel projet muséographique ? On sait que c’est le talent de Laurent Guillaut qui a permis la validation du dossier par le Ministère de la Culture parce qu’il propose une vision moderne des musées et de leur rôle dans notre monde globalisé. C’est son travail qui a permis que l’État investisse 1/12e de son budget consacré à ce type d’opération pour l’année 2015. Sans conservateur, et surtout sans ce conservateur visionnaire, allons-nous vraiment avoir un musée digne de ce nom ? À quoi bon une enveloppe architecturale vide de sens ? Quelle stratégie et politique culturelle défendez-vous ? Notre préfecture retombera-t-elle dans l’ennui des expositions de province ?

Parce que nous croyons en une collectivité humaine où le « vivre ensemble » a une réelle signification sur ce territoire, parce que nous croyons en la force de l'art pour changer les hommes et les mentalités, parce que nous défendons aussi la liberté d'expression, nous vous demandons des réponses claires, précises, réfléchies et humaines aux questions que soulève cette situation et de reconsidérer la sanction prise à l’encontre de Laurent Guillaut.

Comité de soutien à Laurent Guillaut

Pétition en ligne sur change.org



dominique compte sur vous aujourd'hui

dominique SZYMUSIAK a besoin de votre aide pour sa pétition “Nous demandons à Jean-Marc Vayssouze-Faure, Maire de Cahors de reconsidérer la sanction (mise à la retraite d'office avec radiation des cadres de la fonction publique) prise à l’encontre de Laurent Guillaut, conservateur du musée de Cahors”. Rejoignez dominique et 990 signataires.