NON AUX EXPULSIONS A QUETIGNY

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Cinq personnes vivant à Quetigny, dont trois mères d’enfants en bas âge, risquent d’être expulsées de leur logement pour loyers impayés par le bailleur social SCIC Habitat.
Ces familles qui sont sous le coup d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) ont perdu travail, prestations sociales, etc., et ne vivent que de dons de nourriture et d’aides d’associations caritatives.
Trois mères de familles, en France depuis plus de 5 ans, ont des enfants français de par leur père, scolarisés à Quetigny. Ces enfants ont des papiers d'identité français, et leurs mamans ont bénéficié de cartes de séjour depuis plusieurs années. Mais en 2015, de façon brutale, la Préfecture de Dijon a décidé que la paternité française de ces enfants était frauduleuse et leur a notifié une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) de manière arbitraire. Ces mères de famille ont fui un pays en guerre où elles étaient en danger, il est bien évident qu'elles ne peuvent y retourner, et que l'on ne peut séparer les enfants et les mères.
Une femme, dans notre pays depuis 2008, s’est vu remettre une OQTF après la mort de son conjoint français.
Un homme, arrivé en France en 2008, a deux enfants mariés et des petits enfants en France. Il est très malade et n’a plus de famille dans son pays d’origine.
Ces familles n’ont pas vécu d’assistanat. Elles étaient bien intégrées dans notre pays jusqu’au jour où la stupidité du pouvoir discrétionnaire de la Préfecture a fait basculer leurs vies.
La situation de ces personnes doit être régularisée pour qu’elles puissent conserver leur logement et vivre dignement avec leur famille dans leur pays d’accueil.

Qu'ont fait ces familles pour en arriver là ?
Elles n'ont commis aucun délit !

Une OQTF prive de tout droit dont le droit au travail. Or ces personnes n'ont jamais vécu d'assistanat : elles ont toujours été autonomes, travaillé, payé leurs loyers et leurs impôts. L'une d'elle a reçu une OQTF après être allée déclarer en préfecture l'obtention d'un CDI.
La Préfecture de Dijon utilise à sa façon, très inhumaine, le pouvoir « discrétionnaire » donné aux préfets sur le droit au séjour des étrangers (notamment la circulaire Valls de 2012) .
Elle met ainsi ces familles dans l'angoisse, et l'incertitude du lendemain. Elle les plonge dans la misère en les privant de toute ressource. Ces familles ont le sentiment de vivre dans une prison à ciel ouvert.
Les enfants ne sont pas épargnés : matériellement démunis, ils partagent les angoisses de leurs mères et se posent des questions. Une perquisition a eu lieu dans une des familles : 4 policiers en civil ont pénétré dans l'appartement à 6 heures du matin et tout fouillé. Ils ont emmené la mère au poste de police et confisqué les papiers français d'un enfant. La mère a dû confier ses deux enfants à une voisine. Les enfants ont été très choqués par cette incursion..Elle est maintenant assignée à résidence.

 Nous demandons pour toutes ces personnes :
*la régularisation et l'attribution d'un titre de séjour qui leur permette de poursuivre leur insertion dans la société française
*pas d'expulsion de leur logement : ce serait mettre à la rue des personnes vulnérables
*le respect des droits et de l'intérêt supérieur des enfants

Contact : expulsionsquetigny@laposte.net

 Premiers signataires : Pierre ABECASSIS, Jean-Paul ACHARD, Claude BEZIERS, Erika BONGARD, Michel CARMINATI,
Françoise CHAMPION, Jean-Paul CHAMPION, Sabine CHOUMILOFF, Jacqueline CLUZEL, Michel CORTET, Gérard COTHENET, Sylvie
COTTE, Catherine DREMEAU, Joseph DUBOEUF, Marité DUPRAZ, Mireille GAUTHIER, Bernard GOUGNOT, Elisabeth GOUGNOT, Jean-
Pierre HEDOU, Nicole HEDOU, Patrick HOURDOU, André JOBARD, Martine LEPEULE, Marielou LESEIGNEUR, Alain LOMBERGET,
Raymond MAGUET, Régine MAGUET, Sylvie MAGUET, Michel MANUELIAN, Danielle MICHOT, Jean MICHOT, Nicolas MOUSSERON,
Francine MULOT, Gil PERNOT, François PERNOT, Geneviève Perrier, Martine PERRON, Anne-Marie PIERRET, Jean-Michel PIERRET,
Marie RAVET, Annie RAYNAL, Agnès SALOMON, Hervé SALOMON, Madjid TAYEBI, Michel THIBAUD, Catherine VENCHIARUTTI, Marie-
Josée VOIRIN



Collectif citoyen contre les expulsions à Quetigny compte sur vous aujourd'hui

Collectif citoyen contre les expulsions à Quetigny a besoin de votre aide pour sa pétition “NON AUX EXPULSIONS A QUETIGNY”. Rejoignez Collectif citoyen contre les expulsions à Quetigny et 99 signataires.