Non aux emplois familiaux. STOP AU PASSE-DROIT. Pour une nouvelle éthique parlementaire !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Le «Pénélopegate» révélé par le “Canard enchaîné” le 1er février vient à point pour rappeler de précédentes affaires de favoritisme à la française. Elle est l’arbre qui cache la forêt d’un système opaque et sans contrôle. La pratique de placer des proches à des postes à responsabilité n’est pas nouvelle. Selon Mediapart, en 2014, 20 % des députés ont rémunéré un membre de leur famille proche (conjoints, enfants,…) avec l'enveloppe qui leur était attribuée par l'Assemblée Nationale. Le règlement n’interdit pas à un député d’employer un membre de sa famille, mais qui savait que cette pratique était autant utilisée ?

Un homme d'Etat se doit d'être intègre et cohérent : de ne pas être devenu soi‐même un ploutocrate arrosé par l'argent public quand on prétend, pour redresser la France, imposer une cure d'austérité à la population. De ne pas s'être abandonné sans vergogne aux facilités du népotisme, quand on réaffirme des valeurs et que l'on s'apprête à exiger des sacrifices au nom du bien commun ! 

La légalité ne rend pas légitime !

Quand on porte de grandes exigences pour son pays, la cohérence porte aussi ce nom tout simple : la décence.

Mais ce qui nous intéresse ici est la gestion de l’argent public et la concentration des indemnités pour une même famille. La rétribution de madame Fillon est indécente ! Le trouble des montants qui lui ont été versés est choquant !

L’éthique et la morale en sortent bafouées et déconsidèrent le travail de nombreux et compétents attachés parlementaires. 

Dans cette affaire, la justice est saisie. Il s’agit d’enquêter sur la réalité du travail effectué par la femme de monsieur Fillon. Au‐delà de l’emploi d’un membre de la famille, les accusations sont graves et démontrent le laisser‐faire pendant des décennies. 

Nous sommes devenus la risée de toute la presse étrangère, nous qui donnons des leçons de probité à d’autres pays. 

C’est pourquoi Monsieur Bartolone, nous vous demandons d’interdire, comme dans d’autres pays et comme au Parlement européen, l’emploi de tout membre de famille d’un parlementaire agissant dans le cadre de son mandat.

Les enveloppes prévues à cet effet doivent faire l’objet d’un contrôle strict par la questure de l’Assemblée et par un comité de citoyens tirés au sort. Tout élu qui manquerait à ces obligations devra être révoqué.

Cet effort est nécessaire pour renouer la confiance entre les électeurs et leurs représentants. 

Le chantier de rénovation démocratique est un grand chantier. Commençons par ça et les Français vous en sauront gré !

 



Patrick JIMENA compte sur vous aujourd'hui

Patrick JIMENA MARIANNE GINESTA a besoin de votre aide pour sa pétition “NON AUX EMPLOIS FAMILIAUX. Pour une nouvelle éthique parlementaire !”. Rejoignez Patrick JIMENA et 366 signataires.