Non aux éoliennes géantes sur le Massif du Devez près du Puy-en-Velay

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !

mouilhade FRANCK
mouilhade FRANCK a signé la pétition

Dans le département de la Haute-Loire, au pays de la lentille verte du Puy, un territoire rural préservé est aujourd’hui menacé par un projet éolien. Nous n’acceptons pas que ce territoire préservé soit contaminé par l'épidémie des machines à vent qui sévit depuis plusieurs années dans les campagnes françaises.

Quoi?

Aujourd’hui. 1 projet d’implantation de 4 éoliennes  de 175 mètres pour une puissance unitaire de 3 à 4,2 Mw, sur les hauteurs de la commune de Saint-Jean-de-Nay, au pied de la Durande au coeur du massif du Devez. Un permis de construire a été déposé. Avant qu’il ne soit validé  par le préfet, une enquête publique sera ouverte du 16/09/2019 au 19/10/2019, sur la commune et les communes avoisinantes : Saint-Jean-de-Nay, Vissac-Auteyrac, Fix-Saint-Geney, Vazeilles-Limandre, Chaspuzac, Sanssac l’Eglise, Siaugues-Sainte-Marie, Saint-Vidal, Saint-Privat d’Allier, Le Vernet, Loudes, Vergezac, Bains.

Demain. Si ce projet voit le jour, le mitage éolien du Massif du Devez qui culmine sur tout le Velay est en route. La plupart des projets éoliens se développent ainsi : quelques éoliennes pour commencer ici, puis quelques autres là, puis encore ici etc... Dans notre cas, un projet est en effet en phase d’étude sur la commune voisine de Siaugues-Sainte-Marie: 4 éoliennes sur Limagne, 4 autres sur le village de Farges.

Pourquoi s’opposer à ce projet?

1. Des espaces naturels mis en danger. Un cadre de vie et un patrimoine souillé.

Oui, nous sommes préoccupés. Inquiets d’imaginer que le Massif du Devez qui domine les hauts plateaux volcaniques du Velay, puisse un jour être abîmé par des méga-structures d’acier de 175m de haut. Oui, nous nous opposons à ce projet éolien pour protéger le patrimoine. Nous sommes habitants de ces terres, natifs, vacanciers réguliers ou passagers, et sommes fiers de considérer cet espace  comme notre jardin et de le chérir pour ce qu’il est : 

  • Le massif du Devez est un espace préservé. La nature y est belle et riche. Elle fait le bonheur de nombreux promeneurs (GR40 - tour du Velay à proximité immédiate du projet éolien, chemin de Saint Jacques de Compostelle un peu plus loin). Son histoire volcanique est remarquable et a façonné de magnifique reliefs et des tourbières caractéristiques. Le marais du Poux et le marais de Limagne qui bordent l’espace du projet éolien abritent des espèces d’oiseaux menacées : la Pie-grièche grise, le Tarier des prés, la Bécassine des marais, ainsi que de nombreux oiseaux migrateurs en transit. Les deux sont inscrits dans le schéma départemental des espaces naturels sensibles. Par ailleurs, le marais de Limagne est inscrit dans le réseau de l’union européenne Natura 2000 au titre de la grande valeur patrimoniale de sa faune et de sa flore. Enfin, deux rapaces protégés sont régulièrement observés dans le ciel du Massif et font l’objet de surveillance dans le cadre de la gestion des marais cités : le Busard cendré et le Milan Royal. Le premier a la particularité de nidifier au sol, dans les champs. Le second est listé “menacé -en danger critique d'extinction” par l’UICN. Accepter ce projet éolien revient à sacrifier l’espace vital de ces oiseaux, premières victimes de l'éolien, parmi les populations d’oiseaux.
  • Le massif du Devez est une terre vivante. Les terres y sont habitées depuis des millénaires, malgré l’austérité des plateaux volcaniques (1000m d’altitude). Berceau de la culture de la lentille verte du Puy, l’agriculture y est encore très présente et dynamique. Elle fait bon ménage avec la nature. Aussi, les néo-ruraux, charmés par les qualité de ce territoire habité et tranquille à la fois, sont de plus en plus nombreux à s’y installer. Le seront-ils encore demain, avec le voisinage des éoliennes?
  • Le massif du Devez recèle un patrimoine historique. 5 monuments historiques se trouvent à moins de 5 kms du projet éolien, dont le château du Thiolent, à seulement 1130 m du projet éolien. Son parc perché à 1000 m d'altitude, est inscrit à l'inventaire des Monument Historiques. C'est sans doute l’un des plus hauts parcs classés en France. Le promeneur peut y arpenter de longues allées bordées de vieux tilleuls plus de trois fois centenaire. Il admire la campagne environnante particulièrement mise en valeur, grâce à des effets de perspectives verdoyantes, obtenus par des jeux de niveau et des points de vue. Comment peut-on imaginer que de tels effets de perspectives aient été conçues pour amener le promeneur à contempler des éoliennes ? Accepter ce projet éolien, c’est entacher l’esprit de conservation du patrimoine historique reconnu au Thiolent par l’Etat français.

Nous ne voulons pas d'éoliennes sur notre territoire.

2. Un potentiel économique et touristique gâché.

Peut-on raisonnablement penser qu’un tel projet industriel exogène, sans lien avec l’histoire du territoire, puisse générer d'avantage de richesse et de valeur qu’un développement économique qui mise sur les richesses profondes du territoire ? 

Le potentiel de développement du tourisme du département de la Haute-Loire est encore très important. Tous les ingrédients sont réunis, pour faire du tourisme une richesse économique durable sur le plateau du Devez : nature grandiose, variété des paysages, multiples activités possibles, authenticité, patrimoine culturel, climat (la fraîcheur en été, c’est l’avenir). Par ailleurs, d'intéressantes synergies entre agriculture et tourisme commencent à fleurir sur le territoire  et ne demandent qu’à être développées. Une stratégie économique nourrie de tous ces ingrédients est propice à un développement honnête, solide et durable,en parfaite adéquation avec l’histoire agraire du territoire. Peut-on en dire autant du projet éolien ? 

Nous n’acceptons pas qu’une stratégie touristique vertueuse et fidèle aux valeurs de ses habitants puisse être empêchée par un projet éolien industriel qui fera fuire durablement les vacanciers.

Dixit Boralex, le promoteur éolien à l'initiative du projet, sur son site : 

 “Boralex, acteur de la « ruralité augmentée ». La nature de l’activité et l’ADN de Boralex en font un partenaire engagé au cœur des territoires. Ces territoires sont pour la plupart des zones peu denses, d’une faible attractivité touristique et économique. Boralex contribue à atténuer les logiques de désertification en recréant une dynamique locale et une activité tournée vers une ruralité plus vivante, enrichie et fière de son patrimoine” 

Notre territoire est à l’opposé de la profession de foi de Boralex. La densité de population y est exceptionnellement élevée pour son altitude. Son capital naturel et agricole sont des richesses pour un développement touristique et économique. Notre territoire est donc économiquement vivant et n’est pas sujet à des problèmes de “désertification”. Nous ne pensons pas que notre territoire ait besoin du patronage de Boralex et de ses eol-euros pour donner vie à sa ruralité.

3. Des nuisances et des dangers avérés pour les riverains.

Les préjudices sont maintenant notoirement connus et les témoignages nombreux. Nous ne voulons pas les subir ou les voir subir.

  • Infrasons. Les puissantes éoliennes dont il est question, de 3000 ou 4200 kW provoquent des infrasons. Il semble que la science n’ait pas encore vraiment tranché sur les risques sanitaires engendrés par ces infrasons. Peu d’études existent. En revanche, les témoignages sont nombreux (nausées, troubles du sommeil, anxiété,…). Nous ne voulons tout simplement pas prendre le risque d’être confrontés à ces aléas en tant que riverains.
  • Nuisances sonores et visuelles : effets stroboscopiques, bruit, basse fréquences, flash... Idem, nous ne voulons tout simplement pas prendre le risque d’être confrontés à ce type de nuisance en tant que riverains..
  • Dépréciation du patrimoine bâti. Il nous paraît évident que la valeur immobilière des habitations des villages avoisinants sera impactée défavorablement. Nous ne voulons pas en être les victimes.
    Ces nuisances et risques seront sans doute réfutés par un dossier très pointu, très technique, très documenté, de la part de Boralex. Mais, il ne vaut pas à nos yeux le vent de plaintes et de mécontentement qui gronde déjà dans de nombreuses campagnes hélas victimes de projets éoliens industriels et soufflera fort sur le plateau du Devez.

Nous sommes d’autant plus inquiets que les villages qui bordent le projet éolien sont à proximité directe et certains à peine plus de la limite légale fixée à 500m. Vergonges : 500m, le Meynial : 730m, Saint-Jean-de-Nay : 1150m, le Thiolent : 1330,m, Cereix : 1210m Beyssac : 1400m.

4. Un projet parachuté, sans concertations. Un intérêt pour le développement durable très contestable.

Nous n’acceptons pas les procédés très opaques par lesquels s'est érigé ce projet éolien.Les riverains n'ont pas été impliqués dans sont élaboration et sont une majorité à découvrir le projet à l’occasion de l’enquête publique seulement alors que le projet est bien ficelé, travaillé dans l’ombre depuis plusieurs années pour émerger et s’imposer d’un seul coup. C’est scandaleux, compte-tenu des impacts très importants pour les riverains qui s’étendent dans un rayon bien plus large que la commune d’implantation. Si le bien fondé d’un tel projet était évident, la méthode serait différente. Aussi, ajouté à cela en plus de la pollution, des nuisances, des impacts sur la biodiversité, des stratégies de développement touristique empêchées, comment accepter un tel projet au regar des interrogations possibles sur le volet développement durable? Quid des tonnes de béton déversé? Quid de l’artificialisation des terres? Quid de l’impact carbone des turbines à gaz qui prennent le relais quand il n’y a pas de vent (et le Massif du Devez n’est pas une terre à vents constants). Comment croire que l’implantation d’éoliennes dans nos campagnes  soit stratégique pour lutter contre le réchauffement climatique, quand on sais que la production d’électricité en France est parmi les moins carbonées au monde ? La France est le 5eme pays dans le classement du classement Global Energy Architecture Performance Index Report 2017 du World Economic Forum.  N’y-a-t-il pas d’autres combats plus prioritaires à mener pour sauver la planète ? Favorisation des modes de transport décarbonés ? Optimisation énergétique des habitations? De nombreux spécialistes de l’énergie s’élèvent déjà contre cette stratégie absurde qui ouvre grand les portes à des promoteurs industriels avides.  Pour nous aussi, c’est non !

Nous ne voulons pas d'éoliennes sur notre territoire.

Alors comment agir ?

  • Signer la pétition, elle sera transmise aux autorités à l’issue de l’enquête publique.
  • Participer à l’enquête publique (du 16 septembre au 19 octobre) : 
    - En vous rendant en mairie pour rencontrer le commissaire enquêteur, lors des permanences. Liste des mairies concernées, dates et horaires de permanence ici : https://www.registredemat.fr/parceoliensaintjeandenay/presentation-liseuse-avis
    - En écrivant au Président de la commission d’enquête via une des voies suivantes. Via le formulaire : : https://www.registredemat.fr/parceoliensaintjeandenay/deposez-votre-observation-en-ligne , en envoyant un e-mail à parceoliensaintjeandenay@registredemat.fr  ou en envoyant un courrier adressé à : Mr Claude Lefort,  Président de la commission d’enquête , Mairie, 43 320 Saint-Jean-de-Nay.
    Vous n’avez pas nécessairement besoin d’habiter les communes ciblées par cette enquête pour exprimer votre inquiétude et faire valoir vos arguments. Si vous connaissez la région, la traversez, en êtes familiers (vacanciers, anciens résidents etc…), vous vous exprimez en connaissance de cause. Votre voix compte.
  • Soutenir et ou s’engager dans l’association “Regards de la Durande”. Toutes compétences sont les bienvenues ! Pour plus d’info, se rendre sur regardsdeladurande.com ou s’adresser à contact@regardsdeladurande.com

A tous, un grand merci pour votre engagement dans cette cause.

Nous vous tenons informés.

Les membres de l’Association Regards De la Durande


Ces références ont inspiré et documenté cette pétition : 

  • Protection du patrimoine naturel et bâti

Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021384277&categorieLien=id
Oiseaux classés sur la  liste rouge de l'UICN des espèces menacés (Union internationale pour la conservation de la nature) : https://uicn.fr/wp-content/uploads/2016/09/Tableau-Liste-rouge-Oiseaux-de-France-m%C3%A9tropolitaine.pdf Le milan royale et la bécassine des marais sont catégorisés sur la liste rouge : “Menacé - en danger critique d’extension”. Les autres oiseaux cités ici sont également inscrits sur cette liste
Protection Natura 2000 du Marais de Limagne : “Plusieurs espèces faunistiques d'intérêt patrimonial ont été remarquées sur le site, notamment des oiseaux [..le milan royal tout particulièrement puisqu’il est le plus menacé..], des amphibiens et des reptiles. Ils sont désignés comme importants car ils font l'objet d'une protection nationale.” https://inpn.mnhn.fr/docs/natura2000/fsdpdf/FR8301077.pdf https://inpn.mnhn.fr/site/natura2000/FR8301077
Marais du Poux, un espace naturel sensible : http://www.ode43.fr/index.php?page=197 http://www.ode43.fr/telecharger/257-13-Marais-de-Poux-St-Jean-de-Nay.pdf
Circulaire Albanel relative à la protection des cônes de vue à destination des préfets de Région et Départementaux en vue de protéger les paysages face au développement éolien : ttp://www.ventdecolere.org/doc-zde/albanel_Prefet_080915.pdf

  • Analyse critique de la pertinence de l’industrie eolienne : dépréciation de la valeur foncière et immobilière

Groupe indépendant de Réflexion sur l’Energie : “Eoliennes : arrêtons le massacre” : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021384277&categorieLien=id
Les Eoliennes - Rapport du Groupe de Travail de l’Académie des Beaux Arts : http://www.academiedesbeauxarts.fr/upload/Eoliennes/Eoliennes.pdf
La dévalorisation de biens immobiliers situés à proximité de parcs éoliens industriels : https://environnementdurable.net/documents/depreciation-immo-couv-annexes-def.pdf?idU=1

Décarbonons !: 9 propositions pour que l'Europe change d'ère. LIvre The Shift Project avec la participation du chercheur Jean-Marc Jancovici.