NON A LA FERMETURE DE CLASSES EN ZONE RURALE ET MONTAGNEUSE

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Nous, parents d’élèves, appelons tous les parents, enseignant-e-s ou tout citoyen-ne-s concerné-e-s par l'éducation à se mobiliser massivement contre les fermetures de postes prévus par le gouvernement de M. Macron dans les écoles primaires.

Tous les territoires ruraux de France sont touchés.

Rassemblons-nous pour dire NON à ces mesures d'économie dont pâtissent nos enfants. L’éducation de nos enfants vaut plus qu’une vision uniquement "arithmétique" des moyens financiers et humains.

Les écoles rurales, notre service public d’éducation de qualité et de proximité est en danger.

L’État s’est pourtant engagé à assurer un service public de qualité sur tout le territoire, à travers des dispositifs spécifiques tels que la Convention sur la ruralité ou encore la Loi Montagne.

M. Macron s’est même prononcé, lors de lors de la Conférence nationale des territoires le 17 juillet 2017 (extrait de son discours) :

«Les territoires ruraux ne peuvent plus être la variable d’ajustements économiques. C’est pourquoi il n’y aura plus aucune fermeture de classe dans les zones rurales ! »

Visiblement cela n'a pas dû être entendu par M. Blanquer au ministère de l’Éducation Nationale...

car un grand nombre de classes de primaire sont menacées de fermeture pour la rentrée 2018 - 2019.


Les territoires ruraux sont fragiles, avec souvent une population éparpillée, avec des temps de trajet importants entre les villages. Les effectifs des écoles doivent être considérés à long terme avec une contextualisation à chaque fois.

En effet, d’une année sur l’autre, le nombre d'enfants peut changer, sans pour autant devoir supprimer une classe à chaque fois qu'un seuil est atteint. L’analyse comptable des effectifs à court terme est pour nous, habitants des zones rurales, totalement éloignée de la réalité.

Les protocoles et conventions triennales actuellement proposées par l'état aux départements ruraux ne font, sous couvert d'un discours attentif à la ruralité, qu'accélérer les fermetures d'écoles de 1 à 2 classes. ils sont un pis aller que nous rejetons.

Refusons les visions à court terme pour privilégier celles à moyen et long terme dans nos territoires car :

- nos effectifs varient mais la démographie ne se réduit pas pour autant ;
- une classe de 6 à 8 niveaux différents nécessite des effectifs réduits pour rester égalitaire.

Nous ne pouvons nous résigner à laisser mourir nos campagnes, nos montagnes !

Il est URGENT de réagir parce que :

- Fermer une classe, c’est dévaloriser et isoler nos territoires ruraux et montagneux !
- Fermer une classe, c’est condamner nos campagnes à la désertification !
- Fermer une classe, c’est dégrader les conditions d’accueil et d’apprentissage de nos enfants !
- Fermer une classe, c’est dégrader les conditions de travail des enseignants !
- Fermer une classe, c’est la condamner à ne plus rouvrir...

En effet, lorsqu’une classe ferme, il est souvent difficile de la ré-ouvrir car l'administration attend que la situation soit intenable et que des élèves, des enseignants la fuient !

Voilà à quoi sont actuellement confrontées de nombreuses petites écoles françaises malgré les engagements pris par le gouvernement.

Partout en France, des associations de parents d’élèves se mobilisent contre les suppressions de postes dans le 1er degré !

Nous appelons à l’unité.

Ces suppressions ne sont pas une fatalité; l’État a encore la possibilité d’y remédier.

Les écoles rurales ne doivent pas être sacrifiées !

Une école n’est pas moins importante qu’une autre, les classes doivent rester ouvertes et ouvrir si besoin !

Aidez nous à maintenir TOUTES NOS CLASSES OUVERTES sur TOUT le territoire en SIGNANT LA PÉTITION.



rachel compte sur vous aujourd'hui

rachel SCHNEE a besoin de votre aide pour sa pétition “NON A LA FERMETURE DE CLASSES EN ZONE RURALE ET MONTAGNEUSE”. Rejoignez rachel et 1 896 signataires.