NON à la suppression des trains Intercités de 16h39 et 17h40

NON à la suppression des trains Intercités de 16h39 et 17h40

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
Pierre TROUFFLARD a lancé cette pétition

La SNCF a supprimé sans préavis les arrêts Souillac, Gourdon et Cahors du "dernier train" en semaine au départ de Paris Austerlitz de 17h40, étant désormais terminus Brive (arrivée vers 22H sans même un TER de liaison). Le dernier train direct pour ces gares est donc désormais avancé à 16h39 départ Paris... pour pas très longtemps puisqu'il sera aussi supprimé en Décembre. De façon générale, nous sommes dans une dégradation continuelle du service de la ligne POLT depuis environ 50 ans qui continue d'affecter les résidants de notre Région.

Conséquences

Cette décision affecte particulièrement les "actifs" qui exercent dans des configurations de travail dites "hybrides" (alternant travail sur site et télétravail ou aussi appelé "mix présentiel-distanciel"), et qui par conséquent passent certaines de leurs journées de travail (9H - 17H) en semaine dans les locaux parisiens de leur entreprise, et qui d'autres rentrent à leur domicile dans leur Région, notamment le Lot, la Dordogne et le Lot-Et-Garonne. Ainsi, nous avons d'ores et déjà reçu plus d'une trentaine de témoignages d'usagers les 2 premières semaine d'Octobre dans la boite mail de l'association TEPLG (Tous Ensemble Pour Les Gares de Souillac, Gourdon et Cahors).

Témoignage#1 - C'est notamment le cas de Fabrice qui envisage ainsi de payer une chambre d'hôtel à 80 € la nuitée. En plus d'un surplus budgétaire de près de 300 € par mois, la conséquence c'est qu'il devra désormais arriver chez lui par le 1er train du lendemain aux alentours de midi, au lieu de 22h30 comme il le fait aujourd'hui, ce qui lui permet de dormir avec sa conjointe qu'il n'a pas vu depuis trois jours. Fabrice perd ainsi 14h "de présence". Dans la durée, ce sera bien sûr intenable, et il sait qu'il devra choisir entre son emploi et sa domiciliation s'il n'y a pas de remédiation.

Témoignage #2 - Cela affecte également Victoire, doctorante au Conservatoire des Arts et Métiers dont la thèse est le développement du tourisme durable en Dordogne, "je TRAVAILLE TROIS JOURS ET DEMI à Paris et je reviens le vendredi soir à mon domicile à proximité de Souillac". Elle interpelle sur ces décisions qui continuent de "creuser les inégalités territoriales et les inégalités sociales : impossibilité pour des travailleurs de rejoindre leur famille après leur journée de travail ; impossibilité des décideurs en charge du développement économique ne pourront pas faire l’aller-retour dans la journée."

Il faut notamment savoir que la plupart des relations avec les employeurs quant au lieu d'exercice du travail et la proportion de travail effectuée en présentiel sont définies dans des chartes ou conventions qui font figure d'annexes au contrat de travail. Ainsi si le salarié ne se conforme pas pleinement à cette exigence des "horaires" et "jours de présence", en plus de constituer de l’insubordination, cela pourra être considéré comme un abandon volontaire de l’emploi, pouvant conduire à un licenciement.

Si ces trains ne sont pas rétablis dans l'esprit du Service Public, des actifs pourraient perdre leur emploi, être séparé.e plus longtemps de leur famille ou devoir déménager.

Motion & Soutien

En signant la pétition, vous êtes:

  1. POUR le maintien des terminus Cahors des trains SNCF Intercités de 16h39 et 17h40 la semaine et le weekend,
  2. POUR la régénération de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) en tant qu'axe majeur de désenclavement territorial, incluant le tronçon Brive-Montauban,

Les actions et la mobilisation de notre association ont déjà permis de maintenir et "récupérer" la desserte de gares déclassées -- il s'agit ici d'une nouvelle épreuve de force où les usagers doivent se mobiliser et se faire connaître.

Pour nous soutenir:

  • Partager la pétition avec vos contacts et proches,
  • Partager votre témoignage (en commentaire ci-dessous ou par mail),
  • Adhérer à l'association TEPLG (Souillac-Gourdon-Cahors),
0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !