NON À LA FERMETURE DU CINÉMA LE LUMINOR

NON À LA FERMETURE DU CINÉMA LE LUMINOR

0 a signé. Prochain objectif : 35 000 !
Quand elle atteindra 35 000 signatures, cette pétition deviendra l'une des plus signées sur Change.org !
Luminor HOTEL DE VILLE a lancé cette pétition

TEXTE MIS A JOUR LE 29/11/2022 

Le LUMINOR Hôtel de Ville, dernier cinéma indépendant du Marais, est aujourd'hui menacé de fermeture. Lieu de vie et de partage depuis plus d’un siècle (1912), il rassemble près de 100.000 spectateurs.trices par an : c’est un cinéma rentable, créateur d’emplois, soutenu par vos institutions, votre Mairie. Sa fermeture serait une perte irrémédiable pour les riverains, les écoles du quartier, les cinéphiles, les commerçants, les étudiants, la culture, Paris. 

Depuis le lancement de cette pétition le 21 septembre 2022, nous avons reçu des retours extrêmement encourageants : nous tenons à remercier celles et ceux qui sont venu.es vers nous pour nous témoigner leur soutien. 

Avec ce texte, nous souhaitons vous donner plus de détails sur les avancements et sur l’historique du litige avec les propriétaires.

1 ) Le litige avec les propriétaires : le contexte 

En Mars 2020, la société SOFRA, principale associée de la société Le Cinéma de l’Hôtel de Ville (CHV), propriétaire bailleur des locaux du cinéma a fait signifier à l’exploitant Le Luminor l’Hôtel de Ville (société CARLOTTA CINÉMAS) un congé sans offre de renouvellement du bail commercial qu’il était juridiquement impossible de contester. Le Luminor devrait quitter légalement les lieux qu’il occupe actuellement, sauf si le propriétaire, comme il en a la possibilité, revient sur sa décision de mettre fin au bail. 

IMPORTANT POUR LA SUITE : selon la loi, lors de la résiliation ou non-renouvellement d’un bail commercial, le propriétaire doit au locataire une indemnisation, c'est-à-dire une compensation financière.  

En mars 2021, une expertise judiciaire a été décidée par le président du tribunal judiciaire de Paris afin de fixer le montant de l’indemnisation qui pourrait être versée par la SOFRA (CHV) au LUMINOR. L’expert judiciaire a donné son avis, y compris dans l’hypothèse d’une réinstallation du cinéma. Ces montants ne prennent malheurusement pas en compte la valeur patrimoniale et culturelle inestimable du cinéma et seront insuffisantes pour dissuader la SOFRA (CHV). Surtout, les indemnités envisagées par l’expert judiciaire, semblent sous-estimer les conséquences dommageables, désastreuses et irrémédiables de la disparition du LUMINOR.  

2) Prochaines étapes :  

La procédure judiciaire est encore en cours, et nous ne savons pas à l’heure actuelle quand est-ce que une décision sera rendue. En parallèle, nous allons poursuivre nos actions de défense. 

Votre mobilisation, ainsi que celle des élus nous ont permis, sous l’égide de la Mairie de Paris, d’entamer un dialogue avec la SOFRA (CHV). Vos très nombreuses signatures de la pétition nous ont grandement aidés à faire valoir auprès des élus votre détermination à ne pas voir disparaître le Luminor.  Un premier rendez-vous a eu lieu le jeudi 17 novembre en présence de la SOFRA (CHV), Carine Rolland et des élus. 

Nous espérons que les discussions à venir seront constructives et animées par l’intérêt général. 

Nous vous remercions et continuerons de vous tenir informés, n’hésitez pas à prolonger votre action ! D’autres moyens d’agir : 

  • Partagez cette pétition sur vos réseaux 
  • Parlez-en autour de vous 
  • Retrouvez en caisse du cinéma des cartes postales à envoyer à la Mairie et à la SOFRA (CHV).
  • Restez informé.es : 
    • inscrivez-vous à notre newsletter (à droite de la page dans l'onglet "Newsletter")
    • suivez-nous sur les réseaux sociaux : instagram, facebook, twitter, tiktok et partagez nos posts. 
  • Venez au Luminor ! Ce cinéma vous appartient, vous pouvez vous mobiliser afin de soutenir le maintien de son existence.

 

Droit de réponse : 

A la suite de cette mobilisation, la société SOFRA (CHV) a demandé à bénéficier d’un droit de réponse conformément aux dispositions de la loi, que nous publions ici. 

Nous publions ici le texte intégral de ce droit de réponse : 

« La société Cinéma de l’Hôtel de Ville (« CHV »), filiale de la société SOFRA, a pris connaissance de la campagne de communication de la société Carlotta Cinémas (exploitante du LUMINOR).

CHV entend rappeler qu’aucune décision n’a été arrêtée quant au sort du LUMINOR, ces locaux pouvant avoir de multiples fonctions y compris culturelles (voire cinématographiques).

CHV regrette les propos emphatiques et, surtout, les contradictions de la société Carlotta Cinémas qui :

- n’a jamais contesté l’arrivée à terme de son bail (ce qui lui était juridiquement impossible…),

- a initialement déclaré qu’elle quittera les lieux sans se réinstaller (ce qui a été acté par un expert judiciaire),

- puis a finalement soutenu qu’elle aurait un projet de réinstallation (dont elle n’a jamais justifié et qu’elle se garde bien d’évoquer dans sa communication agressive), et enfin, 

- la société Carlotta Cinémas soutient à nouveau au gré de sa communication qu’elle ne se réinstallera pas.

CHV entend rappeler qu’elle a exploité elle-même le cinéma sis 20 rue du Temple – 75004 Paris pendant de nombreuses années avant de conclure un bail commercial, pour un loyer préférentiel, avec la société Carlotta Cinémas, par acte du 23 avril 2008, pour une durée de 12 années.

CHV déplore ainsi d’être accusée de « vandalisme culturel » par une société récemment créée, et dont les conditions d’exploitation n’ont été rendues possibles que grâce aux 30 années d’exploitation antérieures.

CHV a en outre formulé par l’intermédiaire de son conseil diverses propositions amiables portant alternativement sur le montant de l’indemnité d’éviction ou sur l’acquisition des murs des locaux par la société Carlotta Cinémas ou un tiers.

Ces propositions amiables n’ont pas été suivies d’effet face au silence des exploitants du cinéma.

CHV a été avisée du souhait de la mairie d’organiser une médiation et y a répondu positivement.

Elle se félicite ainsi que les exploitants du LUMINOR ainsi que les acteurs publics (et notamment ceux ayant vocation à soutenir l’industrie du cinéma) puissent formuler des propositions de nature à préserver les droits de chacune des parties. »

Ce droit de réponse de la société SOFRA (CHV) s’achève par des perspectives positives de médiation et de négociation possibles.

 

0 a signé. Prochain objectif : 35 000 !
Quand elle atteindra 35 000 signatures, cette pétition deviendra l'une des plus signées sur Change.org !