Non à l'abattage des arbres centenaires à Surba en Ariège !

Non à l'abattage des arbres centenaires à Surba en Ariège !

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Jean RICARD a lancé cette pétition

Les tilleuls et les platanes centenaires, les vastes espaces verts ombragés du  "Communal " du village de Surba, font la forte identité du patrimoine arboré et paysager de notre Commune de la Haute-Ariège. 

Cet ensemble végétal emblématique et inestimable auquel les Surbatoises et les Surbatois, toutes générations confondues, sont profondément attachés est attaqué et sa pérennité est menacée.

"Aux pieds de mon arbre je vivais heureux" a dit le poète

Les Surbatois(e)s vivront-ils encore longtemps heureux sous les frais ombrages de leurs arbres centenaires ? Rien n'est moins sûr !

- Le développement durable, la protection de la biodiversité, du patrimoine arboré, des espaces sensibles, naturels et agricoles, des espaces verts de jeux et de loisirs, 

- la mise en valeur du patrimoine bâti, ne sont manifestement pas les priorités visibles et les marqueurs forts de l'action de la Municipalité après ces 28 premiers mois  d'exercice de la mandature en cours. 

L' EXPRESSION DES HABITANTS REJETÉE! 

Vous toutes et vous tous habitant(e)s du village, vous n'avez pas oublié le message essentiel des réponses que vous avez faites au début de la mandature municipale, au Questionnaire Citoyen : " Surba, une Commune où il fait bon vivre"!?

90 pour cent de vos  réponses, ont plébiscité la préservation du cadre de vie - la création de chemins pédestres de randonnées - la mise en valeur des aires de loisirs et des espaces verts...

- 83  pour cent de vos réponses ont privilégié - la protection du patrimoine bâti et donc  la sauvegarde de l'église romane classée Saint Nicolas et de la chapelle notamment. 

Cet embryon mort-né de démocratie participative n'a pas fait long feu et s'est  très vite volatilisé comme de la " poudre de perlimpinpin " !

ALLO! LA MAIRIE NE RÉPOND PLUS !

- Toutes les idées et propositions d'actions suggérées ou proposées aux élu(e)s par la population depuis mars 2020 dans le sens de la protection et de la valorisation des espaces naturels de jeux et de loisirs sont ainsi systématiquement éludées ou rejetées.

- La Mairie n'a à ce jour pas démenti son projet annoncé, de création de larges trottoirs asphaltés avec la suppression par goudronnage des espaces verts et abattage des arbres qui bordent le chemin depuis le lieu dit du "Christ" jusqu'à l'aire verte du "Communal"au motif que les arbres seraient prétendument "malades " ou "fendus" ou  "pourris de l'intérieur " .

Silence radio, aucune réponse !

- Tels sont les éléments de langage de rigueur et les formulations toutes faites répétées à l'envi par la Mairie pour essayer d'accréditer l'idée auprès de la population que tous les arbres seraient malades. 

- 4 arbres on été déjà abattus!

LE DROIT CONSTITUTIONNEL DE PÉTITION 

- L' article 72-1 de la Constitution reconnaît  aux habitants d'une collectivité territoriale un droit de pétition.

- Les Surbatoises et les Surbatois ne sont-ils pas en effet en droit de connaitre l'étendue et les contours très précis des changements prévisibles ainsi annoncés qui vont bouleverser les grands équilibres naturels et paysagers du village?

- Les Surbatoises et les Surbatois n'auraient ils pas le droit de s'indigner et de se mobiliser pour des causes qu'ils considèrent comme justes et légitimes et qu'ils entendent défendre ?

 - L'auteur de la pétition et les signataires Surbatois(e)s doivent-ils rester inertes et sans réaction,  continuer à subir la violence, l'agressivité, les menaces, les discriminations, la condescendance, le mépris dont il sont actuellement et très concrètement l'objet ? 

MARCHER À L'OMBRE MÊME PAS EN RÊVE, TU OUBLIES !

- goudronnage annoncé et budgétisé des espaces verts par le vote d'une première enveloppe financière de 50.000 €  votée au Budget Primitif 2022 pour des travaux de goudronnage sur l'aire du " Communal ".

- tailles, coupes, élagages sévères , désastreux et affligeant d'arbres d'alignement parfaitement sains pour 10 000 € de dépenses votées soit l'équivalent du prix de la construction par un professionnel de 3 terrains de pétanque de 60 m2 chacun (15 m×4m).

- dans le même temps la Mairie refuse obstinément la remise à niveau pour quelques centaines d'euros du terrain de pétanque devenu impraticable sur le site de l'ancienne cours de l'école!

- dans le même temps les infiltrations d'eau à l'église Saint Nicolas dégradent et menacent inexorablement chaque jour qui passe l'intégrité de ce chef d'œuvre de l'art roman, pour ne citer que ces 2 exemples. 

LA SÉCURITÉ COMME ALIBI.

- autant de travaux d'élagage extrême dont l'ampleur dépasse de très loin le cadre de simples   " travaux d'entretien courant " et de "mise en sécurité", on connaît la chanson,  selon les mêmes éléments de langage de la Mairie (confert article Dépêche du 19 juin) pour  minimiser les saignées et les blessures infligées à nos arbres et à nos espaces verts.

- Installation précipitée de grands récipients en forme de poubelles sur les souches restantes des arbres abattus, pour cacher que les arbres abattus étaient en réalité parfaitement sains !

- Autant de mauvais coups portés à notre environnement paysager familier et autant d'agressions environnementales irréversibles infligées à notre patrimoine arboré et végétal.

TAILLE SÉVÈRE:LA MORT PROGRAMMÉE DES ARBRES. 

- Une note de la Direction Nationale des Bâtiments de France souligne notamment que la taille drastique provoque chez l'arbre: 

- la diminution de ses réserves naturelles stockées dans ses branches et dans ses feuilles, 

- un affaiblissement physiologique général de l'arbre qui a besoin au fil des ans pour grandir de plus en plus d'énergie,

- une augmentation de sa vulnérabilité due à une exposition accrue au froid, à la sécheresse, à la pollution, aux agents pathogènes les plus divers. 

 Contrairement aux idées reçues, la taille drastique ne provoque pas chez l'arbre :

- un regain de vigueur-une diminution des risques de rupture liée à la prise au vent - une économie en terme d'entretien de l'arbre.

L' ABATTAGE D'ARBRES  D'ALIGNEMENT INTERDIT !

Avant l'application de la nouvelle loi, c'est en effet la loi de protection de la biodiversité qui est en vigueur. Elle reconnaît la valeur patrimoniale des alignements d'arbres et crée un régime spécifique de protection précisé dans l'article L 350-3 du Code de l'Environnement issu de cette nouvelle loi!

L' abattage d'un arbre de moins de 20 cm de diamètre sans autorisation est passible d"une amende de 1500 € !

L' abattage d'une espèce rare ou d'un arbre centenaire est passible d'une amende de 20 000 € et d'autres sanctions dont des peines d'emprisonnement !

 LE SYNDROME DE LA DENDROPHOBIE ?

La dendrophobie, c'est l'étonnante phobie dont souffrent les personnes qui ont peur des grands arbres.

En présence d'un arbre de grande taille à ses côtés, le dendrophobe est ainsi pris d'évanouissement parce qu'il a peur que  l'arbre lui tombe sur la tête.

C'est une maladie plus répandue encore que la phobie de l'eau ou des araignées!

C'est la seule explication rationnelle que nous avons trouvé à ce déchaînement de violence dont sont victimes nos arbres à Surba autour d'un affligeant programme de destruction paysagère, de casse des espaces naturels,  d'abandon des espaces de loisirs et de jeux.

DÉSHERBANTS CHIMIQUES: QU'IMPORTE    L' INTERDICTION !

- Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités territoriales, les établissements publics et l’Etat ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser des pesticides pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public.

C'est pourtant ce que continue à faire la Mairie ( ex : autour de l'ancien lavoir et du kiosque aux livres...) en contravention aux prescriptions de Loi sur l'Eau .

FUITE D'EAU OU PRÉLÈVEMENTS ILLICITES ET FRAUDULEUX D'EAU A LA BORNE INCENDIE DU TERRAIN COMMUNAL ?

- On nous signale la présence de flaques et de résidus d'eau dans la toute proximité de la borne à incendie. Une  avarie de la borne pourrait - elle compromettre le bon fonctionnement du système et donc la sécurité des riverains en cas d'incendie ?

- A moins qu'une personne indélicate ne soit parvenue avec des branchements adaptés mis à sa disposition à se brancher sur la borne et prélèver de l'eau frauduleusement.

- Un camion de couleur blanche portant une citerne de 1000 litres d'eau sur sa remorque et n'appartenant pas à la Mairie parce que non griffé du logo de la Mairie, a été vu à plusieurs reprises dans le  secteur du terrain Communal et traverser le village à l'aller citerne vide, et au retour citerne pleine.

Encore un petit ou un gros malin qui aurait trouvé le bon filon pour arroser ses fleurs pour pas cher ?

- Nous rappelons que tout prélèvement d’eau sur les bornes ou poteaux d’incendie par des personnes non autorisées est considéré comme un vol d’énergie au sens des articles 311-2 et suivants du Code pénal. Il est sanctionné d’une peine d’emprisonnement de 3 ans de prison et jusqu’à 45 000 euros d’amende. 

Le SDIS 09 que nous avons alerté et interrogé nous a précisé que la  Commune de Surba est  responsable de la disponibilité et du bon fonctionnement des bornes incendies sur son territoire.

Nous suggérons qu'elle se penche sérieusement sur la question. 

 LA SÉCURITÉ EN DANGER !

l'état de désolation et d'abandon révoltant actuel et sans aucun précédent connu à Surba, de l'espace vert et de l'espace de jeux pour enfants du " Communal " transformés en friche municipale et en dépotoir géant à ciel ouvert de gravats les plus divers et leurs conséquences :

-  éclats acérés de blocs de ciment et de  briques fendues et des tiges de barres de fer qui affleurent le sol et qui pourraient blesser des enfants,

- suppression définitive de la barrière de protection et de sécurité entre l'espace de jeux pour enfants et la route.

- site non protégé et non barriéré et donc dangereux de l'espace situé à une hauteur importante et réservé à l'orchestre .

- Comment peut-on raisonnablement comprendre et accepter qu'à l'approche des grandes vacances alors que de nombreuses familles avec enfants et petits enfants vont arriver au village, l'espace de jeux pour enfants soit à l'abandon avec des jeux cassés depuis plus de 28 mois et d'autres non remplacés comme le mur d'escalade?

DES ESPOIRS DOUCHÉS, UN HORIZON      BOUCHÉ !

- Dans sa déclaration faite à la Dépêche du 19 juin M.le Maire fait une annonce:

- "la Mairie compte remplacer l'aire de jeux en la déplaçant de l'autre côté de la route près du Foyer Rural et y ajouter un parcours santé et un mur d'escalade".

Nous nous sommes dit :  "chouette enfin tout va être prêt pour le début des vacances ! "

- Que Nenni ! La veille du 19 juin, la Conseillère Municipale Jaspard douchait péremptoirement nos espérances. Interrogée fortuitement au sortir d'une réunion de travail, elle déclarait avec force autorité, dans un long flux incontinent de paroles et avec un très fort ascendant sur 2 de ses collègues dont la 2ème Adjointe au Maire qui ne l'ont pas contredite et qui n'ont " pipé " mot:

"et bien non, l'aire de jeux, ça ne se fera pas ! Et d'ailleurs les jeux ça coûte cher et on a pas les subventions pour les acheter !!! "

ON N'EST JAMAIS TRAHI QUE PAR LES SIENS !

Alors faut-il croire M.le Maire qui dans son interview du 19 juin annonce que l'aire de jeux devrait être installée dans les prochaines semaines, ou la Conseillère Municipale de Florac qui sûre de son fait, le contredit ouvertement en révélant que l'aménagement de l'aire de jeux n'a jamais été à l'ordre du jour des priorités municipales faute de crédits votés pour assurer son financement?

LE CROQUIS ! LE CROQUIS ! LE CROQUIS !

- Aux dernières nouvelles, une "fuite" encore une, mais venant cette fois-ci du Conseil Municipal, nous apprend que cela ferait 28 mois qu'un Conseiller Municipal aurait en charge la réalisation du "croquis" de la future aire de jeux, le fameux "croquis" improbable et introuvable que l'on attendrait comme le messie!

On a eu beau chercher on ne voit pas à qui cette mission de haute importance stratégique aurait été confiée...

Le suspense absolument haletant est insoutenable! La population retient son souffle! Est-ce que le Conseiller Municipal, maître en sobriété créative du très fameux croquis, saura s'arracher, se transfigurer, surpasser et transcender ses capacités cognitives, puiser au plus profond de ses ressources intellectuelles, rassembler la puissance de tous ses neurones, toutes ses forces et mobiliser toute son énergie afin que dans un ultime et fulgurant effort, le croquis tant désiré soit terminé en temps et en heure et livré in extremis afin de permettre à M.le Maire de tenir son engagement ?!

Voilà la difficulté, voilà l'épreuve! 

- Songeons dans le même temps qu'il aura fallu 4 années à Léonard de Vinci pour peindre La Joconde et 4 ans à Michel Ange pour peindre les plafonds de la Chapelle Sixtine à Rome.

- Notre dessinateur Surbatois, maître et expert en sobriété créative du croquis ne peut apparemment pas faire moins que ces deux immenses artistes de la Renaissance. Il lui reste encore une marge de temps de 2 années pour présenter son croquis, à moins que nous assistions prochainement à la divine ou céleste apparition du très "fameux" croquis! 

 LE PATRIMOINE DÉLAISSÉ EN JACHÈRE !

Le patrimoine bâti culturel et cultuel du village, chapelle, église,  n'est pas mieux loti !

- L' église romane classée Saint Nicolas est inexorablement défigurée par son  environnement immédiat constitué d' un enchevêtrement et d'un amoncellement informes et invraisemblables de vieilles carcasses de voitures rouillées et désossées. 

- la structure de ce patrimoine de l'art roman est chaque jour qui passe de plus en plus abîmé et fragilisé par les infiltrations d'eau de pluie .

VOUS AVEZ DIT DIFFAMATION, HARCÈLEMENT? 

- Pourquoi la Mairie ne communique t'elle pas ouvertement sur la réalité de ses intentions au lieu d'éluder les problématiques et d'installer un esprit de défiance chez ses administrés?

- la Mairie parle de "diffamation" alors que les interrogations et les préoccupations de la pétition citoyenne approuvées par plus de 125 Surbatois(e)s sont parfaitement légitimes.

- la Mairie parle de "diffamation " à propos de la parution d'un article de la Dépêche du Midi  autour de la Pétition Citoyenne. 

- Faut-il rappeler que l'écriture de cet article relève de l'initiative exclusive de la Rédaction du quotidien régional.

- Il a été écrit autour d'une problématique environnementale et citoyenne réelle, par un journaliste indépendant qui a enquêté in situ et a recueilli l'avis du Maire de Surba qui a eu l'occasion de s'exprimer.

- La Mairie parle de "harcèlement" alors qu'elle ignore les courriers qui lui sont adressés, refuse systématiquement de répondre aux  demandes répétées d'information qui lui sont faites autour de ses projets d'aménagement et de transformation du village !

- Si la Mairie voulait bien consentir à accuser réception en bonne et dûe forme des courriers qui lui sont adressés et répondait dans des délais raisonnables aux demandes d'information dont elle est destinataire, elle ne serait pas relancée aussi souvent que M.le Maire le déplore. 

LE CULTE DU SÉPARATISME.

- A cela s'ajoute la différenciation entre Résidents Permanents ou Résidents non Permanents du village  qui crée un séparatisme dommageable à la cohésion et à l'unité du village.

- Cette situation dont la population se plaint pour y être confrontée, crée une rupture arbitraire du principe constitutionnel d'égalité des droits entre les citoyens.Elle est très négativement ressentie par les administré(e)s qui nous ont fait part de leur désarroi. 

LE DROIT À LA LIBERTÉ D'EXPRESSION BAFOUÉ .

Ce droit est constitutionnel. Il comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques.

Chacun a ainsi le droit d'avoir son opinion, ses idées et de les exprimer par n'importe quel moyen et sous n'importe quel format dans la limite des règles relatives à la protection des personnes et des droits de la personnalité.

 L' injure, l’atteinte à la vie privée, la provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence sont ainsi proscrites.

UN APPEL ABJECT À LA VINDICTE POPULAIRE ! 

- De quel côté se situent la provocation, la violence, l'agressivité, les menaces ?...

- Alors qu'un Conseiller Municipal identifié, a provoqué et prononcé directement  et distinctement des menaces à l'encontre du rédacteur de la Pétition Citoyenne et de sa famille sur le pas de porte de la Mairie le soir du 2ème tour des élections législatives! 

- De quel côté se situent la provocation, la violence, l'agressivité, les menaces ?...

‐ Alors que le Conseil Municipal à l'unanimité de ses élu(e)s s'est déclaré solidaire de cet élu vindicatif !

- Que ce même Conseil Municipal sur présentation d'un rapport par la 2ème Adjointe au Maire, appelle à l'unanimité de ses membres à la mise en accusation publique et à la vindicte populaire "ad  hominem" et " ad personam",  contre l'auteur de la Pétition Citoyenne nommément désigné et dont la personne est jetée en pâture dans un document erratique qui privilégie un réquisitoire d'une rare violence dont les formulations révèlent les méthodes, les procédés des thèses les plus rétrogrades et les plus réactionnaires contre le genre humain, au prix d'un double manquement aux lois fondamentales de la République qui préservent la dignité et la liberté de chacun.

Comble du déshonneur et de l'infamie,  ce texte abject est affiché en Mairie, et sur le site internet de la Commune de Surba ( surba.fr) à la rubrique Conseil Municipal / Procès verbaux des séances du Conseil Municipal/réunion du 4 juillet. 

C'EST CELUI QUI DIT QUI EST !

De quel côté se situent la provocation, la violence, l'agressivité, les menaces ?...

- Alors que ce même Conseil Municipal  approuve, cautionne et encourage à l'unanimité de ses membres la violence ainsi exercée et ce comportement agressif en activant aussitôt  la "protection fonctionnelle" en faveur  de cet élu particulièrement impulsif et manifestement prêt à en découdre !

- Rappelons que l'incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination est le fait de pousser par son attitude des tiers à maltraiter certaines personnes est un acte passible de sanctions pénales.

De quel côté se situe la provocation, la violence, l'agressivité et les menaces ?...

- Alors que la voiture de l'auteur de la pétition citoyenne a été la cible de dégradations d'abord par la fracturation d'un rétroviseur extérieur. Quelques jours plus tard cette même voiture a été entièrement recouverte par de la terre.

- L' auteur de la pétition citoyenne a pris à témoin la secrétaire de Mairie de Surba du bris du rétroviseur cette qu'elle a elle-même de visu constaté.

De quel côté se situe la provocation, la violence, l'agressivité, les menaces, la stigmatisation?..

- Alors que M. le Maire a déclaré menaçant et devant témoin qu'il se faisait fort et selon son bon plaisir, de faire placer à la fourrière la voiture de l'auteur de la Pétition Citoyenne au prétexte que cette voiture ne serait pas stationnée sur les emplacements formellement réservés à cet effet. 

- Cette décision relèverai néanmoins d'une décision individuelle parceque non conforme à une réglementation opposable à tous qui n'existe pas et serait donc frappée de nullité, d'autant plus qu'à ce jour à Surba il n'existe aucun emplacement matérialisé formellement affecté au stationnement des nombreuses voitures du village.

De quel côté se situe la provocation, la violence, l'agressivité, les menaces,  la discrimination, la stigmatisation?...

- Alors qu'un Monsieur très engagé dans l'action humanitaire pour favoriser l'accès aux soins de populations déshéritées sur le continent africain notamment et qui vit avec femme et enfant au village depuis de nombreuses années, à vu ses accès au stationnement des voitures strictement limités et strictement encadrés!

- Est-ce parce que ce Monsieur qui est notre concitoyen a une couleur de peau un peu plus foncée que celle des autres habitants, que ce traitement discriminatoire lui est infligé ? Affligeant, révoltant, scandaleux !

SÉRÉNITÉ, IMPARTIALITÉ, DIGNITÉ,              ÉCOUTE, RESPECT...

Mesdames et Messieurs les élu(e)s retrouvez votre sang froid, la sérénité, l'impartialité, la dignité, l'écoute le respect qu'exige le mandat que vous avez reçu des Surbatois(e)s.

"A  la longue, inexorablement,  comme le fleuve va à la mer, malgré les détours et les méandres la vérité a eu et aura le dernier mot" 

Alors, sortez de votre Mairie,  n'éludez  aucune problématique sous de faux alibis, osez affronter le réel, tenez un langage de vérité, communiquez en toute franchise sur la réalité de vos projets, au lieu de vous perdre en conjonctures stériles et partez à la rencontre de vos administrés qui ne vous connaissent pas ou très peu et qui ne vous ont jamais rencontrés pour un bon tiers d'entre vous!

Cela s'appelle la démocratie participative.

 UN CONSEIL MUNICIPAL CITOYEN .

La démocratie participative cela pourrait être quoi à Surba ?

- Cela pourrait avoir comme objectif  de construire et de renforcer une concertation ouverte et constructive pour le bien commun de Surba et de tous ses habitants dans une démarche de partage des points de vue, de collecte et de recueil de la parole des Surbatoises et des Surbatois sur tous les sujets de la vie quotidienne du village.

Comment y parvenir ?

- Par la création d'un Conseil Municipal Citoyen, instance dont la vocation  ne serait pas de se substituer au rôle, aux attributions, aux compétences légales du Conseil Municipal de Surba élu au suffrage universel. 

- Un Conseil Municipal Citoyen instance permanente de débat et de concertation, pour construire collectivement des avis et des propositions au Conseil Municipal. 

- Une vocation exclusivement consultative et délibérative, sans qu'aucune obligation soit faite à la Mairie de suivre les  recommandations du Conseil Municipal Citoyen de Surba.

- Les signataires de la pétition ont d'ores et déjà rédigé un document qui pourrait constituer une ébauche de réflexion autour de la création, de la composition , des attributions et du fonctionnement du Conseil Municipal Citoyen. 

Ce document est à la disposition du Conseil Municipal s'il en exprime le besoin.

- La Mairie pourrait ainsi se saisir de cette opportunité pour renouer et restaurer une relation apaisée avec la population en lançant par internet et/ou en Mairie une large consultation démocratique pour recueillir les avis et les propositions qui pourraient être faites par les Surbatois(e)s autour de ce projet de création d'un Conseil Municipal Citoyen à Surba ?

 INDIGNEZ-VOUS !

Pour l'heure , les Surbatoises et les Surbatois  disent NON!

- NON à une entreprise irraisonnée de mise en danger de nos arbres en bonne santé, de régression des espaces naturels, de loisirs et de jeux,  d'abandon et de destruction patrimoniale massive!

- Ils demandent que pour tout arbre abattu, un nouvel arbre soit planté !

- NON aux mauvais traitements et à l'abattage infligés aux arbres centenaires du village! 

- NON aux agressions répétées portées à nos espaces naturels ! 

- NON à tout projet d'abattage et d'élagage d'arbre qui ne soit au préalable soumis au vote du Conseil Municipal après présentation par un professionnel indépendant d'un diagnostic de santé précis des sujets concernés et au vu d'un rapport présenté en séance et validé par ce même professionnel !

- NON à l'utilisation prohibée de pesticides! 

- OUI à réalisation des travaux en régie, source d'économie avec le personnel municipal qui dispose de tous les matériels nécessaires.  

POUR LE CLASSEMENT DES ARBRES !

- OUI à l'inscription de nos arbres d'alignement  en tant qu’Espace Boisé Classé (EBC) dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU)!

- L'article L 130- 1 du code de l'urbanisme autorise aujourd’hui en effet de protéger un parc, une haie, un alignement et même un arbre isolé.

- L’article 123-1-5 du Code de l’urbanisme permet aussi de localiser, dans les PLU, des éléments de paysage à protéger et de définir des prescriptions de nature à assurer leurs préservation .

- Les signataires revendiquent la protection et la mise en valeur de notre patrimoine culturel et cultuel bâti, église Saint Nicolas et chapelle notamment !

PLAIDOYER POUR LA TRANSPARENCE 

- Ils entendent veiller à l'émergence des conflits d'intérêts potentiels, par l'attribution éventuelle de travaux communaux à un parent descendant en ligne directe de tel ou telle Conseiller(e) Municipal(e).

- Ils soulignent  que la simple participation d'un Conseiller Municipal à un vote d'attribution d'un marché communal de travaux à un parent descendant en ligne directe de ce même Conseiller Municipal, constitue un conflit d'intérêt caractérisé .

 LA DÉFIANCE EST EN MARCHE !

Un vent de Fronde et de défiance s'est levé dans la vallée de la Courbiėre, sous les pentes abruptes du château de Calamès et du massif du Sédour.

" Sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur" revendiquait au 18ème siècle le philosophe des "Lumières" Beaumarchais.  

- Rappelez vos élu(e)s à la tempérance et à la raison, à leurs promesses et à leurs engagements!

- Réclamez à vos élu(e)s la mise en place des outils et des instances de concertation modernes et nécessaires au dialogue permanent avec les administrés, afin que la gestion de la Commune profite à tous. 

- Militez pour une gouvernance municipale raisonnée, apaisée et paritaire pour donner enfin corps à une mandature ouverte et partagée avec les Surbatoises et les Surbatois!

- Refusez le séparatisme dont  " les  Résidents Non Permanents"  de la Commune sont les victimes. Résidents Non Permanents peut être mais Résidents Fiscaux Permanents assuremment !

SURBATOIS(E)S VOUS ÊTES SOUTENU(E)S !

- Songez que notre pétition a reçu des témoignages de soutien de nos concitoyens qui ont des attaches familiales au village et qui sont installés aux États-Unis, à Dubaï, à Singapour, des témoignages d' amis installés en Grande Bretagne, d'éminents professeurs d'universités parisiennes, de professeurs de collèges et de lycées d'Ariège de Toulouse et d' ailleurs,  d'architectes ariégeois et toulousains, d'un très réputé Cabinet d'avocats associés ariégeois dont un de ses éminents  praticiens appartient à une famille très honorablement connue dans la vallée de la Courbiėre et dans le Haut-Sabarthès notamment, d'éminents scientifiques, chercheurs et polytechniciens issus de familles qui ont aussi ici leurs attaches familiales,  d'associations locales et départementales qui œuvrent pour la protection de l'environnement, d'un ancien et très respectable très proche Conseiller d'un ancien Premier Ministre Français...

Autant de personnalités qui sont nos concitoyens et qui connaissent notre village et la vallée de la Courbiėre au moins aussi bien que beaucoup d'entre nous. 

Ces personnes vont elles à leur tour être accusées de diffamation au motif qu'elles revendiquent  leurs racines ariégeoises et l'attachement inaliénable qui les unit à notre village en s'étant portées signataires de la Pétition Citoyenne?

FEMMES ET HOMMES LIBRES DE SURBA FIÈR(E)S DE LEUR ENGAGEMENT .

Alors il y a vous, chères et chers ami(e)s Surbatoises et Surbatois, nos chers concitoyens, femmes et hommes libres du village qui ont su s'affranchir des pressions exercées par celles et ceux qui  vous écrasent de leur condescendant mépris et de leur dédaigneuse indifférence, et considèrent avec cynisme et  arrogance qu'ils et qu'elles auraient beaucoup plus  à perdre à s'afficher et à se compromettre publiquement à vos côtés en s'abaissant à soutenir les mêmes causes que vous.

" Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles."

En conscience et en toute indépendance, vous avez au contraire fait de cette citation prononcée il y a plus de 2000 ans  par le philosophe Romain Sénèque,  votre viatique pour avoir osé vous mobiliser en nombre, avec raison et avec passion autour d'une juste et légitime cause pour votre  village que vous  aimez  et auxquels nous sommes toutes et tous profondément attachés.

Soyez fières et fiers de la capacité d'indignation qu'en conscience vous  démontrez  autour de notre engagement commun et désintéressé pour qu'ici et maintenant, vive toujours mieux notre très cher village de Surba et ses habitants auxquels tant de liens communs et partagés nous attachent.

Bien cordialement à vous toutes et à vous tous et amitiés Surbatoises !

 

 

                    

 

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !