Pour la mise en place de portiques à ondes millimétriques à l’aéroport Félix Eboué (97351)

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !

Tróp VIOLANS
Tróp VIOLANS a signé la pétition

"30 % du marché français évalué à 25 à 30 tonnes provient de Guyane, notamment via des «mules». Face à ces flux, un plan d'urgence sera présenté en mars 2019", écrivait le FIGARO du 05 février 2019.

Et pourtant, début 2019, la douane de Guyane se félicitait de ses statistiques soit 1,24 tonnes de drogue saisies en 2018 contre 529 kg en 2017, et 486 mules en 2018 contre 273 en 2017.

Mais, concrètement, la douane de Guyane n'a donc réussi à intercepter qu'une tonne sur les 9 (soit 30% de 30 tonnes) qui viendraient de la Guyane, selon le FIGARO du 05 février 2019.

Depuis quelques années, nous pouvons lire régulièrement dans la presse nationale ou locale, que la Guyane française est la plaque tournante de la drogue. La porte d'entrée de la drogue vers l'Europe... Et encore plus aujourd'hui, de part le phénomène des mules (transporteurs de drogue) guyanaises de plus en plus agressif de part leur nombre par vol (soit de 15 à 20 mules par vol, au départ de la Guyane, annonçait un haut fonctionnaire récemment sur Guyane la 1ere). 

Les moyens mis en oeuvre pour lutter contre cet état de fait, sont très clairement insuffisants. Fin 2017, Annick Girardin communiquait sur la mise à disposition d'un échographe (dont l'efficacité est remis en question, concernant la détection des boulettes ingurgitées par les mules), qui n'aura jamais été installé. Et le plan d'urgence présenté récemment (mars 2019) par le gouvernement n'est pas plus à la hauteur des enjeux, et de ce phénomène ... Il y manque un outil très important pour rendre cette lutte plus efficace, soit les portiques à ondes millimétriques. L'état dans ce plan d'urgence présenté fin mars 2019, se concentre sur le fait que les mules entrent moins sur le territoire hexagonale, mais rien pour les empêcher ou dissuader de prendre l'avion de Guyane...

Dans notre plan pour une lutte efficace contre les mules (transporteurs de drogue), il faudrait : 3 portiques à ondes millimétriques, un local dédié à de la radiographie, et un autre chien en charge de la recherche de stupéfiants dans les bagages en soute.

http://www.presse.justice.gouv.fr/archives-communiques-10095/communique-de-2019-12931/lutte-contre-le-phenomene-des mules-en-provenance-de-guyane-32250.html

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/02/05/01016-20190205ARTFIG00238-trafic-de-cocaine-alerte-rouge-sur-la guyane-et-orly.php

https://www.guyaweb.com/actualites/news/justice/en-2018-la-masse-de-cocaine-saisie-et-le-nombre-de-mules-interpellees par-les-douanes-battent-tous-les-records-en-guyane/

En effet, le Surinam, l'un des voisins frontaliers de la Guyane s'est équipé d'un scanner corporel... Amsterdam, pourtant membre de l'union européenne, en est également équipé. Et en Guyane, l'état nous oppose un refus depuis 2014.

Dans cette lutte, pour la Guyane, il nous faut donc des portiques à ondes millimétriques, pour plusieurs raisons :

- Outil de dissuasion pour les trafiquants

- Outil de prévention pour les jeunes (de par sa présence, ils seront moins tentés).

Mais, pas que... Il nous faut également : 

- Un second chien en charge de rechercher des stupéfiants dans les bagages en soute. 

- Un local de radiologie directement à l’aéroport, pour être plus réactif. 

L'association Tròp Violans se bat contre ce phénomène depuis 2015. Nous réalisons depuis 2016 des sensibilisations "Tous ensemble contre les mules", soit de la prévention, à faible échelle les 2 premières années, faute de moyens (4 quartiers sensibilisés en 2016, 7 en 2017). Notre déploiement sera de plus grande envergure en 2019, parce que nous nous rendrons dans plusieurs communes de Guyane, afin de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes des quartiers ou villages. Nous déplorons que depuis 2016, qu’aucun plan d'envergure pour tenter de résorber ce phénomène n'ait été mis en place par l'état... En effet, à la hauteur des enjeux : déjà en 2016 : 20% de la drogue venait de Guyane (toujours selon les médias).

Nous avons besoin de vous, de vous tous : population, associations, élus, autres institutionnels. En signant cette pétition, nous démontrerons que ce phénomène nous touche tous. Et que tous ensemble, nous exigeons que ce plan d'envergure soit mis en place à l'aéroport Félix Eboué (Guyane française) au plus tôt, afin de stopper cette hémorragie qui gangrène notre territoire.